Glass Onion – Une histoire à couteaux tirés

Disponible sur Netflix

© Netflix

Finie l’atmosphère automnale de À couteaux tirés et la fausse chaleur de sa grande demeure familiale, Benoit Blanc se frotte désormais à la chaleur estivale et aux faux-semblants des super-riches, sur une île paradisiaque tenue par un magnat multimilliardaire. Plus exubérant et énergique que le premier film, déjà réalisé par Rian Johnson, Glass Onion embrasse les excès de ce nouveau cadre pour mieux exposer son ridicule. Dialogues outranciers, kitsch assumé, jeu de non-dits, name-dropping abusif : Johnson s’en donne à cœur joie et fustige, davantage que son prédécesseur, la superficialité de cette élite autoproclamée, paradoxalement emprisonnée dans l’entre-soi qu’elle a bâtie.

À l’instar des Derniers Jedi, ce n’est donc plus un microcosme qui est montré du doigt, mais le système à part entière, qui comprime tout cet univers – victimes, bourreaux ou Blanc lui-même – sans distinction de classes. L’île grecque, sur laquelle prend place tout ce jeu de masques, opère alors comme une micro-société. Au gigantisme des jardins luxuriants baignés dans un soleil de plomb succèdent des intérieurs labyrinthiques dans lesquels règnent la nuit, théâtre des ombres et des masques qui tombent.

Cependant, à mesure que Glass Onion déploie son étude sociale, le whodunnit peine à trouver sa place. Plus encore que son prédécesseur, qui flirtait dangereusement avec une certaine prétention envers le genre et le spectateur, ce nouvel opus souffre continuellement de sa posture. À force de garder ses twists sous le coude, la narration avance avec trois pas d’avance sur le public et ne lui tend jamais la main, préférant lui asséner ses révélations dans une seconde moitié éreintante plutôt que de le laisser cogiter. Le meurtre, élément central, est certes présent mais Glass Onion se prive de tout le ludisme inhérent à l’enquête, n’étant finalement qu’un prétexte pour déployer un très sympathique thriller carnavalesque.

Glass Onion – Une histoire à couteaux tirés / De Rian Johnson / Avec Daniel Craig, Edward Norton, Janelle Monáe & Kathryn Hahn / USA / 2h20 / Sortie le 23 décembre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :