Rencontre avec : Jack Baldwin

Acteur / Actor (traduction française après version originale)

jackbaldwin.jpg
Jack Baldwin

Mischief Theatre is one of the most acclaimed names in British comedy. Their show The Play That Goes Wrong has been running in London since 2012 and their more recent one The Comedy About A Bank Robbery since 2016. This year they came back with an improv show, Mischief Movie Night, making them the only company with three shows running simultaneously in the West End. The casts for both shows are changing this year and we met one of the newcomers : Jack Baldwin, who played in The Play That Goes Wrong, and is making his debut in The Comedy About A Bank Robbery this week .

When stepping into a role that has been played before, do you try to recreate what the previous actor did or try to make up your own version?

A bit of both, I think all actors are individuals so there are some things that they can do that I couldn’t possibly hope to do, but equally there are some things I can do that they can’t. As long as you’re true to the character and the play itself I think we end up doing similars things.

You’ve played Basil Fawlty and Chris Bean, they’re both known for getting worked up very easily, would you say that they’re typically British characters?

Yes there’s something very British about being that repressed and that uptight. It’s almost like there are no emotions until something happens, then snap and it’s all the anger or whatever emotion it is they’re repressing. It’s quite British that sudden change in people. But also the relationship between the people around them, so with Basil it’s his relationship with Sibyl, Manuel and the guests of course. He’s meant to like them and be nice to them but when he’s pushed too far he just can’t manage it. It’s the same with Chris Bean, he’s got to play this character and he’s actually not too bad at it, but he’s just not a very good actor. He’s doing the best he can until things get too much and then he screams at the audience or the other actors.

Can it still work well with international audiences according to you? 

I think so yes, because of the themes in these shows. For The Comedy About A Bank Robbery it’s people wanting to get rich, people falling in love, possibly with the wrong people or people who are unhappy with their situation in life and they think they have a chance to make it all right, that’s the case with my character Shuck. It’s also very silly, as well as being, I think, a better written play than The Play That Goes Wrong, it shows their development as writers.

Do you work closely with the directors and the original cast?

A bit when they’re around and not working on something! But if I were to send them a message they’d answer, they’re very hands on when they’re invited to be or if you say leave me alone they’ll understand. The original director Mark Bell is in everyday. Sometimes it’s nice when a director comes and puts his arms around you and say that you’re doing really great stuff and other times they can be more strict. Some actors like to be very directed and some left alone I’m kind of halfway between the two.

Is there a lot of room for improv in these shows? How can you know when it might be a good time to improvise or to stick to the script?

There are a few moments where there’s some room, the rest of it is quite scripted. That’s the nature of farces in general, if you go off the formula as it were then you miss all the big jokes. That’s one reason why on both these shows we get a lot of notes sessions, the directors come in regularly. Because you start developing extra little jokes and the audience laugh and you think : « Oh this is going really well! » but actually you’re going away from the big joke at the end. Improv is something really individual to different actors, there are some moments in The Play That Goes Wrong especially, where there’s enough of a gap for the audience to interrupt. Or if something genuinely goes wrong then you don’t have a choice! There’s a big book of contingencies, bigger than the script, of what to do when certain things don’t happen, partly for safety and partly for trying to keep the story in place.

Has anything gone genuinely wrong on stage when you were in The Play That Goes Wrong ?

I’ve definitely forgotten my lines on stage! But also because if you start saying a line slightly wrong, you start tripping over words, then every single night in your head that gets bigger and bigger. So something like : « Because you found out about his affair with Florence ! », then every night you start thinking am I pronouncing it right? And the next night you say « Because you found out about his affair with Florence ! » (rolling the « r » of Florence). And you start overhearing, over listening, monitoring you self too much and just go « Because you found out about his affair with your sister! » because you’re too scared of saying the word!

There’s also singing in The Comedy About A Bank Robbery, have you already done a musical or is it a first?

Yes I’ll be nervous about that! I haven’t done any musicals since drama school. It’s a bit of a challenge for some of the songs because I have quite a low voice and I don’t necessarily have the same training as the rest of the cast who are phenomenal singers!

Do you still get nervous before a show? 

Yes, every time. I used to live next to another actor and when I was auditioning for drama schools he asked me if I was nervous, I said yes and he said : « No, you’re not nervous, you’re excited ». So I keep remembering that every time because that’s kind of true as well, it’s a wonderful thing to go out and make 500 people laugh, that’s exciting. After a few months doing the same show, it’s a different kind of nerves, because you want to maintain what you had on the first night when that extra adrenaline lifted the performance somehow!

