Extremely wicked, shockingly evil and vile

Actuellement sur Netflix

zac-efron-extremely-wicked-shockingly-evil-and-vile
Zac Efron (Ted Bundy) © Netflix

Ted Bundy a commis plus de trente crimes à travers les Etats-Unis entre 1974 et 1978. Son procès en 1979 est le premier à être couvert par la presse à une échelle aussi importante et à être retransmis à la télévision aux Etats-Unis : Déjà les médias se fascinent pour ce joli garçon, bien éduqué et beau parleur, accusé de crimes horrifiques. Des années plus tard, le tueur intrigue toujours autant, preuve en est sa popularité dans le monde cinématographique et télévisé. Alors que son apparition dans la deuxième saison de Mindhunter de David Fincher est très attendue, le réalisateur Joe Berlinger s’est déjà emparé du sujet pour son documentaire Conversation with a killer : the Ted Bundy tapes, composé de quatre épisodes pour Netflix. Alors que cette série mettait en scène de réels enregistrements audios, interviews et images d’archives du meurtrier et de son parcours, le nouveau film du même réalisateur choisit une approche plus romanesque du sujet.

Continuer à lire … « Extremely wicked, shockingly evil and vile »

The Umbrella Academy

Disponible sur Netflix

Umbrella Academy Feature Main
Aidan Gallagher (Number 5), Ellen Page (Vanya), Emmy Raver-Lampman (Allison), Robert Sheehan (Klaus), David Castañeda (Diego) et Tom Hopper (Luther) © Netflix

Sans être enceintes, quarante-trois femmes partout dans le monde accouchent au même moment. Sept de ces enfants aux capacités spéciales sont adoptés par un riche inventeur américain, formant alors the Umbrella Academy, un groupe de justiciers masqués. Des années plus tard, la mort de leur père va les réunir une nouvelle fois – si cette dernière  leur paraît suspecte, les héros n’ont pas le temps de s’y intéresser avant d’apprendre que l’apocalypse ne saurait tarder et qu’ils ont pour tâche de l’arrêter. The Umbrella Academy s’intéresse donc aux relations conflictuelles au sein du groupe parallèlement à cette intrigue apocalyptique. 

Continuer à lire … « The Umbrella Academy »

Sex Education

Disponible sur Netflix

21742700.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Otis Milburn (Asa Butterfield) et Jean Milburn (Gillian Anderson) © Netflix

La nouvelle série Netflix du moment met en scène Otis, un jeune adolescent en conflit avec sa sexualité naissante et sa mère Jean, une sexologue pour le moins extravertie. Alors que tous les jeunes de son collège ont également du mal à gérer cette période des premières fois, Otis décide de marcher dans les pas de sa mère et d’ouvrir une clinique pour tenter de trouver des solutions à leurs problèmes.

Continuer à lire … « Sex Education »

Roma

Actuellement disponible sur Netflix

roma-slider
©Carlos Somonte/Netflix/Esperanto Filmoj/Participant Media

  Depuis quelques mois, et surtout depuis qu’il a reçu le Lion d’or à la Mostra de Venise en septembre dernier, le nouveau film d’Alfonso Cuarón est devenu l’incarnation du débat qui bouleverse le mode de distribution et de visionnage des oeuvres de cinéma, avec sa sortie (quasi) exclusive sur Netflix. Il ne fait nul doute que Roma est « film de cinéma », même si cette expression est un pléonasme, et que la meilleure façon de l’apprécier est en salle : l’image, tournée en 65 millimètres, est sublime, et la technique de son utilisée, le Dolby Atmos, a pour effet de multiplier les pistes et de recréer au mieux l’espace de la fiction dans la salle même de cinéma. Assez paradoxal, donc, de voir un tel film sur un ordinateur ou un téléphone… Toutefois, quelque soit les moyens qui sont à votre disposition pour voir Roma, il faut voir Roma, l’un des plus beaux films de l’année.

Continuer à lire … « Roma »

Le Bon Apôtre

Actuellement sur Netflix

Apostle-Trailer
Michael Sheen (Malcolm) © Netflix

Dans ce film produit par Netflix, Thomas Richardson est chargé de secourir sa soeur, kidnappée par une secte dans le but d’obtenir une rançon. Cette mission ne se déroule évidement pas avec simplicité et il découvre petit à petit les secrets sanglants de cette organisation. Coincé dans une secte religieuse, sur une île, au début du XXème siècle, l’idée fait déjà frissonner. Le scénariste et réalisateur Gareth Evans l’exploite plutôt intelligemment, combinant l’enquête du personnage principal et l’aspect terrifiant de son environnement. 

Continuer à lire … « Le Bon Apôtre »

La Casa de Papel

Disponible sur Netflix

57.jpg
(de gauche à droite) Roberto García Ruiz, Darko Peric, Úrsula Corberó, Miguel Herrán, Pedro Alonso, Alba Flores, Álvaro Morte, Paco Tous et Jaime Lorente © Antena 3 TV

La Casa de Papel est certainement l’une des meilleures surprises de ce début d’année. La série espagnole diffusée à l’origine sur Antena 3, est disponible depuis le 20 décembre 2017 sur Netflix, où elle fait déjà un carton et est devenue la série la plus « binge watched » (l’action de regarder « avec excès », en enchainant tous les épisodes sans pause) de la plateforme. Créée par Álex Pina, la série raconte l’histoire d’un braquage de la Fabrique Nationale de la Monnaie à Madrid. Si en lisant le synopsis et même après avoir vu le premier épisode on peut penser que des séries sur des braquages il en existe déjà des centaines, La Casa de Papel est fondamentalement à part.

Continuer à lire … « La Casa de Papel »

Master of None

Disponible sur Netflix

3640de89-b40e-4f24-86c3-a5e749087fb0
Noël Wells (Rachel) et Aziz Ansari (Dev Shah)

Vous avez pu apercevoir Aziz Ansari dans la brillante série Parks and Recreation de 2009 à 2015. Avec ses one man shows il remplit le Madison Square Garden et certaines des plus grandes salles des Etats-Unis. Master of None c’est la série Netflix qu’il a crée, réalisé, produite et dans laquelle il joue. Basée sur sa vie, la série qui a fait sensation et remportée une multitude de récompenses ces deux dernières années, parmi lesquelles des Golden Globes et Emmy Awards, raconte l’histoire de Dev Shah un immigrant, acteur et célibataire à New York. Ses amours, ses peines et les obstacles que peut rencontrer la génération des 20-35 ans de nos jours.

Continuer à lire … « Master of None »