Méandre

Au cinéma le 26 mai 2021

Gaia Weiss. ©Alba Films

Les films-concepts sont souvent séduisants, promesses d’une tension forte et d’une mise en scène capable de réinventer leur point de départ. Loin de cet idéal du genre, Méandre en résume toutes les limites et ferait presque passer Cube (Vincenzo Natali, 1997) pour un chef-d’œuvre.

Continuer à lire … « Méandre »

Rencontre avec : Guy Marchand

Guy Marchand ©Cinéart agence artistique

Des nouvelles de Guy Marchand ! L’inénarrable acteur et chanteur sort ce mois-ci son quatorzième album, Né à Belleville, dans lequel il interprète avec sa belle voix profonde des titres originaux, accompagné par un groupe de jazz. L’occasion de lui passer un coup de téléphone pour interroger son rapport au passé et au présent, lui qui a laissé une trace indélébile dans le paysage cinématographique (Loulou de Maurice Pialat, Garde à vue de Claude Miller), télévisuel (8 saisons de Nestor Burma) et musical (depuis la sortie de La Passionata en 1965 avant le tube Destinée en 1982). Conversation en toute sincérité.

A quelle envie répond l’enregistrement de votre nouvel album ?

À l’envie de faire de la musique, à un moment de ma vie. Et pour ne pas toujours rester sans rien faire ! La musique a toujours été une envie. Ce disque est né d’une rencontre avec le musicien Ludovic Beier, un virtuose, qui aimait bien ma voix grave et m’a demandé si j’étais disponible. Alors j’ai sauté sur l’occasion.

C’est un album très autobiographique, que vous avez appelé Né à Belleville… À quoi ressemblait le Paris dans lequel vous avez grandi ?

La rue de Belleville d’aujourd’hui ne ressemble pas tout à fait à celle de mon enfance, mais elle n’a pas tellement changé non plus. Le cinéma a disparu, et le théâtre de Belleville a été remplacé par un supermarché, un vrai scandale. Mais la rue est toujours là, elle monte tout le temps jusqu’à Télégraphe, tout en haut. J’y ai mes premiers comme mes derniers souvenirs.

C’est là-bas que votre rencontre avec la musique a eu lieu ?

Continuer à lire … « Rencontre avec : Guy Marchand »

Never Rarely Sometimes Always

Au cinéma le 19 août 2020

Sidney Flanigan et Talia Ryder ©2020 Focus Features, LLC. All Rights Reserved

En Pennsylvanie, l’avortement des mineures ne peut pas avoir lieu sans l’aval des parents. Lorsqu’Autumn, 17 ans, découvre qu’elle est enceinte, elle n’a d’autre choix que de quitter sa région natale pour rejoindre New York où l’opération semble moins contraignante.

Continuer à lire … « Never Rarely Sometimes Always »

L’Ombre de Staline

Au cinéma le 22 juin 2020

1054927.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
James Norton est le journaliste Gareth Jones ©Robert Palka

Au début des années 1930, le journaliste gallois Gareth Jones (James Norton) vient de publier un reportage sur Adolf Hitler, rencontré au cours d’un voyage en avion. Avec aplomb, il ambitionne d’interroger Joseph Staline, alors que la presse internationale loue la modernité du système nouvellement mis en place en Russie. Il se pose une question décisive : d’où vient tout l’argent qui transforme le pays, paré pour une guerre éventuelle ? Visa en poche pour se rendre à Moscou, il s’apprête à découvrir les terribles dessous du régime.

Continuer à lire … « L’Ombre de Staline »

La Bonne Epouse

Au cinéma le 22 juin 2020

4765567.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Juliette Binoche et Noémie Lvovsky ©Memento Films Distribution

Les films de Martin Provost parviennent toujours à exhumer les histoires de personnalités oubliées, moins connues que nombre de leurs contemporains, pour leur offrir un écrin romanesque et saluer leur mémoire. On se souvient de Séraphine (2008), qui racontait l’histoire d’une peintre internée dans un asile, et de Violette (2013), biographie sur vingt ans de la romancière Violette Leduc. Cette fois, ce n’est pas une personne mais une institution dont le réalisateur nous rappelle l’existence : les institution ménagères, où les jeunes filles apprenaient à devenir des épouses modèles.

