Rencontre avec : Murray Gold

Compositeur / Composer (traduction française après version originale)

 

5b0180f12000004200b92141
Ben Whishaw (Norman Scott) et Hugh Grant (Jeremy Thorpe) dans la série A Very English Scandal

Murray Gold is a 5 time BAFTA nominated British composer. He has worked on shows such as Vanity Fair, Casanova and Queer as Folk. He is mostly known for his work on Doctor Who since it was renewed in 2005 and he only recently announced that he would be stepping down as the composer of the show. He is already back with new music for A Very English Scandal, the new tv series, about Jeremy Thorpe’s trial, directed by Stephen Frears. The show was premiered in France at the festival Séries Series and we had the great pleasure of sitting down with Murray Gold.

You’ve worked on Doctor Who for thirteen years, how did you manage to keep it fresh and come up with new ideas?

I don’t know, it’s like when you wake up in the morning, you talk to your friends on the phone and you have new funny things to say. I get really excited just sitting down and writing music for a new episode. Every episode was done so fast that it didn’t get time to really get stale you know? Even if it was 13 years on the same show, each episode was so different and so quick that I just had a lot of fun writing all that music.

Are you influenced by the actors as well? Obviously on Doctor Who they keep changing and they all have their own theme song.

Yes of course! Billie (Billie Piper) is completely responsable for Rose’s theme : her face, that’s what I saw. Donna’s theme as well, that was her to me at that time. Matt (Matt Smith) was a kind of wonky beat, always dropping a beat at the end of each bar (he hums). Because he looked awkward to me so I wanted him to have something a bit awkward. The music is just what I see.

Was that the same for A Very English Scandal, because now that I’ve seen the first episode I can’t hear the theme song without picturing Hugh Grant and Alex Jennings smirking at one another?

Oh really ? With A Very English Scandal, I read the script and it had this engine in it. Like something was driving these characters over the edge of the cliff, there was something destructive. It felt like a kind of comic tragedy and I just wanted it to sound like a Mozart’s opera :  quite light but with some levels of seriousness to it. You wonder where it’s going (he hums). That’s what I thought, we need something that’s gonna go right through every episode and keep on pulling us over that cliff with them.

Did you write everything just based on the script?

I pretty much wrote all of the characters’ themes from reading the script, although that’s not to take anything away from Stephen (Stephen Frears, the director)! I don’t know if I have told him, but a lot of that music was born from the script. But then of course, as he was making it, I was changing it and sending it to the cutting room. Sometimes he would say : « Just give me the music because then I’ll know how to cut it.» So I would finish a musical idea, send it off and then he would re cut the scene a little bit. That was a lovely thing it never usually works like that!

You’ve worked with Russell T. Davies a few times before, why do you think you complete each other so well?

I don’t know, he obviously likes me! I’ve heard him say things like : « There’s a buoyancy that lets the drama floats » and it keeps people on this high state of expectations. My music can be very excited, it’s very happy, thrilled to be here. That’s a quality that Russell’s characters have. They’re usually funny, attractive, charming and you want to spend time with them, so it seems to work with my music!

When you have to write very specific melodies, for example the theme from Queer as Folk is very happy (listen here), the one from Casanova is more romantic (listen here). Do you have to be in that mood in order to write or are you able to completely switch off?

I can’t, it’s really annoying isn’t it? When I write music, it’s just how I am. I don’t like anything getting too dark. I think I probably have a very strong authorial voice, and that works for you and against you. It means I can’t do everything but at the same time it means people recognize my music. They say things like : « Oh I bet that’s a Murray thing! » when they hear it, because it’s daft and annoying! I remember once when I was doing Clocking Off, one of the writers said : «I don’t understand, these people’s lives are so miserable and some of the music’s so cheerful.» I answered that they still get to the end of each day, they survive. It’s so important to me that they don’t seem miserable, because they keep going on, it’s something to be celebrated, but he was not convinced…

Do you write only when you’re feeling cheerful?

I write because I’m miserable! I write to cheer myself up! I often used to write words to explain what makes me unhappy and now I write music to overcome being unhappy. I think how joyful it is shows how much I need to cheer myself up. I need a big dose of medicine. That’s why I talk about Stevie Wonder. People don’t understand, they ask what my music has to do with Stevie Wonder : nothing, but it’s almost a religious power of music. Like gospel music, I could just listen to it all day. Just lifting the soul and the spirit, it really works wonders!

Are there any other musicians that inspired you ? For A Very English Scandal for instance ?

