The Souvenir – Part I & II

Au cinéma le 2 février 2022

Honor Swinton-Byrne (Julie) et Tom Burke (Anthony) © Condor Distribution

Julie est une jeune étudiante en cinéma, réalisatrice en devenir. Elle fait la connaissance d’un homme plus âgé et charismatique. Si Julie trouve à Anthony un charme mystérieux, il devient évident pour son entourage ainsi que pour le spectateur que son mystère cache en réalité une violente addiction à l’héroïne. Joanna Hogg dresse – en deux tableaux – le portrait fataliste d’une rencontre vouée à la séparation.

Les circonstances de la rencontres interéssent moins la cinéaste que ses répercussions. La première partie de The Souvenir nous plonge sans concession dans les tumultes de cette relation passionnelle mais dangereuse. Une séparation immédiate s’opère alors entre ce qui nous est conté et ce qui nous est montré. Hogg filme ces vertigineux méandres émotionnels avec une douceur plastique implacable. L’œuvre prend la forme de souvenirs, parfois confus, souvent segmentés et presque toujours chimériques. Là où le spectateur voit la désintégration d’un couple, les signes manifestes d’un échec, Julie voit des moments de partage utopiques et précieux.

Cette première partie nous met donc face à l’aveuglement obstiné d’un personnage amoureux. Sa capacité à tout mettre de côté – y compris la réalité – pour le plaisir de se rappeler. Mais l’apprentissage des sentiments est ici étroitement lié à celui de la pratique artistique. Pour sauver la protagoniste de cette illusion de bonheur conjugal, une autre forme d’illusion prend la forme de révélation. L’art devient un moyen privilégié de replonger dans sa propre histoire et, paradoxalement, de prendre de la distance avec elle – la caméra devient jumelles et bouclier.

Au documentaire social en noir et blanc que Julie voulait réaliser dans la première partie, s’oppose son hommage éclatant au cinéma de Powell et Pressburger dans la seconde. Les deux films se construisent de façon linéaire et se pensent en miroir. Faut-il aimer pour créer ou créer pour aimer ? Les deux. Le cinéma ne peut être salvateur que s’il a quelque chose à soigner. Et avec The Souvenir, Joanna Hogg applique un baume réparateur indélébile. Une fresque transcendante sur l’amour au cinéma et l’amour du cinéma.

The Souvenir – Part I / De Joanna Hogg / Avec Honor Swinton-Byrne, Tom Burke et Tilda Swinton / Royaume-uni / 1h59 / Sortie le 2 février.

The Souvenir – Part II / De Joanna Hogg / Avec Honor Swinton-Byrne, Tom Burke et Tilda Swinton / Royaume-uni / 1h48 / Sortie le 2 février.

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :