Swallow

Au cinéma le 15 janvier 2020

0298652.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Haley Bennett ©UFO Distribution

Certains films annoncent dès leur sujet la singularité qui va les caractériser. Dans Swallow, Hunter attend un enfant de son mari, qui ne la voit guère que comme une femme au foyer. Elle se trouve bientôt atteinte d’un étrange syndrome, qui existe réellement : la maladie de pica, qui consiste à ingurgiter des objets non comestibles. Une vis, une bille, une épingle…

Cela pourrait être le sujet d’un film de David Cronenberg, mais Carlo Mirabella-Davis, pour son premier long-métrage, se tourne plutôt vers le drame intimiste en adoptant une mise en scène clinique à la Yórgos Lánthimos. Ce qui saute d’abord aux yeux, c’est l’espace de la belle demeure à l’intérieur de laquelle Hunter vit des journées extrêmement mornes. Entre le rangement et l’attente, la jeune femme semble brasser du vide dans ce lieu aseptisé qui va cependant rapidement devenir dangereux. Le glacis par lequel le cinéaste peint l’endroit, tout en lignes et en surfaces transparentes, parvient à provoquer un certain sentiment d’enfermement: Hunter est prisonnière de ce lieu dans lequel une place bien précise lui a été assignée, par son mari et ses beaux-parents, prototypes d’une famille bourgeoise obnubilée par sa descendance, et peu préoccupée par l’épanouissement de la future mère. Si cette critique ne semble pas très nouvelle tout en restant pertinente, le film se particularise grâce à ses scènes les plus étranges, lorsque Hunter avale (« swallow ») toutes sortes d’objets. Le plus troublant, c’est le mélange de souffrance et de sensualité qui accompagne ce geste, matérialisant tout le mal-être de l’héroïne, image inédite d’autant plus captivante que l’interprète de Hunter, Haley Bennett, semble entretenir en elle-même un mystère. On regrettera seulement que le film choisisse in fine le recours au psychologisme au lieu de s’en remettre entièrement au magnétisme de sa comédienne.

Swallow / De Carlo Mirabella-Davis / Avec Haley Bennett, Austin Stowell, Denis O’Hare / Etats-Unis – France / 1h34 / Sortie le 15 janvier 2020.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s