Apples

Au cinéma le 13 avril 2022

© Bodega Films

Apples est le premier long métrage de Christos Nikou, jusque-là assistant réalisateur, notamment du Canine de Yorgos Lanthimos dont l’influence ici se fait largement sentir.

Au premier abord, on pense à un énième film surfant sur le courant de la greek weird wave, une suite de films grecques incongrus qui semblaient former une réponse commune à la crise économique de 2008, initiée justement par Lanthimos en 2009 avec Canine et qui semblait s’être éteinte, ou s’être fondue à un cinéma moins underground, en 2015 avec The Lobster du même réalisateur. Seulement le film va plus loin. Il dépasse le simple statut d’objet incongru pour très tôt se stabiliser dans un entre-deux de l’étrange, où la forme absurde semble tirer sa force d’un certain réalisme.

Une pandémie d’amnésie frappe une partie de la population sans explication apparente. Un programme médical aide certains patients à se recréer une mémoire en s’aidant d’instructions à suivre pour se construire de nouveaux souvenirs à demi factices qu’il faudra immortaliser au polaroïde. On aurait pu facilement tomber dans une critique assez simple de la revendication du souvenir et du moment vécu au temps d’instagram, mais le film cherche quelque chose de plus profond, de plus ancré dans chacun. Au-delà de la question de l’identité sans mémoire, le film semble détourer un vide, celui d’un deuil sous-jacent, qui se tait, qui ne s’accepte pas, qui se dilue dans des tréfonds, que l’on noie mais qui refait surface involontairement, par touches. Peut-on et doit-on vraiment oublier ? Y a-t-il devoir de mémoire ou nécessité du souvenir ? Comment vivre avec ce souvenir ? Le tout filé à travers la métaphore du goût d’une pomme, sucrée et acidulée, à laquelle on revient toujours sans même se souvenir du pourquoi on l’avait quitté.

Sans être un chef d’œuvre, Apples et son réalisateur cherchent et se cherchent dans une sensibilité et une finesse que l’on n’aurait pas prédit dans les premiers instants. Un film qui se déploie au fur et à mesure qu’on lui laisse sa chance, qui sait, peut-être à l’image de son auteur.

Apples / De Christos Nikou / Avec Aris Servetalis, Sofia Georgovassili, Anna Kalaitzidou / Grèce / 1h30 / Sortie le 13 avril 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :