Rencontre avec : Max Krupski, Toby Gordon et James Lawrence

Acteurs / Actors (traduction française après version originale)

The Great Gatsby
The cast of The Great Gatsby, including Toby Gordon as George Wilson (top left), Max Krupski as Jay Gatsby (second from right) and James Lawrence (down in front) © Helen Maybanks

Because of its phenomenal success, The Great Gatsby has extended until the end of the year. We had the opportunity to talk about the show and immersive theatre in the UK with three cast members : Max Krupski who plays Jay Gatsby, Toby Gordon who plays George Wilson and James Lawrence who understudies Nick Carraway and Jay Gatsby.

According to you, what are the pros and cons of doing an immersive show ?

M : One of the pros is that you have the chance to spend the entire evening with just one character’s point of view. Quite often in the source material like a book or a film, the camera’s only on one character, then another character and it might not get back to these two characters. In our show you can spend that real time with the person and then get the different opinions from not just the protagonist of the piece. Our show has over 7 hours worth of actual script and acting in it, so I think you have to see it 3 times in order to see everything. What’s lovely is that you get to side with a character, so you might be in team Tom or team Gatsby, and then when you come in the big group scenes you can have a different allegiance.

T : The pros for a narrative like this is that it communicates something that you would never be able to communicate without it. Which is the sense of actually being at the party and being in the world where these characters operate. I think the only con, from an audience point of view, is that if you do commit to one character that hard, then you’re gonna have to come and see the show a few times if you want to except the more general overview of the narrative.

M : One of the cons of immersive theatre, which is kind of a double edged sword, is that there’s always more that you can be doing as an actor. There’s never a time when you can’t be reaching another audience member or adding that little extra level of personal detail into the audience’s evening. You’re always working, if you stop, look around and enjoy the party yourself then you’re not working hard enough. It only works if everybody comes together and puts in that effort all the time.

Some audience members can feel really nervous to experience an immersive show, are you nervous as well as actors ? 

M : I wouldn’t say nervous but there’s always an element in the show which you can’t control, because you never know who’s going to turn up. There’s always a part of you that’s aware that there are things that are gonna happen that you have no control over. So I wouldn’t say nervous but maybe sometimes a little cautious, would you agree with that ?

T : Yes, I think as with any exciting show there’s a moment of apprehension before we go on at half past seven each day. But I think generally all of us are aware that a lot of the learning has to be done on the job. Not everything is gonna be how you forecast it so you just have to be responsive to that.

M : What’s really difficult is when you do have audiences members that aren’t ideal for whatever reason, they might be drunk or they might have come to the show thinking it’s a party, not a theatre show. So you get a hold of them, rightly so, but then you have to not put that annoyance on the next set of audience, because obviously they’ve done nothing wrong. But sometimes you see an audience member and you immediately snap back into that defensive mode that you had to be in the night before. So it’s about resetting yourself each night and making sure that you’re coming with a fresh slate every night, otherwise it’s just not fair on the people watching. 

There’s been recent articles about some cases of sexual assault in immersive shows, is there anything the theatre has developed as a safe guard for both actors and audience members ?

J : Our producers, our directing team and the whole management side of things have been very keen to make sure that we as performers and the audience members are safe. They’ve also really pushed to lead the conversation around safeguarding in immersive theatre. We have a safeguarding meeting between actors and stage management every interval during the show. We’ve got alert buttons in each rooms, so if an actor just needs an extra person in the room without escalating the situation, he can alert stage management security. We’ve just had a renewed conversation on safeguarding audience members as well, so that everybody is 100% clear on what the policies are when it comes to our duty of care towards the audience. What was interesting about that is that a lot of the articles around the sexual assaut revolved around the idea that in the world of immersive theatre, audience members can sometimes loose themselves and do things they wouldn’t normally do. But both of those incidents occurred outside of the narrative world of the play. One in fact was after the show had finished, so there’s a distinction to be drawn between people loosing themselves and people just being idiots outside of it.

