Fumer fait tousser

Actuellement au cinéma

© Gaumont Distribution

Six mois après Incroyable mais vrai, nous revoilà déjà sur la planète Dupieux. Une escale obligée chaque année, à laquelle on consent, pour peu qu’on soit un fervent zinzinphile, sans bouder son plaisir. Alors devant une bande de couillons en lycra bleu et jaune qui corrige une invraisemblable tortue géante, un casting « de malade[s] » et un rat répugnant version scabreuse de Splinter des Tortues Ninja doublée par Chabat, dur de faire la fine bouche.

Continuer à lire … « Fumer fait tousser »

Days

Au cinéma le 30 novembre

© Capricci Films

Alors que Les Chiens Errants semble marquer l’apogée stylistique de Tsai Ming-liang, Days présente encore un pas de plus vers l’idéal méditatif du cinéaste.

Continuer à lire … « Days »

Le Lycéen

Au cinéma le 30 novembre

© Jean Louis Fernandez

« J’aimerais que mon corps prenne toute la place, qu’il soit léger comme une plume ». Ce désir kunderien formulé par Lucas dans Le Lycéen est commun à tous les personnages de Christophe Honoré, chez qui légèreté et gravité, élans du corps et poids des sentiments, soubresauts des sens et tracas de l’esprit, s’entrechoquent.

Continuer à lire … « Le Lycéen »

Mes rendez-vous avec Léo

Sortie le 30 novembre

© Wild Bunch

Nancy Strokes, ancienne professeure d’éducation religieuse, a récemment perdu son mari. Alors que certains désirs refont surface, elle s’offre sur un coup de tête les services d’un prostitué, Leo Grande. Cette rencontre improbable bouscule leurs certitudes.

Continuer à lire … « Mes rendez-vous avec Léo »

She Said

Actuellement au cinéma

© Universal Pictures France

Cela fait cinq ans que le mouvement #Metoo a secoué le monde entier, et qu’Harvey Weinstein fut condamné. Aujourd’hui, la réalisatrice allemande Maria Schrader retrace le parcours de Jodi Kantor (Zoe Kazan) et Megan Twohey (Carey Mulligan), les deux journalistes du New York Times responsable de l’enquête qui se mue en traque aux monstres et -surtout- aux victimes.

Continuer à lire … « She Said »

Le tambour de soie

Nanterre-Amandiers

© Théâtre Nanterre-Amandiers

Sur le modèle du théâtre nô, forme artistique patrimonialisée du Japon, Kaori Ito et Yoshi Oïda nous livre une fable délicate et poétique, toute en image. L’histoire, c’est celle d’un vieux balayeur et d’une danseuse. Il tombe amoureux d’elle, mais elle est trop belle, trop jeune pour lui. Elle accepte de le suivre à condition qu’il la fasse danser sur un tambour. Le tambour qu’elle lui donne est revêtu de soie, ce qui rend la tâche impossible.

Continuer à lire … « Le tambour de soie »

Inu-Oh

Actuellement au cinéma

© Star Invest Films France

Jimmy Hendrix chanté en japonais, joué avec un biwa et dansé en yukata, c’est le pari fou de ce film à mi-chemin entre le conte et l’opéra rock. Inu-Oh embarque le spectateur dans une épopée de couleurs, de sons et d’histoires dont on ressort ébloui. Ce nouveau film de Masaaki Yuasa (Mind Games, Ping Pong, Devilman Crybaby)est une véritable bombe en constante réinvention qui explose toutes les contraintes cinématographiques et historiques, avec la désinvolture intelligente d’un réalisateur au sommet de son art.

Continuer à lire … « Inu-Oh »

Bones and all

Actuellement au cinéma

© Warner Bros. France

Dans Call me by your name, Luca Guadagnino s’était lancé le pari de filmer la naissance de l’amour, la floraison du désir. Il avait plongé – et nous avec lui – dans le désordre sentimental adolescent avec une sincérité bouleversante. C’est de cette sincérité, presque naïve mais surtout bornée, que manque Bones and all.

Continuer à lire … « Bones and all »

Saint Omer

Actuellement au cinéma

© Les films du losange

Le dernier film d’Alice Diop, Nous, témoignait bien plus d’une envie de maîtriser le réel que de le capter ; il n’est donc pas étonnant de retrouver la réalisatrice à la direction d’une première fiction, doublement récompensée à Venise en septembre dernier. 

Continuer à lire … « Saint Omer »

Rimini

Actuellement au cinéma

© Damned Films

Au-delà de son évidente virtuosité, la filmographie d’Ulrich Seidl est un support passionnant pour questionner l’éthique au cinéma. Si certains voient le réalisateur comme un être en souffrance face à la détresse humaine, il est difficile de ne pas lui reconnaître un certain goût pour la moquerie. Le paroxysme du sadisme avait été atteint en 2014 avec Sous-sols, dans lequel la caméra se délectait d’exhiber les déviances de ses acteurs sans jamais tenter de les comprendre. Paradoxalement, c’est dans la fiction que le cinéaste est le plus tendre, en témoigne la trilogie Amour : chaque personnage est repoussant à sa façon, mais les rapports de domination pèsent sur eux avec une telle violence qu’on se refuse de les juger.

Continuer à lire … « Rimini »