Patrick Melrose

Diffusée sur Showtime

patrickmelrose
Benedict Cumberbatch (Patrick Melrose) © Showtime

La série Patrick Melrose est adaptée des livres d’Edward St. Aubyn, dans lesquels il raconte sa propre vie à travers le personnage fictif de Patrick Melrose. Violé par son père dès l’âge de cinq ans, il tente de faire face aux traumatismes de son enfance en se réfugiant dans la drogue et l’alcool. C’est après la mort de son père et une tentative de suicide qu’il décide finalement de reprendre en main sa vie et d’affronter ses démons, tant bien que mal. La mini-série de cinq épisodes nous permet de suivre la vie de Patrick, déjà adulte, entremêlée de flash-backs de son enfance. Ce faisant, le créateur de la série David Nicholls peint un portrait glaçant de l’aristocratie britannique.

La série possède déjà un support prometteur : les livres de St. Aubyn sont remarquablement bien écrits et souvent cités, à juste titre, au cour des épisodes, tant ils sont incroyablement riches et complexes. Avec l’utilisation de flash-backs et d’un montage dynamique, Nicholls nous permet de découvrir petit à petit toute la vie du personnage et l’impact du passé sur son présent. L’oeuvre insiste sur la relation, souvent dysfonctionnelle, entre parents et enfants dans ce milieu aristocratique, microcosme d’abus, complètement déconnecté du reste du monde. Avec ce rythme rapide, la série nous donne à voir cet univers de constante débauche et les différentes séquelles qu’il inflige aux enfants qui grandissent en son sein. Le thème de l’addiction est traité de manière intelligente, nous donnant à voir le cercle vicieux qu’elle représente et la dépression qu’elle engendre, sans jamais tomber dans un schéma trop manichéen. Les personnages sont en effet tous fondamentalement humains et nuancés, ce qui les rend d’autant plus intéressants et attachants. La série traite de thèmes graves avec subtilité, alternant passages humoristiques et tragiques. Sa réussite doit aussi beaucoup à la superbe interprétation de Benedict Cumberbacth qui joue le personnage éponyme et confirme encore une fois son immense talent. Il est ici d’une justesse saisissante et nous livre certainement une de ses meilleures performances. 

En plus d’un scénario astucieux, la série est un véritable émerveillement visuel et la beauté de l’écriture se retrouve dans la réalisation. Le directeur de la photographie James Friend crée une esthétique innovante avec des couleurs éblouissantes et une composition du cadre toujours travaillée. Elle est également accompagnée d’une bande son variée qui vient souvent contraster le propos et permet la création d’une atmosphère incomparable. C’est cette attention aux détails de mise en scène qui fait de Patrick Melrose une mini-série fondamentalement géniale mêlant une histoire à la fois déchirante et déjantée à un travail de réalisation original.

Patrick Melrose, créée par David Nicholls / Avec Benedict Cumberbatch, Hugo Weaving, Allison Williams, Anna Madeley et Pip Torrens / Showtime 2018 / Découverte en avant-première au festival Série Series 

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s