M : About the audience being safe, as an actor you have to be very strict with yourself. For instance I very rarely hug anybody; I’ll put a hand on the shoulder, I’ll shake the hand whether it’s a man or a woman, which isn’t necessarily 1920’s, but if I were to hug somebody I’m telling the audience that it’s alright to get that close to an actor. That person then might go to someone else in the company, try to hug them and that other actor might not be happy with that. So it’s about being vigilant and knowing that everything you’re doing is teaching the audience the rules of the game. If they know the rules, they can play safely. I think the problem with immersive theatre is that normally the production team don’t have the venue for longer than 6 months, so by the time you get to the point where you want to make real changes, the show’s over. With Gatsby since it’s been so successful and long running, we’ve had a chance to implement these things. It really makes a difference, I mean I feel safe and I’ve not always felt safe in immersive shows.

Would you say that every night is a completely different experience from the night before ?

T : Yes, I think as much as for the audience it’s an experience of what would it be like to be at a party with these characters, for us it’s a case of what would it be like to be these characters at a party with all these people. So in that sense it’s completely different every time. You have to be very careful to make sure you don’t think that just because something worked one night, it needs to be part of the show or that you need to reproduce that. You have to let things go and be aware of what’s the meat of the narrative.

M : I’d say 60% of it is the same in that we’ll always go to certain rooms at certain times and we’ll alway say certain lines at certain times. Then there’s a huge element of it being made up each night and try to tailor that show to those audience members. That’s when you make a reference to what someone’s wearing specifically, so they realise that what’s being said on that evening hasn’t been said on any other evening. That’s what’s magic about theatre, you come together and experience something in the here and in the now, that can’t be repeated again. It isn’t a film that can be showed 1000 times, it’s a special event that’s happening then and won’t necessarily happen again. Quite often, when you say lines that work one night and try to replicate them the next day they don’t land at all! Because there’s a lot of different little bits that you didn’t even realise went into making that line funny or poignant in that moment, so you have try, as you said, to experience it every night as the actor with this fresh set of audience. 

Because you have to be able to improvise, is the casting process different ? 

T : We joined the cast at different times but I think both of had the experience of a workshop audition. Which involved a lot of improvisation and a lot of things that weren’t « acting ». More trying to find out if we were responsive to changes in an environment and how do we deal with that. So yes, I think it is very different to casting somebody for a role in a film or a more conventional play.

M : I’d say one of the downsides of immersive theatre at the minute is that, because there isn’t a training in it, quite often castings can go to people who’ve done it before. Which is great if you have done it before, but there isn’t necessarily an in for people who want to try it and haven’t had the experience. Obviously directors understandably will rely on people that can get themselves out of sticky situations, because there isn’t always time to train up new people in what is a very different way of performing. It’s a shame that there isn’t that training somewhere or even workshops just to get more people in, because obviously the wider you’re spreading the net, the better!

There’s also a lot of dancing, is that something you’re comfortable with ?

M : We’re all shaking our heads right now! I’m not an actual dancer so it was something that took a long time to get comfortable with, we’ve had some fantastic dancers in the company and they make us look a lot better. But as I tell the audience : « Keep smiling and no one’s gonna be looking at your feet! »

J : I don’t fear many things and I don’t dislike many things but, day to day if I’m out in a club, I loathe dancing. Honestly I can’t describe how much I can’t stand it! It’s only if I have a choreographer that’s patient and good that I dance with pleasure. Once I know exactly what I’m doing, broadly speaking, I feel secure and then I can start to enjoy myself. For the audition they put us on the dance court and essentially said : « And… freestyle! », with the charleston music in the background, which is honestly my idea of hell!

T : One of my favourite parts of this show is the moment towards the start where each of us has to teach a member of the audience to do the dance…

M : That’s when you find out if you can do it or not!

Which character would you say is the most similar to you ?

M : Tom is high status and I’m always playing high status so there might be a connection. As opposed to someone like Jay Gatsby who’s kind of faking it really. I’m not saying I’m like Tom in any way, I think in a more conventional casting I’d be cast as someone that’s more upcast but otherwise he’s horrid, they’re all horrid!

T : I think there’s probably more Nick in me than I would care to admit. That tendency to be kind of a bystander and then have something to say about it!