Not particularly for that no. I mean it was supposed to be « mozarty » and then Alastair King who was the orchestrator said it was more like Beethoven. I couldn’t hear that because I always hear Beethoven as being quite serious but Mozart, maybe it’s a cliché, you hear it as lighter. I did use all my experience of writing for a very english scandal. Being able to just concentrate on 3 episodes and have the time think about it was a real luxury for me. I didn’t get the chance to do that on Doctor Who, I had to do it all from instincts and not much technique. Whereas there was a lot of technique on A Very English Scandal.

You’re also working on a musical at the moment, can you tell us what it’s about?

It’s called Well Wood, it’s about a boy, who is very foreign, going to a new school in midwest in America. He’s a real stranger and its about his attempt to be part of a very kind of prejudiced, typical trump voting area of America. People are basically good people but they’ve never seen this exotic being before, so it’s the story of how it changes everybody. I’ve been working on it for 2 years but i’ve decided to start over from the beginning. I needed a bit of a re write, a musical is such a piece of architecture.

Do you feel like there are any differences between writing for TV and the stage?

A musical is really different from anything. Because you really are telling the story with the music and the lyrics and everything has to be to tell the plot, to speak the truth of the character. I’ve been accused before of trying to turn tv shows I’ve been working on into musicals. « Murray Gold doesn’t seem to understand that this is not a musical! » It’s true, I don’t! Because if I can make it a musical surely that’s gonna be better?

You should definitely make a musical tv show!

Well, I think that’s the next boundary to push. I think maybe people are ready for it. The other trouble is coordinating film with music is very hard to do. We did two episodes of Doctor Who with people singing, we only had a tiny bit of music but it turned into a nightmare for the editor. When you cut back to someone, they have to be in the right place of the song, you can’t freely cut. Certain shots have to be present otherwise you lose the synchronisation, so it’s very difficult.

Why are you considering Broadway and not the West End for your musical?

Because it’s the land of the musical. I feel like when British people speak they can’t naturally go into song, Americans got more of a rhythm to it. The American music tradition is really what musicals are. I mean apart from the Andrew Lloyd Weber moments, where you’ve got a lot of classical type themes. The jazzy type of musicals is an American invention. Also I’m writing a high school musical and, it’s almost a genre, you just don’t have high school musicals set in Britain. But you do make a good point because I have asked myself if I could try to put this in Britain because I know how to get it on there easier.

And that way we could come and see it!

You could still come to America! But yes I know, it’s always the money problem… It does take a while to get free from it. I sometimes think they should give everyone a million dollars when they’re 18 and then you can choose to spend it how you like.You would have old people, who had been irresponsible, walking around asking if young people could lend them some of their money. You know when you see people in sports cars in Los Angeles ? They’re all old men! What’s the point ? Just give the sports car to a young person, they look good in a sports car, old men just look desperate!

Talking about America, did you see any musicals there that inspired you to make that one?

I’ve seen a lot of musicals there, I’ve seen Hamilton very early and it’s amazing, did you see it?

I did yes! Lin-Manuel Miranda is just brilliant isn’t he?

He’s such a genius and a wonderful human being. Did you see him in the Larry David show ? It’s in the last series, they do a musical and Lin-Manuel is in it, you have to watch it! I saw a lot of good musicals, there’s one called Fun Home which is about a family that runs a funeral parlour, the dad is a closeted gay man and he commits suicide. It was brilliant, funny and very moving. Another one that I love is The Drowsy Chaperone, did you ever see that ? It’s so brilliant and funny! I could play it actually hold on (he gets his phone out). So that song is called Fancy Dress, you’re gonna think it’s so silly… (he puts the song on). I also saw the Great Comet of 1812 before it was on Broadway. It was in a tent, you sat at a table and all of the bar staff was serving vodka, then the barman suddenly gets out an accordion and starts playing that opening song, you know the one (he hums). Oh and that other one that was brilliant, the one by the Southpark people ?

The Book of Mormon ? I’ve seen that one about 6 times!

It’s just so good! I saw it with the original cast, that’s the good thing about living in New York you get to see everything first. On the other hand I’ve only just recently watched the original animated version of Beauty and The Beast and I loved the music. I’ve always loved Hairspray and Grease as well. When I was working with Stephen he’d been invited by a newspaper to list his top 5 fav musicals for some reason. So we sat in the studio trying to figure out what his answer was going to be and I was like : « Stephen, you gotta have Grease! »

Watch A Very English Scandal on BBC one / Interview by Chloé Caye on the 27/06/18 at Séries Series in Fontainebleau.

