Rencontre avec Jim Cummings

Acteur, réalisateur et scénariste

IMG_5726

Deux jours après avoir reçu le Grand Prix au Festival de Deauville, Jim Cummings nous a reçu pour parler de son premier film, le très réussi Thunder Road, actuellement en salles.

Vous êtes nouveau dans le monde du cinéma, pouvez-vous présenter ?

Je viens de Nouvelle-Orléans, en Louisiane. J’ai étudié le cinéma à Boston pendant 4 ans, puis je suis allé à San Francisco où j’étais assistant de production pour la société Industrial Light & Magic de George Lucas. J’ai travaillé sur Captain America, je m’ennuyais à apporter les cafés… J’ai fait cela quelques années, puis j’ai produit des films d’animation, des clips, des publicités, ce qui m’a appris à gérer une équipe. J’ai passé 6 ans effrayé à l’idée de faire quelque chose par moi-même, j’avais peur que ce soit mauvais. Je pensais que je n’étais pas assez doué pour faire quoi que ce soit. Ensuite, à Los Angeles, j’ai travaillé pour des vidéos comiques que je ne réalisais pas, et qui n’étaient pas très drôles. Je m’occupais des budgets et de l’organisation. On faisait trois courts-métrages par semaine. J’ai eu alors envie de faire quelque chose de drôle, j’avais l’ambition d’essayer par moi-même. On a donc tourné le court-métrage Thunder Road en une journée, en six heures, après avoir répété pendant deux mois. Sérieusement, je viens de nulle part. J’étais employé dans cette société, je n’ai pas de formation d’acteur, mais je voulais faire quelque chose qui puisse marquer les gens.

La première séquence de votre film est adaptée de ce court-métrage, Thunder Road. Comment vous est venue l’idée d’en faire un long-métrage ?

Continuer à lire … « Rencontre avec Jim Cummings »

#Cannes2018 : The Pluto Moment

Un film présenté à la Quinzaine des réalisateurs

IMG_3159
L’équipe de The Pluto Moment à Cannes @ Victorien Daoût

Ming Zhang s’est inspiré d’une expérience vécue lors d’une randonnée, il y a 10 ans, pour imaginer The Pluto Moment, qui met en scène l’errance d’un réalisateur et de son équipe lors de repérages dans les montagnes chinoises. Soumise au hasard et aux aléas naturels, l’ambulation des personnages se prolonge progressivement en une quête mystique, motivée par le désir d’entendre et de capter le « récit des ténèbres », un chant traditionnel entonné après la mort d’un individu. Si cet enjeu dramatique n’atteint pas le stade de l’envoûtement, il y a, dans ce film qui montre le cinéma comme une recherche infinie, un questionnement pertinent sur le regard de l’artiste – cela passe par le pathétisme du héros réalisateur, qui devrait arriver à voir ce que les autres ne voient pas, ou encore cet étonnant changement de point de vue final avec la jeune paysanne. La mise en abîme a le mérite d’investir un moment peu représenté au cinéma, à savoir les prémisses d’un tournage, et permet la cartographie d’un territoire peu connu, celui des forêts de la Chine reculée du sud-est, région en train de se dépeupler, loin du tumulte des villes mondialisées qui font le décor de trop nombreuses productions chinoises contemporaines. Elle éclaire la psyché de Ming Zhang, réalisateur qui se fraye un chemin singulier dans le cinéma chinois depuis la fin des années 1990. La fin du film, qui coïncide avec la fin des repérages, finit de donner à voir les tourments et les difficultés intrinsèques à la volonté de créer : The Pluto Moment ressemble à une sculpture non finie, qui séduit en prenant le temps de déployer une esthétique de l’inachevé très personnelle.

The Pluto Moment / De Ming Zhang / Avec Miya Muqi, Xue-bing Wang / 2018

#Cannes2018 : Woman at war

Sélectionné à la Semaine de la critique
Sortie le 4 juillet

jour2fete-woman-at-war-affiche-1534

Halla, la cinquantaine, est une guerrière singulière. Professeur de chant dans la vie, elle mène en parallèle un combat qui fait d’elle une dissidente poursuivie dans toute l’Islande par des drones et des hélicoptères : armée d’un arc, l’activiste s’attaque aux lignes électriques qui alimentent les usines d’aluminium, responsables de la pollution des sols du pays.