J : I think I’d say Nick as well. That’s definitely the one I identified with the most when I read the adaptation of the script. For the same reasons Toby mentioned, I think I have a lot of those tendencies in me. But I like the solitary nature of Gatsby, I’m very good on my own, I like to take myself on dates and to the cinema.

M : I’d like to see a gender blind Gatsby casting, I think Jordan is a brilliant part, it’d be a lot of fun to play her. She’s a badass basically!

The Great Gatsby is playing at Gatsby’s Drugstore in London until December 31st 2018 and in Belgium from March 2019 / Interview by Chloe Caye and Ashen Gupta 03/08/18 in London.

The Great Gatsby
Max Krupski (Jay Gatsby) dans The Great Gatsby © Helen Maybanks

Grâce au succès qu’elle a reçu, la pièce The Great Gatsby est prolongée jusqu’à la fin de l’année. Nous avons eu l’opportunité de discuter avec trois des membres de la troupe : Max Krupski qui joue Jay Gatsby, Toby Gordon qui joue George Wilson et James Lawrence qui double Nick Carraway et Jay Gatsby.

Quels sont, selon vous, les avantages et les défauts d’une pièce immersive ? 

M : Un des avantages est que l’on possède cette chance de passer la soirée avec le point de vue d’un seul personnage. Souvent dans un livre ou un film, la caméra est sur un personnage, puis un autre, sans revenir nécessairement sur ce premier personnage. Dans notre pièce on peut passer ce temps avec une seule personne. On peut aussi être confronté à différents opinions, pas uniquement celui du protagoniste. Notre pièce regroupe en tout 7 heures de texte, il faudrait venir 3 vois pour tout voir. Ce qui est très intéressant, c’est qu’on peut prendre le parti d’un personnage, être dans l’équipe de Gatsby ou de Tom, puis quand on revient pour les grandes scènes avec tout le monde on peut choisir une nouvelle équipe.

T : Un des avantages pour une structure narrative comme celle là est que cela communique quelque chose qui ne pourrait pas l’être autrement. C’est à dire cette sensation d’être à la soirée et de faire partie du monde dans lequel ces personnages vivent. Je pense que le seul aspect négatif du point de vue d’un spectateur est que si l’on s’attache vraiment à un seul personnage et qu’on choisi de suivre uniquement son histoire, alors il faut revenir plusieurs fois pour avoir une idée plus globale de l’histoire.

M : Un des défauts du théâtre immersif, qui est à double tranchant, est que l’on peut toujours faire plus en tant qu’acteur. Il n’y a aucun moment où on ne peut pas atteindre un membre du public ou ajouter cette petite touche de detail. On travaille constamment, si à un moment on s’arrête, regarde autour et profite de la soirée, c’est qu’on ne travaille pas assez dur. Ça ne peut marcher que si tout le monde fait énormément d’efforts. 

Au début certains spectateurs sont assez nerveux de participer à une pièce immersive, l’êtes-vous aussi en tant qu’acteurs ?

M : Je ne dirais pas nerveux, mais il y a toujours un élément dans la pièce que l’on ne peut pas contrôler, parce qu’on ne sait jamais à qui on va avoir à faire. On est toujours conscient que l’on ne possède aucun pouvoir sur certaines choses qui vont avoir lieu, ce qui peut être à la fois positif et négatif. Donc je ne dirais pas nerveux mais peut être un peu prudent, non ?

T : Oui, je pense qu’avec chaque pièce qui suscite de l’intérêt, il y a toujours un moment d’appréhension avant de rentrer en scène. Mais en règle générale je crois que nous savons tous que nous devons apprendre sur le tas. La soirée ne sera jamais exactement comme on l’a anticipé donc il faut savoir s’adapter!

M : Ce qui est très compliqué quand on a des spectateurs qui posent problème, quelque soit la raison, ils peuvent avoir trop bu ou venir en pensant assister à une vraie fête et pas une pièce de theatre. Dans ces cas là on les repère et on s’en occupe, mais après il faut réussir à ne pas conserver cet énervement là le soir d’après. Parfois on redevient très défensif en y repensant alors que le public ce soir là n’a rien fait de mal. Donc il faut savoir repartir à zéro tous les soirs pour ne pas que cela soit injuste pour certains spectateurs.

