Rencontre avec : Filippo Scotti

Filippo Scotti dans La Main de Dieu de Paolo Sorrentino. ©Gianni Fiorito/Netflix

Il interprète l’alter ego du cinéaste Paolo Sorrentino dans La Main de Dieu, aujourd’hui sur Netflix, et pour lequel il a reçu le prix Marcello Mastroianni du meilleur espoir à la Mostra de Venise. Filippo Scotti est notre invité.

Quelle était votre relation au cinéma de Paolo Sorrentino avant de savoir que vous travailleriez avec lui ?

J’étais très jeune lorsque j’ai vu mon premier film de Paolo Sorrentino, L’Ami de la famille (2006). Ensuite, j’ai regardé tous ses films, je savais très bien qui il était. C’était un choc pour moi de me retrouver à travailler avec lui. Non seulement on m’avait donné le premier rôle, mais en plus j’avais la pression de jouer pour un grand réalisateur dont j’étais l’un des fans. Cette pression n’a duré que quelques jours, je suis ensuite passé à autre chose.

Comment s’est déroulé le casting de La Main de Dieu ?

J’ai reçu un mail en juin 2020 pour le casting d’un film dont le nom du réalisateur n’était pas précisé. J’avais ma petite idée : ma sœur avait lu quelques temps plus tôt un entretien avec Paolo Sorrentino dans lequel il parlait d’un film sur Naples. On s’est dit que ça pourrait être lui… Par ailleurs, il y avait un détail significatif. Normalement, au casting, on nous demande toujours d’enlever nos boucles d’oreille et de se raser la barbe ; là, il n’était pas question des boucles d’oreille et pour la barbe, si on avait des favoris, on pouvait les garder. Un indice supplémentaire. J’ai donc fait un premier essai, puis un deuxième en présence de Paolo Sorrentino, et trois autres ont suivi. En tout, il a dû y avoir cinq rendez-vous en l’espace d’un mois. C’était difficile et très beau à la fois, parce qu’à chaque fois Paolo me demandait de « sortir une vérité » sans trop me préoccuper du texte, pour voir qui j’étais vraiment.

C’est un rôle très intime pour Paolo Sorrentino. Dans quelle mesure est-ce qu’il vous a partagé ses souvenirs de jeunesse ?

Continuer à lire … « Rencontre avec : Filippo Scotti »

La Main de Dieu

Disponible sur Netflix

©Gianni Fiorito/Netflix

Le cinéma de Paolo Sorrentino prend la forme d’une foule de fantasmes. Il projette une multitude de visions oniriques, étonnantes ou sulfureuses pour saisir le réel de biais, même lorsque les sujets sont directement politiques. Pour la première fois, le réalisateur revient sur l’origine de telles images, et de sa vocation elle-même : sa jeunesse dans les années 1980, qu’il dévoile à travers une superbe autobiographie.

Continuer à lire … « La Main de Dieu »

Mostra de Venise 2021

78e édition

The Power of the Dog marque le grand retour au cinéma de Jane Campion – avec Benedict Cumberbatch.©Kirsty Griffin / Netflix

Cette année, les festivals internationaux réussissent aux réalisatrices françaises. Après le sacre de Julia Ducournau avec Titane à Cannes, Audrey Diwan a reçu le Lion d’or à la Mostra de Venise pour L’événement. En attendant de découvrir ce film, adapté d’un roman autobiographique d’Annie Ernaux, qui sortira en salle le 24 novembre, retour sur quelques films très attendus que nous avons eu l’occasion de découvrir sous le soleil de Venise.

Continuer à lire … « Mostra de Venise 2021 »

The New Pope

Disponible sur Canal+

3700271.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
John Malkovich est Jean-Paul III, le nouveau pape © Gianni Fiorito / Wildside / Italia Sky / Haut et Court TV / Media Produccion

On se souvient du générique de The Young Pope (2016), dans lequel le pape Pie XIII (Jude Law) marchait dans un long couloir tapissé de tableaux, entouré par sa cour, sur la reprise d’All along the watchtower de Jimi Hendrix par Devlin. Une alliance de culture populaire, de cérémonial religieux et de séduction qui annonçait ce qui ferait le sel de la série. Ceux de The New Pope réitèrent le même esprit : dans une chapelle, des sœurs dansent sur de la musique électro, sous une croix en néon ; traversant la plage, Jude Law arbore un caleçon blanc presque fluorescent au milieu de femmes en maillot de bain jouant au volley… Le goût de Paolo Sorrentino pour la provocation est bien intact. Mais si la continuité esthétique est assurée avec la première saison, le bouleversement concerne le devenir des personnages : Pie XIII se retrouve plongé dans le coma, il faut lui trouver un successeur.

Continuer à lire … « The New Pope »