Relic

Actuellement au cinéma

Bella Heathcote dans « Relic » – © Star Invest Films France

Depuis la déferlante des productions A24 (Hérédité, The Lighthouse), le cinéma d’auteur horrifique continue de s’offrir une cure de jouvence, accordant une part de plus en plus importante aux femmes. C’est dans cette démarche que s’inscrit Relic, premier long-métrage de l’australo-japonaise Natalie Erika James, qui malheureusement ne tient pas longtemps le choc face à la concurrence.

On y suit le quotidien compliqué de Kay (Emily Mortimer) dont la mère octogénaire Edna (la talentueuse Robyn Nevin) est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Lorsque cette dernière disparaît de son domicile sans laisser de traces, Kay se lance à sa recherche, accompagnée par sa fille Sam (Bella Heathcote). Contre toutes attentes, Edna réapparait et se montre de plus en plus étrange et agressive avec sa famille. Est-ce là la simple conséquence de sa maladie ou quelque chose de plus malfaisant encore ?

Dès l’arrivée de Kay et sa fille dans la vieille maison familiale, le programme du film se dévoile sans détour. Relic est un huis-clos d’horreur blindé d’influences diverses et porté par un authentique savoir-faire. Magnifiquement éclairée, toute faite de clairs-obscurs et petites pièces exiguës, la maison instaure bien vite une atmosphère angoissante à souhait, petit coin de paradis virant à l’enfer une fois la nuit tombée. Isolée en pleine campagne, la petite bicoque se fait un terreau idéal pour les quelques sursauts que le film réserve dans sa première partie.

Hélas, Relic n’aura pas grand-chose de plus à offrir tant son histoire, pourtant thématiquement bien remplie (la peur de la vieillesse et de la mort, le poids de l’hérédité, l’emprise psychologique) manque cruellement d’incarnation. Si la bonne volonté de la réalisatrice et de ses trois impeccables comédiennes fait plaisir à voir, le film souffre en fin de compte d’un cruel déficit de mythologie. Jamais le long-métrage ne transcende son imaginaire classique de maison hantée, dont la puissance évocatrice s’est tarie depuis longtemps. Il serait toutefois un peu sévère de condamner d’un même geste le film et sa créatrice. Relic est un coup d’épée dans l’eau, certes, mais il contient néanmoins, dans son ADN profond, une vraie pulsion de cinéma que l’on devine alimentée par une cinéphilie multiple, à mi-chemin entre l’épouvante psychologique et le body horror dépressif. Un héritage que le climax très surprenant parvient in extremis à réactiver, marquant peut-être la première étape maladroite d’une carrière à suivre.

Relic / De Natalie Erika James/ Avec Emily Mortimer, Robyn Nevin, Bella Heathcote / Etats-Unis-Australie / 1h 30min / Sortie le 7 octobre 2020.

Une réflexion sur « Relic »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s