Le Grand Jeu

Actuellement en salles

c0a8214_22025-1tw7um3.wmp6
Jessica Chastain, impériale dans Le Grand Jeu (Molly’s Game) d’Aaron Sorkin ©SND

L’histoire vraie de Molly Bloom a tout d’une fiction. Championne de ski acrobatique de haut niveau, elle arrête le sport après plusieurs blessures, puis devient l’assistante personnelle d’un millionnaire capricieux et tyrannique. Très vite, elle décide d’organiser elle-même des parties de poker : les plus importantes personnalités du show-business et du monde des affaires vont se retrouver autour de sa table, misant des sommes astronomiques. Elle devient alors la plus grande organisatrice de tournois de poker privés aux Etats-Unis, jusqu’à son arrestation par le FBI en 2013…

Le scénariste Aaron Sorkin, qui réalise son premier film, tire de ce destin exceptionnel le récit d’une travailleuse passionnée. Ce film est celui d’une femme, Molly Bloom, incarnée par une Jessica Chastain impériale, qui se métamorphose à chaque plan. Dès la première seconde, c’est Molly qui narre son histoire. Transpire une certaine vision de l’individu au regard de la société : elle se décrit par ce qu’elle fait et dit, et non pas par ce que les autres veulent voir en elle. Il était déjà question d’honnêteté et d’exigence morale dans le précédent rôle-titre de Jessica Chastain, Miss Sloane de John Madden. A nouveau, l’actrice américaine incarne une femme forte et décidée, loyale, cherchant à dépasser ses propres limites. Jouer toutes les cartes que l’on a en main à chaque moment de sa vie, de la même manière que l’on fait tapis au poker, tel serait le credo de l’héroïne. Cette manière de vivre avec vérité et intensité trouve son expression dans ce que le film réussit le mieux : le montage et les dialogues, qui ne sont pas sans rappeler The Social Network de David Fincher, qui a valu à Aaron Sorkin l’Oscar du scénario. La répartie des personnages, la rapidité avec laquelle sont menés les échanges verbaux et l’alternance des plans, jouant avec les points de vue comme avec les époques, sont précis et survitaminés, très efficaces. Et dans ce rythme effréné, un moment de douceur se détache tout particulièrement : la scène de la patinoire, qui révèle à elle seule la personnalité de Molly. Elle est empreinte d’une grâce lumineuse, libératrice.

Molly’s Game / D’Aaron Sorkin / Avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner / Actuellement en salles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s