Masterclass – Vittorio Storaro

Retour sur la masterclass de Vittorio Storaro, de passage à Paris début mars.

Le cinematographer (directeur de la photographie) Vittorio Storaro, né à Rome en 1940, reçoit l’amour de l’image par son père projectionniste au Lux Film Studio. Mais en fait, il a plusieurs pères (spirituels) : Bernardo Bertolucci (ils collaborent sur 9 films), Francis Ford Coppola (4 films), Warren Beatty (3 films), Carlos Saura (5 films) et plus récemment Woody Allen (3 films). « Je me suis approprié les rêves de ces cinq cinéastes ».

Continuer à lire … « Masterclass – Vittorio Storaro »

Wonder Wheel

XVMc3f2edb6-069b-11e8-b72a-8fadb5ca2087
Kate Winslet, Juno Temple et Woody Allen sur le tournage de Wonder Wheel @ Mars Films

Il est tentant de faire une lecture biographique de cette scène où Ginny, furieuse, lance à son mari qu’il agit avec sa fille comme si elle était sa copine. Impossible de ne pas faire un parallèle, à cet instant, entre le couple composé par Kate Winslet et Jim Belushi et celui de Woody Allen et Mia Farrow, au moment où cette dernière apprenait la liaison de son mari avec sa fille adoptive. Malin, Woody Allen conscient de l’actualité glisse dans son dernier film plusieurs allusions biographiques. Toutefois, on ne saurait élargir cette lecture à l’ensemble du film. Et s’il fallait déceler un double du cinéaste parmi les personnages, ce serait le fils pyromane qui se réfugie au cinéma pour fuir le domicile familial.

Continuer à lire … « Wonder Wheel »

Phantom Thread

Actuellement au cinéma

PTA2-980x0
Vicky Krieps et Daniel-Day Lewis dans Phantom Thread @ Universal Pictures International France

Au cœur du Londres raffiné des années 1950, le couturier Reynolds Woodcock (Daniel Day-Lewis, immense) habille les plus grandes familles mondaines et princières. L’exigence de son travail a bâti sa réputation et celle de sa maison. La perfection de son travail n’a d’égale que ses obsessions : il s’impose à lui-même un quotidien millimétré, partagé avec sa sœur (Lesley Manville). Bientôt, cette vie réglée et plutôt austère sera troublée par la venue d’une jeune femme, Alma (Vicky Krieps). Elle sera la muse du couturier, son modèle et sa femme. L’élément déclencheur d’une relation tortueuse et ambiguë qui fait peu à peu vaciller les émotions tacites du couturier.

Continuer à lire … « Phantom Thread »

Le monde est Stone

Le Forum des images a entamé cette nouvelle année sous le signe de la politique et des mythes américains, en invitant le réalisateur de Platoon et Nixon, Oliver Stone, à l’occasion du programme « Le monde est Stone ». Touché par l’accueil qui lui a été réservé et par l’intérêt que le France porte pour ses films, Oliver Stone annonce d’entrée de jeu se sentir, aux Etats-Unis, « comme un exilé dans son propre pays ». Portrait, à partir de quelques extraits de sa masterclass, donnée samedi devant une salle comble.

Oliver Stone se passionne très vite pour la dramaturgie grecque et la mythologie. La figure d’Alexandre le Grand, qu’il a mise en scène en 2004, peut représenter cette passion qui ne le quitte pas. « Enfant, Alexandre entend des mythes et y croit », les histoires peuvent être les moteurs de l’action. « Sans les mythes, Alexandre n’aurait pas fait toutes ses conquêtes », dit Oliver Stone. Quelle est l‘origine de la mythologie de ses films, et des histoires qui ont façonné son imaginaire ?

Continuer à lire … « Le monde est Stone »

Djam

Dimanche 28 janvier, l’Institut du Monde Arabe organise une journée autour du dernier film de Tony Gatlif, un des coups de coeur de l’année 2017.

thumb_52918_media_image_x584
Daphné Patakia (Djam) illumine le film de Tony Gatlif © RR

Djam, jeune femme d’une vingtaine d’années, vit sur l’île de Lesbos en Grèce. Sans vraiment lui laisser le choix, son oncle l’envoie en Turquie pour acheter la pièce manquante qui fera redémarrer son bateau. La voilà partie sur les routes, seule avec son sac et son baglama – sorte de mini-guitare grecque – pour un road-trip entre la Grèce et la Turquie. La solaire Daphné Patakia, révélation du film, embarque le spectateur dès la première scène, dansant et chantant dans une lumière crépusculaire. D’abord filmée derrière un grillage, elle surgit au centre de l’écran avec une liberté et une insolence qui ne la quitteront pas.

Continuer à lire … « Djam »

Moi, Tonya

En salles le 21 février

I,_Tonya
L’affiche américaine de Moi, Tonya

Dans les années 1990, Tonya Harding est la patineuse artistique qui fait la plus parler d’elle. Sa célébrité s’explique autant par ses exploits sur glace (elle est la première à réussir un « triple axel ») que par son lien avec l’agression de sa rivale Nancy Kerrigan, quelques mois avant les Jeux Olympiques de Lillehammer. Le nom de Tonya, que le film entend réhabiliter avec vérité, est à jamais associé à ce triste et inouï fait divers sportif qui l’obligeât à mettre un terme à sa carrière.

Continuer à lire … « Moi, Tonya »

Jodorowsky’s Dune

2016

Jodorowsky's Dune, visuel VOD.

Genèse d’un fantasme.

De 1973 à 1977, Alejandro Jodorowsky prépare l’adaptation de Dune, le best-seller de Frank Herbert. Ce sera le projet de sa vie, d’une ambition artistique démesurée. Mais il manque 5 millions de dollars pour le financer et aucun studio n’ose se lancer dans un tel projet. Destiné à révolutionner l’histoire de la science-fiction, il ne verra jamais le jour.

Continuer à lire … « Jodorowsky’s Dune »