Mischief Theatre had 3 shows playing in the West End at the same time this year, which is massive, what do you think is so special about their shows?

The shows have a life of their own I think, they’re very intoxicating. There are so many jokes per page that they just carry people along and you get taken into a different place as an audience member, they’re quite transformative. There’s a lot of comedies that don’t have that sense of enthusiasm.

What would you say to someone to convince them to come see The Comedy About A Bank Robbery?

If you want to laugh or if you need to laugh, then you will! The amount of people that come up and say « I haven’t laughed like this in ages » or « Since a family member passed away » is amazing. It really lifts people souls and spirits!

The Comedy About A Bank Robbery is playing at the Criterion Theatre in London until November 4th, 2018.

ebedf5_c87fa89fd2714c3e89e57d42b2f7c961~mv2
Affiche de la pièce avec le casting original

La compagnie Mischief Theatre est l’un des grands noms de la scène comique britannique. Leur création The Play That Goes Wrong se joue à Londres depuis 2012 et leur plus récente The Comedy About A Bank Robbery depuis 2016. Cette année ils revenaient avec Mischief Movie Night, un spectacle d’improvisation, faisant d’eux l’unique compagnie avec trois pièces se jouant simultanément au West End. Alors que les castings des pièces vont connaitre plusieurs changements cette année, nous avons rencontré un des nouveaux arrivants : Jack Baldwin, qui après avoir joué dans The Play That Goes Wrong, fait cette semaine, ses débuts dans The Comedy About A Bank Robbery.

Quand tu reprends un rôle qui a déjà été joué, essayes-tu de recréer, dans un certain sens, ce que l’acteur précédent faisait ou de t’en éloigner le plus possible ? 

Un peu des deux, je pense que tous les acteurs sont uniques donc il y a des choses qu’ils peuvent faire dont je suis incapable, mais à l’inverse il y a des choses que je peux faire et qu’ils ne peuvent pas. Tant qu’on reste fidèle au personnage et à la pièce elle-même je pense qu’on fini toujours par faire des choses assez similaires.

Tu as interprété Basil Fawlty, un personnage joué par John Cleese dans une série mythique anglaise et Chris Bean dans The Play That Goes Wrong, tous deux sont connus pour s’énerver très facilement, s’agit-il d’un trait de caractère typiquement britannique ?

Oui, il y a quelque chose de très britannique dans le fait d’être réprimé et coincé à ce point! C’est presque comme s’il n’y avait aucune émotion jusqu’à ce que quelque chose se produise, puis tout se rompt d’un coup et là on voit toute la colère ou autre émotion qu’ils répriment. C’est assez britannique ce changement brutal chez les gens. Mais aussi leur relation avec les personnes qui les entourent, pour Basil c’est avec Sybil, Manuel et évidemment les invités, soit le public. Il est censé les apprécier et être gentil avec eux mais quand on le pousse trop loin il n’y arrive plus. C’est pareil avec Chris Bean, il a ce rôle à jouer et en réalité il ne s’en sort pas trop mal, c’est juste qu’il n’est pas un très bon acteur. Il fait tout ce qu’il peut jusqu’à ce que les choses le dépassent et alors là il se met à crier sur le public et les autres acteurs.

Est-ce que les pièces peuvent quand même plaire à un public international ?

Je pense que oui, notamment grâce aux thèmes évoqués dans ces pièces. Dans The Comedy About A Bank Robbery, il s’agit d’individus qui veulent s’enrichir, qui tombent amoureux, possiblement pas de la bonne personne, ou encore qui sont mécontents de leur vie et pensent qu’ils peuvent tout changer, c’est le cas pour mon personnage Shuck. C’est aussi très loufoque et, selon moi, mieux écrit que The Play That Goes Wrong, cela montre leur évolution en tant qu’auteurs (faisant référence à Henry Shields, Henry Lewis et Jonathan Sayer, les créateurs des pièces et de la compagnie Mischief Theatre).

Est-ce que tu travailles beaucoup avec les créateurs et acteurs originaux de la pièces ?

Un peu quand ils sont dans le coin et qu’ils ne sont pas trop occupés ! Mais si je leur envoyais un message ils répondraient, ils sont très impliqués quand on en a besoin mais si on leur demande de nous laisser de l’espace ils le comprendront aussi. Le metteur en scène original Mark Bell est présent tous les jours. Parfois c’est très agréable d’avoir un metteur en scène qui vient mettre son bras autour de ton épaule pour te dire que ce que tu fais est bien et parfois ils peuvent être plus strictes. Des acteurs aiment être très dirigés et d’autres laissés tranquilles, je suis un peu entre les deux.