Continuer à lire … « La Bonne Epouse »

Georgetown

En VOD le 8 avril 2020

7499.jpg
Vanessa Redgrave et Christoph Waltz, devant et derrière la caméra ©Tribeca Film Festival/Imagenet

Ulrich Mott (Christoph Waltz), guide touristique à Washington, est passionné par la diplomatie. Ambitionnant de changer de métier, il épouse Elsa Brecht (Vanessa Redgrave), journaliste beaucoup plus âgée que lui dont le carnet d’adresses à l’intérieur du milieu politique est incommensurable, et devrait lui permettre d’approcher ses hauts modèles. Un soir, Elsa est retrouvée morte… Son mari annonce sa décision de trouver le coupable, tandis qu’aux yeux de la fille d’Elsa (Annette Bening), Ulrich l’a tué. Cette histoire vraie, adaptée d’un article du New York Times intitulé Le pire mariage de Georgetown, inspire au comédien Christoph Waltz sa première réalisation.

Continuer à lire … « Georgetown »

La Plateforme

Sur Netflix le 20 mars 2020

5836936.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
©Netflix

Une tour d’au moins deux cents étages appelée « La Fosse ». Deux prisonniers à chaque niveau. Un large buffet tracté de haut en bas, permettant aux premiers étages de se rassasier et laissant les étages inférieurs affamés… La découverte du monde de La Plateforme, littéralement Le Trou en version originale (El Hoyo), provoque une forme de sidération. Nous sommes ébahis et plongés, comme Goreng, le personnage principal, dans cet univers bien réglé dont on suppose rapidement toute la perversité.

Continuer à lire … « La Plateforme »

Invisible Man

Au cinéma le 26 février 2020

null
Elisabeth Moss (Cécilia Kass) © Universal

Dans Invisible man, le réalisateur Leigh Whannell reprend le héros du roman de H.G. Wells publié en 1897 pour le transposer dans un contexte actuel. Ce qui aurait pu faire office d’un énième remake s’avère être une relecture inhabituelle et intelligente du personnage mythique. 

Continuer à lire … « Invisible Man »

Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ?

Au cinéma le 19 février 2020

536738-tout-peut-changer-et-si-les-femmes-comptaient-a-hollywood-la-bande-annonce-2
Meryl Streep, Chloë Grace Moretz, Taraji P. Henson, Natalie Portman et Cate Blanchett © Alba Films

Et si les femmes comptaient à Hollywood ? La question que pose le titre de ce documentaire ne saurait mieux mettre le doigt sur la question brûlante qui remue actuellement le monde du cinéma. Le souci n’est pas nouveau, mais sa formulation sonne plus que jamais comme une revendication nécessaire. À l’origine de ce film se trouvent la conviction de son réalisateur et l’engagement de la comédienne Geena Davis, qui a fondé un institut de recherches porté sur la représentation des femmes dans les médias (le Geena Davis Institute on Gender in Media).

Continuer à lire … « Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ? »

Adoration

Au cinéma le 22 janvier 2020

82099936_935339566883417_1616845270417408000_n.jpg
Fantine Harduin, Thomas Gioria ©Les Bookmakers / The Jokers

Le jeune Paul vit avec sa mère, dans une maison proche de la clinique psychiatrique où celle-ci travaille. Un jour, il surprend Gloria, une patiente de son âge, en train de tenter de s’enfuir. Fasciné par la jeune fille et bien qu’il lui soit interdit de la fréquenter, il décide pour la revoir de braver les interdits.

Continuer à lire … « Adoration »