MV5BYTZlOGMzYjYtNmY3OC00NmQzLWIxM2YtMDkyNWQ5Y2IzMTFmXkEyXkFqcGdeQXVyMTExNDQ2MTI@._V1_SX1777_CR0,0,1777,999_AL_
Hugh Grant (Jeremy Thorpe) et Alex Jennings (Peter Bessell)

Murray Gold est un compositeur britannique, nominé 5 fois aux BAFTA awards pour son travail sur des séries telles que Queer as Folk, Casanova, Vanity Fair ou encore Doctor Who. Il est particulièrement connu pour sa contribution à cette dernière depuis son renouvellement en 2005 et a annoncé son départ il y a seulement quelques mois. Il est déjà de retour avec ses compositions pour A Very English Scandal, la nouvelle série du réalisateur Stephen Frears. La série traite du procès qui a agité la Grande Bretagne lorsque Jeremy Thorpe, le chef du parti libéral, est accusé d’avoir entretenu une relation sexuelle avec un certain Norman Scott. A l’occasion de son avant-première française au festival Séries Series, nous avons eu l’immense joie de rencontrer Murray Gold. 

Vous avez composé la musique de Doctor Who pendant 13 ans, comment parveniez-vous à trouver des nouvelles idées et ne pas tomber dans une sorte de routine ?

Je ne sais pas, c’est un peu pareil que quand tu te réveilles le matin, tu parles à tes amis au téléphone et tu as de nouvelles choses à leur dire. Je suis toujours très enthousiaste à l’idée de m’asseoir et d’écrire de la musique pour un nouvel épisode. Chaque épisode a été fait tellement rapidement que je n’ai pas eu le temps de me lasser tu vois ce que je veux dire ? Même si c’était 13 ans sur la même série, chaque épisode était si différent et rapide que je me suis énormément amusé en composant toute cette musique.

Est-ce que vous êtes aussi influencé par les acteurs ? Car dans Doctor Who ils changent tout le temps et possèdent tous leur propre musique.

Oui bien sûr! Billie (Billie Piper, l’interprète de Rose) est complètement responsable pour la musique de Rose, c’était son visage que je voyais. La musique de Donna (personnage incarné par Catherine Tate) également, c’était ce qu’elle était pour moi au moment où je l’ai écrite. Matt (Matt Smith, l’interprète du 11ème Docteur) c’était une mélodie un peu bancale (il chantonne). Il avait un physique étrange et j’avais envie qu’il ait une musique assez étrange aussi. La musique est tout simplement ce que je vois.

Est-ce que c’était le même processus pour A Very English Scandal ? Parce qu’après avoir vu le premier épisode, je ne peux pas écouter la musique sans avoir cette image de Hugh Grant et Alex Jennings avec leurs sourires narquois.

C’est vrai ? Pour A Very English Scandal, j’ai lu le script et il y avait cette force à l’intérieur. Comme si quelque chose poussait ces personnages vers le bord du précipice, comme une force destructive. C’était une tragi-comédie et je voulais que la musique sonne comme un opéra de Mozart : assez léger mais avec une touche de sérieux. En l’entendant on se demande où ça nous amène (il chantonne). Je me suis dis qu’il nous fallait quelque chose qui passe à travers tous les épisodes et continue de nous tirer au bord de ce précipice avec eux.

Avez-vous tout écrit seulement en lisant le scénario ?

J’ai écrit quasiment toutes les musiques propres aux personnages en lisant le scénario, mais je dis ça sans sous estimer ce que Stephen (Stephen Frears, le réalisateur) a apporté ! Je crois que je ne lui ai jamais dit mais une grande partie de cette musique est née seulement du scénario. Mais après évidement, pendant qu’il réalisait la série, je changeais des choses. Parfois il me disait : « Donne moi la musique comme ça je saurais comment couper cette scène. » Donc je terminais une idée musicale, je lui envoyais et en fonction de la musique il recoupait un peu la scène. Ça c’était formidable, ca ne marche jamais comme ça d’habitude !

Vous aviez travaillé avec Russell T. Davies (le scénariste de la série) plusieurs fois auparavant, pourquoi vous complétez-vous si bien selon vous ?

Je ne sais pas, manifestement il m’aime bien ! Je l’ai déjà entendu dire : « il y a une certaine force qui permet à l’action de flotter  et ça maintient les gens dans cette attente constante. » Ma musique peut-être très exaltée, très heureuse, ravie d’exister. C’est une qualité que les personnages de Russell possèdent. Ils sont souvent drôles, attirants, charmants et on a envie de passer du temps avec eux, donc ça fonctionne plutôt bien avec ma musique !

