Le Poison

Rétrospective Billy Wilder / Palme d’or

the lost weekend 1
Ray Milland (Don Burnham) et Howard Da Silva (Nat, le barman) © Paramount Pictures

Tourné en 1945, Le Poison reste probablement l’une des œuvres les plus sombres de Billy Wilder. Le cinéaste, connu pour son approche sarcastique, s’attaque ici, sans une pointe d’humour, à la question de l’alcoolisme.

Don Burnham rêve de devenir un grand écrivain et pour trouver l’inspiration, il boit. Sa compagne et son frère, qui tentent de l’aider à vaincre son addiction, ne font qu’alimenter sa misère. Pas de répit pour le personnage ou le spectateur : dès la première scène, la fatalité écrasante du récit envahit l’écran. Les gros plans omni-présents ne nous laissent aucun doute quant à l’enfermement et la détresse du personnage. Le cercle vicieux dans lequel il se retrouve coincé prend la forme des marques rondes que laissent les verres sur le comptoir du bar. La musique dramatique et pesante souligne la brutalité du noir et blanc de l’image. Comme souvent dans l’œuvre du cinéaste, le suicide semble être le seul échappatoire pour ce personnage déjà condamné.

Si Wilder continue de s’immiscer dans le désespoir humain avec le génie qu’on lui connait, le code de censure qui est en place à Hollywood le limite légèrement dans le cadre du Poison. Effectivement, en adaptant l’œuvre de Charles R. Jackson, Wilder et le studio Paramount effacent tout le sous-texte homosexuel : cause plus ou moins directe de l’alcoolisme du personnage dans le roman d’origine. Quoi qu’il en soit, le gagnant américain de la Palme d’or en 1946 (au sortir la Seconde Guerre mondiale et dans un esprit de réconciliation, le festival accorde un prix à chaque pays nommé) est un film noir parfaitement maîtrisé par son metteur en scène et porté par la performance phénoménale de son interprète Ray Milland. En s’immergeant entièrement dans le registre tragique, tout en conservant ses sujets de prédilection, Wilder réalise avec le Poison un excellent film sur la faiblesse et, paradoxalement, la volonté humaine.

Le Poison / De Billy Wilder / Avec Ray Milland, Jane Wyman, Howard Da Silva, Phillip Terry / Etats-Unis / 1h40 / 1945.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s