Récemment il y a eu quelques articles concernants des agressions sexuelles qui ont eu lieu lors de pièces immersives, le théâtre a-t-il mis au point des stratégies afin de protéger les acteurs et le public ? 

J : Nos producteurs, metteurs en scène et toute l’administration ont été très impliqué afin de garantir la sécurité du public et des acteurs. Ils nous ont aussi beaucoup poussé à en parler. Nous avons des réunions entre acteurs et l’administration pour discuter de la sécurité à chaque entracte. Nous avons des boutons d’alerte dans chaque pièces, donc si un acteur a besoin d’une personne en plus il peut alerter les employés du théâtre sans aggraver la situation. Nous avons aussi récemment parlé de la sécurité des spectateurs pour être sur que tout le monde est soit d’accord à 100% sur nos politiques de sécurité vis à vis du public. Ce qui est intéressant à propos de ces articles c’est qu’ils mentionnent le fait que dans une pièce immersive les spectateurs peuvent se perde un peu dans ce monde fictif et faire des choses qu’ils ne feraient pas normalement. Mais les deux incidents cités ont eu lieu en dehors de l’univers fictif de la pièce. Un s’est même déroulé après la fin du spectacle donc il faut faire la différence entre des gens qui se perdent dans un monde fictif et ceux qui sont juste des idiots en dehors. 

M : Pour revenir sur la sécurité du public, en tant qu’acteur nous devons être très stricts avec nous-mêmes. Par exemple, je ne fais jamais de câlin à un spectateur, je serre la main que ça soit un homme ou une femme, ce qui ne fait pas très 1920 mais si je fais un câlin à quelqu’un je lui dis que c’est autorisé d’être aussi proche d’un acteur. Cette personne va peut être après aller essayer de faire la même chose avec un autre membre de la troupe et ça peut gêner ce dernier. Donc il faut être vigilant et savoir que c’est à nous de dicter les règles du jeu afin de pouvoir jouer en toute sécurité. Je crois aussi qu’un des problèmes du théâtre immersif est que, généralement, la pièce ne reste pas plus de six mois dans la même salle, donc au moment où l’on veut effectuer des changements, la pièce ne se joue plus. Alors qu’avec Gatsby, comme ça marche très bien la pièce se joue depuis longtemps et nous avons le temps de mettre en place ces changements. Ça fait vraiment toute la différence! Enfin, personnellement je me sens en sécurité et ça n’a pas toujours été le cas dans des productions immersives.

Est-ce que chaque nuit est complètement différente de la précédente ?

T : Oui, pour le public c’est une expérience de passer une soirée avec ces personnages là et pour nous c’est aussi une expérience d’être ces personnages à une soirée avec ces gens là. Donc dans un sens c’est complètement different tous les soirs. Il faut faire attention à ne pas penser que parce que quelque chose a marché un soir, cela doit faire partie de la pièce ou qu’il faut absolument le refaire tous les soirs. Il faut savoir laisser chaque moment appartenir à un seul soir et être conscient du vrai coeur de la narration. 

M : Je dirais que 60% est similaire, car on est toujours dans certaines pièces à certains moments et on dit toujours les mêmes choses à certains moments. Mais après il y a un élément d’improvisation chaque soir et il faut s’adapter selon le public. C’est là qu’on peut faire des références spécifiques, par exemple, à ce qu’une certaine personne porte, pour qu’ils réalisent que ce qui est dit ce soir n’a jamais été dis avant. C’est ça la magie du théâtre, on se retrouve tous pour assister à quelque chose qui se passe ici et maintenant et qui ne se répétera jamais. Ce n’est pas comme un film qui peut être regardé plusieurs fois, c’est un événement special. Souvent quand une réplique fonctionne bien un soir et qu’on essaye de la redire le soir suivant ça tombe complètement à plat! Parce qu’il y a plein de petits éléments qu’on avait pas forcément remarqué, qui ont rendu cette réplique drôle ou poignante ce soir là. Donc il faut réussir en tant qu’acteurs à vivre une nouvelle expérience avec les personnes présentes chaque soir.