Y’a-t-il beaucoup d’opportunités pour improviser dans ces pièces ? Comment sais-tu quand il vaut mieux improviser ou suivre le texte ?

Il y a quelques moments où il y a des opportunités mais le reste est assez écrit. C’est la nature des farces en général, si on s’éloigne trop de la formule traditionnelle on rate toutes les grosses blagues. C’est une des raisons pour lesquelles, dans ces deux pièces, on a beaucoup de sessions avec le metteur en scène qui vient nous faire des remarques sur nos performances. Parce qu’à un moment on commence à developper des petites blagues en plus du texte et le public rigole alors on pense : « Oh ca se passe vraiment bien ! » alors qu’en réalité on s’éloigne de la grande blague de la fin. L’improvisation est quelque chose de propre à chaque acteur, il y a plusieurs moments, essentiellement dans The Play That Goes Wrong, où il y a une pause assez grande pour que le public puisse intervenir. Ou bien si quelque chose tourne véritablement mal alors on a plus le choix! Il y à un livre énorme, plus gros que le texte de la pièce, avec tous les imprévus possibles et quoi faire si certaines choses se passent mal, d’un coté pour des raisons de sécurité et aussi pour maintenir l’histoire en place.

Est-ce que quelque chose a déjà vraiment mal tourné quand tu étais dans The Play That Goes Wrong ?

J’ai indéniablement déjà oublié mon texte sur scène ! Mais aussi parce que si jamais on dit une réplique un peu différemment une fois, on commence à buter sur certains mots et tous les soirs ca s’amplifie encore et encore. Par exemple quelque chose comme « Peut-être parce que tu as découvert sa liaison avec Florence ! », et tous les soirs on pense est-ce que je le prononce correctement ? Puis la nuit suivante on dit « Peut-être car tu as découvert sa liaison avec Florence ! » (en roulant le « r » de Florence). Et on commence à s’écouter beaucoup trop et y faire trop attention jusqu’a ce que la réplique devienne « Peut-être parce que tu as découvert sa liaison avec ta soeur ! » juste parce qu’on a trop peur de dire le mot en question!

Il y a aussi des chansons dans The Comedy About A Bank Robbery, as-tu déjà fait des comédies musicales ou est-ce une première ?

Oui, je vais être très nerveux par rapport à ca ! Je n’ai pas fait de comedies musicales depuis mes études de théâtre. C’est assez difficile pour certaines des chansons car j’ai une voix assez grave et je n’ai pas la même formation que le reste du casting qui sont des chanteurs fantastiques !

Est-ce que tu es toujours nerveux avant de monter sur scène ?

Oui, à chaque fois. J’habitais à coté d’un autre acteur à un moment et quand j’auditionnais pour des écoles de théâtre, il m’a demandé si j’étais nerveux, j’ai dis oui et il m’a répondu : « Non, tu n’es pas nerveux, tu es excité ». Donc j’essaye de me souvenir de ça à chaque fois car c’est aussi vrai d’une certaine manière, c’est formidable de monter sur scène et faire rire 500 personnes, c’est excitant. Après plusieurs mois dans la même pièce, c’est une angoisse un peu différente, car on essaye de maintenir ce qu’on a ressenti le premier soir, lorsque que cette montée d’adrénaline a en quelque sorte, élevé la performance !

La compagnie Mischief Theatre avait trois des ses créations qui se jouaient au même moment à Londres cette année, ce qui est particulièrement impressionnant, qu’est-ce qui rend leurs spectacles si spéciaux ?

Les pièces ont chacune une vie qui leur est propre je pense et elles sont enivrantes. Il y a tellement de blagues par page qu’elles transportent le public et l’amènent dans un endroit complètement different, elles le transforment. Il y a beaucoup de comédies qui n’ont pas ce sens de l’enthousiasme.

Qu’est ce que tu dirais à quelqu’un pour le convaincre de venir voir The Comedy About A Bank Robbery ?

Si vous voulez rire ou que vous avez besoin de rire, vous rirez ! Le nombre de personnes qui en sortant disent « je n’avais pas rit comme ça depuis des années ! » ou « depuis que tel membre de ma famille est décédé » est impressionnant. La pièce vous rendra réellement heureux !

The Comedy About A Bank Robbery se joue au Criterion Theatre à Londres jusqu’au 4 novembre 2018.

Entretien réalisé par Chloé Caye le 12/02/18 à Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s