Dogman

Actuellement disponible en DVD

Dogman-Garrone-1200x520
@Le Pacte

Le nom du salon de toilettage de Marcello, Dogman, s’impose d’emblée comme un qualificatif de sa personne : dès le début du film, le héros apparaît en effet comme cet « homme chien », fidèle et soumis corps et âme à l’un de ses voisins, Simoncino, une brute sans cerveau accro à la cocaïne et à la violence qui terrorise le quartier. Marcello est son martyr, employé dans des entreprises criminelles sans en avoir guère le choix… 

Continuer à lire … « Dogman »

Comédiens !

Jusqu’au 5 janvier au théâtre de la Huchette

PhotoLot Comédiens 02
Marion Préïté (Coco), Fabian Richard (Pierre) et Cyril Romoli (Guy)

Comédiens ! met en scène trois comédiens qui répètent un vaudeville au théâtre de la Huchette en 1948. La pièce débute sur une situation classique des comédies musicales des années 30, soit la répétition d’un spectacle. Cette situation permet en effet de donner un prétexte pour des numéros chantés et dansés. Quant aux protagonistes, on retrouve aussi le trio traditionnel du couple et de l’ami « clown ». Au fur à mesure, ce qui s’annonçait comme une comédie musicale classique et joyeuse se dirige dangereusement vers une tragédie shakespearienne.

Continuer à lire … « Comédiens ! »

L’Exposition Comédies Musicales

Actuellement à la Philharmonie de Paris

43422523_2441836325857046_963908751348203520_o

L’exposition de la Philharmonie de Paris se concentre sur certaines oeuvres majeures du genre : Un Américain à Paris, Chantons Sous la Pluie, Les Demoiselles de Rochefort ou encore La La Land. On retrouve avec plaisir ces classiques et pour chaque film une petite video explicative (petit bémol : pour écouter il faut brancher un casque et seulement trois prises sont disponibles), quelques images (story-board, croquis) et un résumé modeste. Une très, voir trop, petite salle est ensuite dédiée à l’apprentissage des claquettes, avec une video filmée comme tutoriel (vidéo qui ne fonctionne pas toujours). Une salle pour les enfants, tout aussi étroite et franchement pas très attractive, est aussi proposée avec des extraits de dessins animés musicaux. Au centre, on trouve différents montages projetés sur un grand mur blanc. Ces petites vidéos sont très bien réalisées et abordent des thèmes intéressants sans être pour autant particulièrement instructives.

Continuer à lire … « L’Exposition Comédies Musicales »

Masters of Sex

2013 – 2016

mastersofsex_101_0747-r_wide-d35216ee4ee542f7675e7edf1bcc01d74a7a6d87
Michael Sheen (Bill Masters) et Lizzy Caplan (Virginia Johnson) © Showtime Networks

Créée en 2013, Masters of Sex est inspirée du roman de Thomas Maier et tirée d’une histoire vraie. La série met en scène Bill Masters, un scientifique qui débute une étude sur la sexualité en 1957. On y suit l’histoire de son experience mais aussi de sa rencontre avec Virginia Johnson, qui jouera un rôle cruciale dans sa vie, aussi bien au plan professionnel que personnel.

Continuer à lire … « Masters of Sex »

Rencontre avec Marion Game

Actrice

 

A C'est pourtant simple! La troupe
Marion Game entourée de ses partenaires sur la scène du Théâtre Edgar

Si Marion Game a su se rendre indispensable à la télévision avec son rôle d’Huguette dans la série Scènes de ménages sur M6, elle ne saurait se passer du théâtre. Nous l’avons rencontrée après une représentation de la pièce de Sophie Brachet C’est pourtant simple, qu’elle joue tous les soirs au théâtre Edgar, pour parler de comédie.

Qu’est-ce qui vous a incité à jouer dans cette pièce ?

Je connais très bien Luq Hamett, le directeur de ce théâtre et le metteur en scène la pièce. On a travaillé très longtemps ensemble, dans le doublage. Il jouait mon fils Brendon dans la série Beverly Hills. Luq fait partie de ma famille ! Quand il m’a proposé la pièce, je ne pouvais pas dire non. Mon personnage est intéressant, cette femme qui ne se rend pas compte que la vie est derrière elle. Elle continue à rêvasser d’un avenir… Elle n’est plus dans le coup mais elle veut faire son come-back. C’est touchant quelque part, dérisoire d’autre part. La vieille actrice qui ne se rend pas compte qu’il faut qu’elle dépose son bilan.

Est-ce compliqué, pour une actrice de votre génération, de trouver des personnages bien écrits ?

Continuer à lire … « Rencontre avec Marion Game »

Bohemian Rhapsody

Actuellement au cinéma

BOHEMIAN RHAPSODY
Ben Hardy (Roger Taylor), Gwilym Lee (Brian May), Joseph Mazzello (John Deacon) et Rami Malek (Freddie Mercury) © Alex Bailey / 20th Century Fox

Bohemian Rhapsody c’est le film sur l’un des groupes de rock les plus influents et mythiques de l’histoire de la musique : Queen. « Cela faisait des années qu’on nous faisait des propositions et on était assez retissants mais on s’est dit que si on ne supervisait pas le projet, quelqu’un d’autre le ferait! » évoque Brian May, le guitariste du groupe et l’un des producteurs du film. Difficile cependant de se mettre d’accord sur le ton que le film devrait emprunter. Alors que certains veulent en faire un film pour un public plus adulte, les membres restants du groupe refusent et souhaitent un film plus familial. On assiste alors à une succession d’acteurs engagés pour jouer le rôle de Freddie Mercury (comme Sacha Baron Cohen ou encore Ben Whishaw) et de scénaristes attachés au film. C’est finalement le réalisateur Bryan Singer qui est chargé de mener à bien ce projet, en préparation depuis presque dix ans.

Continuer à lire … « Bohemian Rhapsody »

The House that Jack Built

Actuellement au cinéma

The-House-That-Jack-Built-09-photo-by-Zentropa-Christian-Geisnaes-1030x579
Matt Dillon est Jack, tueur psychopathe imaginé par Lars von Trier ©Zentropa

Parce que leurs contenus sont si singuliers et leurs héros tellement torturés, les films de Lars von Trier incitent souvent le spectateur à y chercher la figure de leur auteur. Pour tenter de comprendre comment parvenir à créer de telles visions… Faut-il voir dans The House that Jack Built un portrait de Lars von Trier en serial killer ? On le retrouve, en creux, moins dans la part de tueur psychopathe de Jack, encore heureux, que dans celle de ses névroses. L’un des problèmes du tueur incarné par Matt Dillon, qui agit en esthète du crime en le considérant comme un art, réside en ce qu’il ne parvient pas, matériellement, à bâtir sa maison. Comme la marque de son incapacité à se faire une place dans le monde, à mener à bien ses désirs d’architecture – jusqu’à ce que soit apportée une résolution à la fois morbide et impressionnante. À travers sa réflexion sur le mal, le film met en scène des problématiques intimes à la création.

Continuer à lire … « The House that Jack Built »