Queen & Slim

Au cinéma le 12 février 2020

QUEEN & SLIM
Daniel Kaluuya (Slim) et Jodie Turner-Smith (Queen) © Universal

Dans un diner américain plutôt banal, deux jeunes gens se donnent rendez-vous via Tinder. Après un date peu concluant, le duo afro-américain se fait arrêter sur la route du retour pour une infraction mineure. La situation s’échauffe rapidement et, tentant de se défendre, le jeune homme tue le policier qui les a violemment interpellé. Un choix s’impose alors au couple : déclarer l’accident et s’engouffrer dans une procédure judiciaire biaisée en raison de leur couleur de peau ou prendre la fuite ensemble. 

Queen et Slim, comme on les surnomme, deviennent rapidement un symbole de lutte contre le racisme et leur acte de défense légitime est perçu comme celui d’une révolte contre les forces de l’ordre. Ils entament alors un voyage, tentant à la fois de sauver leur vie et de se détacher de cette interprétation politique et sociale de leurs actions qui entraînent des répercussions violentes.

C’est le point de départ d’un road trip mouvementé et épique. Dans ces conditions extrêmes, le jeune couple apprendra à se connaître et à co-exister. La course-poursuite sert presque de prétexte à la réalisatrice Melina Matsoukas, qui filme brillamment la naissance d’une complicité entre deux personnages qui peinent à s’admettre qu’ils ont besoin l’un de l’autre. Liant continuellement histoire d’amour et suspense, elle parvient à rendre son œuvre très personnelle tout en lui donnant une portée engagée mais jamais écrasante. Si la réalisatrice rend son sujet aussi prenant et ses personnages aussi complets, c’est aussi grâce à une touche d’humour qu’elle parsème finement durant tout le film. Au service d’un scénario intelligent, on retrouve une identité visuelle intrigante et particulièrement impressionnante dans le cadre d’un premier long-métrage. À noter également, une bande-son RnB omniprésente qui, lors de certaines séquences, fait fortement écho au travail de Melina Matsoukas comme réalisatrice de clips musicaux. Cette réussite formelle et narrative va de paire avec un excellent casting : Daniel Kaluuya (Get out) s’affirme encore une fois comme l’un des jeunes acteurs britanniques les plus prometteurs, et l’énigmatique Jodie Turner-Smith captive immédiatement.

Malgré une légère perte de rythme à souligner dans sa seconde partie, le film de Melina Matsoukas est un réel accomplissement : un road movie tourmenté et incandescent mettant en scène la transfiguration de deux personnages ordinaires en figures de résistance et l’accomplissement d’une romance fusionnelle. Ce Bonnie and Clyde moderne et sensible nous transporte par une imagerie harmonieuse et de très belles performances.

Queen & Slim / De Melina Matsoukas / Avec Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith / Etats-Unis / 2h12 / Sortie le 12 février 2020.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s