Quand vous devez écrire des mélodies très spécifiques, par exemple la musique de Queer as Folk est très joyeuse (écouter ici), celle de Casanova est plus romantique (écouter ici). Avez-vous besoin d’être dans cette humeur particulière pour écrire ou êtes-vous capable de vous séparer complètement de ce que vous ressentez ?

Non et c’est très frustrant… Quand je compose une musique, c’est ce que je suis. Je n’aime pas quand ça devient trop sombre. Je pense que j’ai un style assez marqué, ce qui présente des avantages et des inconvénients. Ça signifie que je ne peux pas tout faire mais aussi que les gens reconnaissent ma musique. En l’entendant ils vont dire des choses comme : « Tiens je parie que c’est quelque chose de Murray ! » probablement parce que ce qu’ils entendent est idiot et énervant ! Je me souviens une fois, quand je travaillais sur la série Clocking Off, un des scénaristes m’a dit : « Je ne comprends pas, les vies de ces personnages sont terribles, et pourtant la musique est si joyeuse ! » J’avais répondu qu’au bout du compte ils survivent. C’est tellement important pour moi qu’ils ne paraissent pas déprimés, ils continuent d’avancer et ça c’est digne d’être célébré. Au final il n’avait toujours pas l’air convaincu…

Vous écrivez seulement quand vous êtes joyeux ?

J’écris parce que je suis malheureux ! J’écris pour me remonter le moral. J’avais l’habitude d’écrire des mots pour expliquer ce qui me rendait triste et maintenant j’écris de la musique pour surmonter ma tristesse. Je pense que la quantité de joie que je mets dans ma musique montre bien à quel point j’ai besoin de me remonter le moral ! J’ai besoin d’un énorme traitement. C’est pour ça que je parle souvent de Stevie Wonder. Les gens ne comprennent pas, ils me demandent ce que ma musique a à faire avec Stevie Wonder : rien, mais c’est un pouvoir presque religieux que possède la musique. C’est comme le gospel, je pourrais en écouter toute la journée. Ça met de bonne humeur à tous les coups.

Est-ce qu’il y a d’autres musiciens qui vous ont inspiré ? Pour A Very English Scandal par exemple ?

Pour cette série, pas particulièrement non. Enfin, c’était censé sonner comme du Mozart mais Alastair King, qui était l’orchestrateur, a dit que ca ressemblait plus à du Beethoven. Je n’arrivais pas à entendre ça parce que pour moi Beethoven est toujours assez sérieux alors que Mozart, peut-être que c’est un cliché, mais on l’entend de manière plus légère. J’ai vraiment utilisé toute mon experience passée pour A Very English Scandal. Me concentrer sur trois épisodes et réellement avoir le temps d’y réfléchir était un luxe pour moi. Je n’avais pas cette chance pour Doctor Who, je devais tout faire instinctivement sans utiliser beaucoup de technique. Au contraire pour A Very English Scandal il y avait beaucoup de technique.

Vous travaillez sur une comédie musicale en ce moment, pouvez-vous nous dire de quoi ça parle ?

Ça s’appelle Well Wood, c’est l’histoire d’un garçon qui vient de très loin et qui débarque dans une nouvelle école dans le midwest Américain. C’est un véritable étranger et c’est donc sa tentative de s’intégrer dans cet endroit où vivent les partisans typiques de Trump et où tout le monde a beaucoup de préjugés. Les habitants ne sont pas fondamentalement mauvais mais ils n’ont jamais vu un être aussi exotique, donc c’est l’histoire du changement que ça induit. J’y travaille depuis deux ans mais j’ai décidé de recommencer du début. J’avais besoin de réécrire des passages, une comédie musicale c’est vraiment une structure complexe.

Avez-vous l’impression qu’il y à des différences entre composer pour la télévision et pour la scène ?

Une comédie musicale c’est vraiment à part. Tu racontes l’histoire via la musique et les paroles, tout doit être dans ce but de décrire l’intrigue et l’identité du personnage. J’ai déjà été accusé d’essayer de transformer une série sur laquelle je travaillais en comédie musicale. « Murray Gold ne semble pas comprendre que ce n’est pas une comédie musicale ». C’est vrai, je ne comprends pas ! Si je peux le transformer en comédie musicale c’est que ça sera probablement mieux comme ça non ?

