L’heureux stratagème

Comédie-Française

462d3197-lheureux-stratageme©c.-raynaud-de-lage_0193
Eric Génovèse (Frontin), Adeline D’Hermy (la Marquise) © Christophe Raynaud de Lage

Si Marivaux reste l’un des auteurs du XVIIIe siècle les plus joués au théâtre, Emmanuel Daumas choisit de mettre en scène L’heureux stratagème, une de ses pièces les moins représentées. Revendiquant les bienfaits de l’infidélité, la Comtesse n’hésite pas à délaisser Dorante pour les bras du Chevalier. Ce dernier, se laissant séduire, brise le cœur de la Marquise qui se décide à élaborer un stratagème pour le récupérer. Dorante et elle feindront l’amour pour provoquer la jalousie de leurs anciens compagnons. 

Au rythme de l’hymne jazz « you go to my head », les personnages changent d’émotions et de convictions en un clin d’oeil autour de ce Dom Juan féminin. Tandis que leurs maîtres se lancent dans des élaborations sentimentales complexes, les valets – procédé habituel pour Marivaux – regardent, s’amusent, subissent et enfin interviennent. Vêtus de très beaux costumes, les personnages au look bobo chic jouent avec la modernité des propos de l’auteur. Les acteurs sont impeccables : Adeline d’Hermy et Claire de La Rüe du Can sont solaires. Autour d’elles Laurent Lafitte amuse agréablement, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Jennifer Decker et Éric Génovèse donnent au texte une musicalité très juste. Une musicalité concrète vient d’ailleurs parfois interrompre le dialogue puisque les personnages entament le refrain de la même chanson à plusieurs reprises. Ce parti pris s’inscrit dans une lignée de décisions de la part du metteur en scène qu’il est parfois compliquées de comprendre. Il en va effectivement de même pour les bruitages et éclairages qui accompagnent la pièce sans pourtant la compléter d’une manière ou d’une autre. Le tout dans un décor blanc. Ce plateau en dispositif bifrontal – traditionnel au théâtre du Vieux-Colombier – est aussi orné de deux toiles transparentes que quelques coups de pinceaux blancs viennent couvrir. La scène semble alors renvoyer à un lieu de chantier sans que cette explication ne fasse vraiment sens dans l’intrigue. L’inspiration d’Emmanuel Daumas proviendrait des toiles de Cy Twombly qui mettent en avant les mystères des mouvements de l’âme humaine… Sans référence quelconque, il est difficile pour le spectateur de saisir l’intérêt que présente cette exploitation de la scène.

Ces éléments de mise en scène parsemés sobrement au fil de la pièce et dont on a du mal à comprendre le but ne viennent pas pour autant trop entraver le tout de la représentation. L’équipe incroyable de comédiens et le superbe texte de l’auteur font finalement de L’heureux stratagème un doux moment de libertinage théâtral.

L’heureux stratagème / de Emmanuel Daumas / Avec Adeline d’Hermy, Claire de La Rüe du Can, Laurent Lafitte, Jérôme Pouly, Stéphane Varupenne, Jennifer Decker, Christophe Gonon et Éric Génovèse / Au théâtre du Vieux-Colombier du 15 novembre au 31 décembre.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s