Preacher

Diffusée sur AMC / Disponible sur OCS

 

pre_cart_dominic_ruth_joe_mg_03192017_0046_f.jpg
Ruth Negga (Tulip O’Hare), Joseph Gilgun (Cassidy) et Dominic Cooper (Jesse Custer) © Marco Grob / AMC

La série est inspirée des comics du britannique Garth Ennis et raconte la vie d’un prêtre aux apparences banales, qui va se retrouver en possession d’un pouvoir divin. Preacher c’est un peu un mélange de Tarantino et McDonagh sur petit écran : du gore, du surnaturel, des personnages au bord de la folie, de l’humour noir et le tout lié par une extrême violence. La série créée en 2016 par Seth Rogen, Evan Goldberg et Sam Catlin a connu un immense succès et entame aujourd’hui sa troisième saison.

Dans la première saison, la série s’appliquait à présenter le personnage principal : Jesse Custer. C’est autour de lui et de son acquisition, par inadvertance, d’un étrange pouvoir qu’est fondée cette saison. Cet événement marque le début d’une course poursuite entre tout ceux qui veulent s’emparer du pouvoir. Il nous permet aussi d’en apprendre plus sur le passé mouvementé de Jesse et de comprendre un peu les dilemmes moraux qui agitent l’homme de foi. Il est incarné très justement par Dominic Cooper (Mamma Mia, The Devil’s Double) qui prouve encore une fois qu’il est capable d’endosser un rôle d’une telle intensité. Pour sauver sa peau, ce dernier est aidé par Tulip, avec qui il entretient une relation tumultueuse et Cassidy, un vampire irlandais. On présente effectivement les personnages secondaires mais ne leur accorde pas énormément d’importance. Leur présence ne fait que répondre au développement du personnage de Jesse. Ce que cette premiere saison réussie brillamment c’est la mise en place d’une atmosphère particulière. L’ambiance de Preacher est assez spéciale et servie par une esthétique propre au style des comics. Une identité visuelle très excentrique et « trash », à l’image de ses personnages.

Cette mission survie et la maîtrise du pouvoir occupent toute la premiere saison, à la fin de laquelle on avait appris la disparition de Dieu. Dans cette deuxième saison les personnages entament donc une quête (principalement dans des clubs de Jazz de la Nouvelle-Orléans) pour retrouver Dieu et lui poser des questions. Alors qu’on nous conte cette histoire hallucinante, on s’attarde aussi plus sur les acolytes de Jesse et leurs histoires personnelles. Cette profondeur donnée aux personnages secondaires permet des performances plus poussées de la part de Ruth Negga (Loving), l’interprète de la très classe et sanguinaire Tulip, ainsi que le favori des fans, le rigolo de la bande et très cool Cassidy joué par l’inimitable Joseph Gilgun (Misfits, Pride). Après le succès de la première, cette deuxième saison, presque plus réussie, nous entraîne encore plus loin dans le monde brutal de Preacher. Un travail aussi bien visuel que sur les personnages plus poussé, ainsi qu’un soundtrack plus présent.

Ce qu’on peut cependant reprocher à la série, c’est parfois une trame narrative qui se perd et part dans trop de directions différentes. Malgré tout, Preacher reste bien l’une des séries les plus décalées et ambitieuses de ces dernières années.

Saisons 1 et 2 créées par Seth Rogen, Evan Goldberg et Sam Catlin / Avec Dominic Cooper, Ruth Negga et Joe Gilgun / Troisième saison actuellement sur AMC – diffusée sur OSC en France

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s