Vous devriez absolument faire une série musicale !

Et bien je crois que c’est la prochaine étape. Je pense que le public est probablement prêt pour ça. Mais le problème c’est aussi que coordonner film et musique c’est très dur à faire. On a fait deux épisodes de Doctor Who avec des passages chantés, même s’ils étaient très courts c’est devenu un cauchemar pour le monteur. Quand on filme un personnage il faut toujours qu’il soit au bon moment de la chanson, on ne peut pas couper comme on veut. Certains plans doivent être présents où on perd la synchronisation donc ça rend tout très compliqué.

Pourquoi voulez-vous produire votre comédie musicale à Broadway et pas au West End ?

Parce que c’est le pays des comédies musicales. J’ai l’impression que quand les anglais parlent ils ne peuvent pas se mettre d’un coup à chanter de manière naturelle, les américains ont une façon de parler plus rythmée. En plus les comédies musicales sont vraiment une tradition musicale américaine. Mis à part les « moments Andrew Lloyd Weber » (cf. Cats, The Phantom of the Opera, School of Rock, Jesus Christ Superstar, Evita), où l’on a beaucoup de chansons classiques, les comédies musicales au style jazz sont une invention américaine. Il y a aussi le fait que celle que j’écris se passe dans un lycée, c’est presque un genre en soi, il n’y a aucune comédie musicale de lycée qui se passe en Angleterre. Mais tu as raison je me suis aussi demandé si je ne pouvais pas la monter en Angleterre parce qu’en plus là bas je sais comment le produire plus facilement.

Comme ça on pourrait venir la voir !

Tu pourrais aussi venir aux Etats-Unis ! Mais je sais bien que c’est toujours l’argent le problème…Ça prend un certain temps pour le résoudre. Parfois, je pense qu’il faudrait donner un million de dollars à tout le monde à 18 ans et on pourrait le dépenser comme on veut. Comme ça il y aurait les personnes âgées irresponsables, qui iraient demander aux jeunes de leur prêter de l’argent. Tu sais quand tu vois des personnes dans des voitures de sport à Los Angeles ? C’est que des vieux ! Quel est l’intérêt ? Donne plutôt ta voiture de sport à un jeune ! Les jeunes sont beaux dans les voitures de sport, alors que les vieux ont juste l’air aux abois !

En parlant des Etats-Unis, est-ce que là bas vous avez vu des comédies musicales qui vous ont particulièrement inspiré à en écrire une ?

J’en ai vu plein là-bas. j’ai vu Hamilton très tôt et c’était génial, tu l’as vu aussi ?

Oui j’ai adoré! Lin-Manuel Miranda (le créateur d’Hamilton) est juste incroyable.

C’est vraiment un génie et une personne formidable. Tu l’as vu dans la série de Larry David ? C’est dans la dernière saison, ils font une comédie musicale et Lin-Manuel est dedans, il faut que tu regardes ! J’ai vu beaucoup de très bonnes comédies musicales, il y en a une qui s’appelle Fun Home, c’est sur une famille qui gère des pompes funèbres, le père est un gay refoulé et il se suicide. C’est super, drôle et très émouvant! Une autre que j’aime beaucoup c’est The Drowsy Chaperone, tu connais ? C’est intelligent et hilarant. Je pourrais te faire écouter d’ailleurs (il sort son portable), tu vas trouver ça tellement stupide (il met la chanson). J’ai aussi vu The Great Comet of 1812 avant qu’elle n’arrive à Broadway. C’était dans une tente, on s’asseyait à une table et on nous servait de la vodka, puis d’un coup le barman sortait un accordéon et se mettait à jouer cette première chanson que tu connais (il chantonne). Oh et l’autre qui était super, celle des créateurs de Southpark ?

The Book of Mormon ? J’ai dû la voir 6 fois!

Elle est vraiment géniale ! Je l’ai vu avec les acteurs originaux, c’est l’avantage quand on vit à New York, on voit tout en premier. Par contre je viens seulement de voir la version Disney de La Belle et la Bête et j’ai adoré la musique. J’ai toujours beaucoup aimé Hairspray et Grease aussi. Quand je travaillais avec Stephen, un journal lui avait demandé de faire une liste de ses 5 comédies musicales préférées. Du coup on s’est assis dans le studio, on a essayé d’y réfléchir et j’ai dis « Stephen, tu es obligé de mettre Grease! »

Entretien réalisé par Chloé Caye le 27/06/18 dans le cadre du festival Séries Series à Fontainebleau.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s