Dédales

Actuellement au cinéma

© The East Company Productions

La tradition cinéphilique française se veut internationaliste, en témoigne la tendance cannoise à récompenser le cinéma de tous horizons. Il y a pourtant des contrées encore peu explorées de notre regard, la Roumanie, bien que détentrice d’une Palme d’or en 2007 pour 4 Mois, 3 semaines, 2 jours de Cristian Mungiu, en est une. Avec Dédales, Bogdan George Apetri nous propose un thriller baigné d’une certaine clairvoyance dans sa critique sociale.

Continuer à lire … « Dédales »

Festival de Cannes 2022

75e édition

Sans Filtre © Plattform-Produktion

Les journalistes sur place l’ont assez répété : malgré une compétition de bon niveau cette année, aucun film ne s’est réellement détaché dans la course à la Palme. Pas vraiment de chef d’œuvre donc, ni de palme évidente au rendez-vous, mais de belles émotions tout de même et de l’incompréhension, aussi, suite à l’annonce du palmarès qui ne nous a pas pleinement satisfaits. Contrairement à une grande partie de la presse, ce n’est pas devant Sans filtre (Triangle of Sadness) et sa palme d’or que l’on s’est étranglé. On a même beaucoup jubilé devant cette nouvelle satire de Ruben Östlund où un couple de mannequins-influenceurs en croisière sur un yacht voit son luxe propret et confortable voler en éclats. Sur le bateau, tout déborde, tout explose dans un chaos où l’on vomit et où l’on fait vomir le capitalisme. Il est par ailleurs assez ironique que le festival ait choisi de récompenser un film qui en reflète certains de ses aspects, tels que le culte des apparences et les différences de classe. En somme, peut-être est-ce moins le cynisme du film qui dérange ses détracteurs que le miroir qu’il tend à nos viles hypocrisies.

Continuer à lire … « Festival de Cannes 2022 »

Désigné coupable

Au cinéma le 14 juillet 2021

Tahar Rahim (Mohamedou Ould Slahi). © Metropolitan Film Export

Après les événements du 11 septembre, le gouvernement américain cherche à désigner des fautifs. À tout prix. Mohamedou Ould Slahi (Tahar Rahim) devient alors le bouc émissaire de cette tragédie. Sans preuve, inculpation, procès ou jugement, il est retenu à Guantanamo. 

Continuer à lire … « Désigné coupable »