Etant donné qu’il y a une énorme part d’improvisation, l’étape du casting est-elle différente ?

T : Nous avons rejoins la troupe à des moments différents mais je crois que nous avons tous passer une audition dans laquelle il y avait beaucoup d’improvisation et beaucoup de choses qui ne relevaient pas du « jeu » à proprement parler. Il s’agissait plus de définir si nous étions à l’aise avec des changements d’environnement et comment nous y répondions. Donc oui, c’est très different d’un casting pour un rôle dans un film ou une pièce plus conventionnelle.

M : Je dirais qu’un des défauts du théâtre immersif en ce moment c’est qu’il n’y a pas de réel formation, donc la plupart du temps les directeurs de casting choisissent des gens qui l’ont déjà fait. C’est super si c’est notre cas mais ça ne l’est pas forcément pour quelqu’un qui voudrait s’y essayer mais n’a pas encore eu l’opportunité. Les metteurs en scène font evident confiance à des personnes qui arrivent à se sortir de situations compliquées, parce qu’on a pas toujours le temps d’entrainer des nouveaux acteurs à cette manière de jouer particulière. C’est juste très dommage qu’il n’y ait aucune formation car plus la pratique s’étend mieux c’est!

Il y a aussi beaucoup de danse, est-ce un element avec lequel vous étiez à l’aise dès le début ?

M : On est tous en train de faire non de la tête! Je ne suis pas un danseur professionnel donc c’était très dur de m’y habituer. On a des danseurs superbes dans la troupe et ils donnent une meilleure image de nous tous! Mais comme je dis au public : « Souriez et personne ne regardera vos pieds! »

J : Je ne crains pas et ne déteste pas beaucoup de choses mais, dans la vie de tous les jours en boite par exemple, je ne supporte pas la danse. Je ne peux même pas décrire à quel point je déteste ça. C’est seulement lorsque j’ai un chorégraphe qui est assez patient et doué que je danse avec plaisir. Une fois que je sais exactement ce que je fais, enfin à peu près, je me sens en sécurité et je peux commencer à m’amuser. Pour l’audition, il nous on mis dans la salle de danse et nous ont dis : « C’est parti : freestyle! », avec la musique du charleston et c’était honnêtement ma vision de l’enfer!

T : Un de mes moments préférés dans la pièce, c’est au début quand on doit apprendre chacun à un membre du public à faire la danse… 

M : C’est là que tu vois si toi tu en es capable ou pas!

Selon-vous, quel personnage vous ressemble le plus ?

M : Tom Buchanan appartient à une classe assez élevée et je joue souvent des personnes de classes élevées donc il y a peut être une connexion à ce niveau. A l’inverse de Gatsby que j’interprète et qui fait semblant d’appartenir à cette classe là. Je ne dis pas du tout que je suis comme Tom, mais dans un casting plus conventionnel je serais surement quelqu’un avec un statut plus élevé. Mais à part ça il est ignoble! Ils sont tous ignobles!

T : Je pense qu’il y a surement plus de Nick en moi que je ne voudrais l’admettre. Cette tendance à être un peu spectateur de tout ce qu’il se passe et après s’en plaindre!

J : Je dirai Nick aussi, c’est celui auquel je m’identifiais le plus en lisant le script. Pour les mêmes raisons que Toby. Mais j’aime bien aussi la nature solitaire de Gatsby, je m’en sors très bien tout seul, j’aime m’amener moi-même au restaurant et au cinéma!

M : J’aimerai bien voir un casting neutre de Gatsby, je trouve que Jordan Baker est un rôle super, ça serait très drôle de pouvoir la jouer! C’est une vraie dur à cuire!

The Great Gatsby se joue au Gatsby’s Drugstore à Londres jusqu’au 31 décembre 2018 et en Belgique à partir de Mars 2019 / 

Propos recueillis par Chloé Caye et Ashen Gupta le 3 août 2018 à Londres.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s