Continuer à lire … « #Cannes2018 : Woman at war »

Come as you are, the miseducation of Cameron Post

Sortie le 18 juillet

bande-annonce-fillm-come-as-you-are-desiree-akhavan-chloe-grace-moretz-livre-emily-m-danforth-the-miseducation-of-cameron-post-lgbt-sundance-festival-grand-prix-numero-magazine

C’est un fait méconnu et stupéfiant : dans plus de 40 états américains, 70 000 adolescents sont envoyés tous les ans dans des établissements pour suivre des « thérapies de conversion ». Il s’agit de détourner les jeunes homosexuels de ce péché suprême qui consiste à aimer une personne du même sexe que le sien… En somme, tout le contraire de ce à quoi invite le titre du beau film de Desiree Akhavan, Come as you are (« viens comme tu es »). Au début des années 1990, après avoir été surprise en train d’embrasser la fille dont elle est secrètement amoureuse, Cameron Post (Chloë Grace Moretz) est envoyée dans un de ces camps, au beau milieu de la Pennsylvanie, afin de la voir « guérir ». Alors qu’elle arrive à un moment charnière de son existence, lorsque gagner en maturité passe par l’affirmation de son identité sexuelle, l’héroïne entre rapidement en conflit avec la thérapie qu’on cherche à lui imposer, décidée à vivre et à aimer librement.

Continuer à lire … « Come as you are, the miseducation of Cameron Post »

Manifesto

Actuellement au cinéma

1123604-manifesto_photo1jpg
Cate Blanchett, exceptionnelle, endosse treize rôles dans ce surprenant film concept @Haut et court distribution

À l’origine, ce film n’est pas destiné au cinéma : il s’agit d’une installation exposée dans les musées d’art contemporain, qui diffusait sur treize écrans en même temps les scènes des différents personnages incarnés par Cate Blanchett. Si le montage conçu par l’artiste allemand Julian Rosefeldt pour les salles obscures fait perdre à l’oeuvre la force qu’elle puisait dans l’effet de simultané et la liberté laissée au spectateur, il fait néanmoins place à un étonnant et passionnant film concept.

Continuer à lire … « Manifesto »

Désobéissance

Au cinéma le 13 juin

A102_C002_0124R1
«Whenever I’m alone with you
You make me feel like I am free again»… @Mars Films

Ronit (Rachel Weisz), photographe à New York, retrouve pour quelques jours et après des années d’absence la communauté juive orthodoxe londonienne dans laquelle elle a grandi : son père, rabbin, vient de mourir. Sa vie new-yorkaise l’a considérablement éloignée des moeurs de la communauté, et sa présence que personne ne semblait attendre crée le trouble. Elle revoit pour cette occasion le fils spirituel de son père (Alessandro Nivola), désormais marié à Esti (Rachel McAdams), avec qui elle a vécu une histoire passionnée avant son départ définitif…

Continuer à lire … « Désobéissance »

Le Limier

Le chef-d’oeuvre de Mankiewicz est diffusé ce lundi 28 mai sur Arte

limier-1972-07-g

Après le tournage de Cléopâtre, Mankiewicz avait déclaré qu’il ne réaliserait plus qu’un film avec deux acteurs dans une cabine téléphonique. C’est presque chose faite avec Le Limier, huis-clos avec lequel il termine volontairement sa carrière (il meurt vingt ans plus tard). Dans cet ultime film, le réalisateur d’Ève et Jules César resserre son terrain de jeu cinématographique à l’extrême, à la limite de la théâtralité. Le Limier est une tragédie en trois actes. Trois coups de théâtre, un lieu, deux personnages. L’un est un écrivain reconnu et bourgeois, l’autre est un coiffeur issu d’une famille d’immigrés italiens. Andrew Wike (Laurence Olivier) et Milo Tindle (Michael Caine) se rencontrent pour la première fois mais se connaissent pour une simple (mais déconcertante) raison : Milo vient demander à Andrew la permission d’épouser sa femme Marguerite dont il est l’amant. Pourquoi devaient-ils se rencontrer ? Andrew a invité Milo dans sa somptueuse demeure pour lui proposer un marché : simuler un vol de bijoux. Milo les revendra et pourra alors répondre aux goûts luxueux de sa nouvelle compagne, et Andrew empochera l’argent de l’assurance.

Continuer à lire … « Le Limier »