Les meilleurs films de survie

MV5BMTg4MjM2MDM0OF5BMl5BanBnXkFtZTcwNTM1NDkwNw@@._V1_SY1000_CR0,0,1465,1000_AL_.jpg
Délivrance de John Boorman, sommet du film de survie. Avec Burt Reynolds. ©1972 Warner Bros

Le film de survie, ou survival, est autant prisé par les cinéastes que le public. Garant d’une dose d’action et d’un dépaysement certain, il revêt les couleurs du film d’aventure et celles du drame existentiel. Le ou les personnages doivent redoubler d’invention, de courage et de patience, confrontés aux éléments naturels ou aux autres ; ils ne vivent pas, ils survivent, c’est ce qui les rend héroïques et si humains en même temps. Nous avons sélectionné nos dix films préférés de ce genre qui a encore, difficile d’en douter, de beaux jours devant lui.

Continuer à lire … « Les meilleurs films de survie »

Les meilleures captations de la Comédie-Française

Capture d’écran 2020-03-22 à 19.26.12

Madelen, la nouvelle plateforme de streaming mise en place par l’INA, propose un divertissement audiovisuel gratuit pendant les trois prochains mois. Dans son vaste catalogue (films, émissions, concerts), on trouve aussi de nombreuses captations théâtrales. Parmi elles, une collection Comédie-Française, dont nous avons sélectionné les meilleures.

Continuer à lire … « Les meilleures captations de la Comédie-Française »

Mission

Rétrospective Jeremy Irons

the-mission-roland-joffe-critique-jeremy-irons-1155x770.jpg
Jeremy Irons dans Mission de Roland Joffé, Palme d’or en 1986 © D.R.

Seul dans la forêt, le père Gabriel (Jeremy Irons) regarde aux alentours, inquiet. Il marche à tâtons dans cet univers impénétrable. Pour contrer les éventuels dangers, là où certains empoigneraient leur arme, il se saisit de son hautbois. Il entonne alors un air envoûtant, potentiellement conciliateur. À son écoute, les Indiens Guaranis, arcs à la main, le guettent et s’avancent, méfiants mais curieux. Ils encerclent bientôt le prêtre qui continue à jouer. On dit que la musique adoucit les mœurs…

Continuer à lire … « Mission »

Jeremy Irons et les drames romantiques : Fatale et Lolita

Rétrospective Jeremy Irons

Capture d’écran 2020-02-21 à 18.09.40
Jeremy Irons (Humbert Humbert) et Dominique Swain (Lolita) © Pathé films, Samuel Goldwyn Company

Dans Fatale Jeremy Irons incarne Stephen Fleming, un politicien britannique aisé dont la vie professionnelle et familiale frôle la perfection. Cette sérénité est brusquement troublée lorsque Stephen entame une aventure avec la fiancée de son fils. Quelques années plus tard, l’acteur britannique reprendra un rôle similaire en incarnant Humbert Humbert, le célèbre protagoniste du roman Lolita.

Continuer à lire … « Jeremy Irons et les drames romantiques : Fatale et Lolita »

Kafka

Rétrospective Jeremy Irons

En 1991, Steven Soderbergh se lance dans la réalisation d’un second long-métrage. Le premier, Sexe, mensonges et vidéo, vient de faire de lui le plus jeune réalisateur jamais récompensé par la palme d’Or au festival de Cannes de 1989. Son Kafka sera malheureusement le premier d’une série de plusieurs échecs au box-office, et inaugure donc une période difficile pour un auteur pourtant prometteur.

Continuer à lire … « Kafka »

Travail au noir

Rétrospective Jeremy Irons

0494150.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
©Malavida

Nowak et trois autres ouvriers polonais sont envoyés en Angleterre pour rénover au noir la maison de leur patron. Seul à parler anglais parmi eux, Nowak est en charge du petit groupe, mais cette responsabilité lui pèse. Lorsqu’il apprend que l’armée a pris le pouvoir en Pologne, il décide de ne pas prévenir ses camarades.

Continuer à lire … « Travail au noir »

Le Marchand de Venise

Rétrospective Jeremy Irons

Le_Marchand_de_Venise
© UK Film Council / Sony

C’est au Bristol Old Vic que Jeremy Irons suit une formation de théâtre classique avant de faire ses débuts professionnels sur scène en 1969 puis au cinéma en 1980. Durant ces vingt premières années il collabore notamment trois fois avec la célèbre Royal Shakespeare Company. C’est donc sans grande surprise qu’on le voit tenir le rôle d’Antonio, aux cotés de – plus inhabituel – Al Pacino, dans l’adaptation du Marchand de Venise de William Shakespeare par Michael Radford en 2004.

Continuer à lire … « Le Marchand de Venise »