Juste sous vos yeux

Actuellement au cinéma

© Jeonwonsa Film Co. Production

Juste sous vos yeux, tout est dit en quelques mots. Et ces quelques mots, le cinéaste en est plus que conscient, résument non seulement un film, mais aussi une certaine idée du cinéma, de son cinéma.

Certains films s’éclairent mieux à la lumière d’une filmographie, c’est le cas de l’œuvre d’Hong Sang-Soo. Chaque film se répondant en quelque sorte, formant un corps homogène, une déclinaison infinie d’une même histoire d’amour manquée. Si Juste sous vos yeux ne fait pas exception, il a cependant une place toute particulière dans la filmographie du cinéaste. Loin de la lourdeur de certaines démonstrations esthétiques ou intellectuelles de cinéma, ce film est un condensé des préoccupations artistiques de son auteur. On pourrait en dire de même pour toutes les réalisations de Sang-Soo, mais celle-ci, en mettant en scène un projet de film dans un film, en dévoile par opposition un autre, celui d’une carrière dévouée aux petites choses de la vie pour mieux transcrire la complexité de l’expérience humaine.

On mange, on se balade, on fume, on discute, on rit, on pleure et on prie dans les films d’Hong Sang-Soo. Bref, on vit. On ne vit pas comme au cinéma, on vit comme vous et moi. Personne jusqu’alors n’avait réussi à se glisser aussi proche du vrai, pourtant il ne s’agit pas d’un cinéma contemplatif mais bien narratif, avec ses chagrins d’amour, ses drames, ses joies… Le secret réside en l’abandon du maximum d’artifices possibles. Le cinéaste se concentre ainsi sur l’essentiel, qui rend ses personnages vivants : un lieu, un acteur, une histoire. Le reste serait de trop, puisque tout est déjà là, juste sous nos yeux. D’une sensibilité rare, chaque cadre devient l’occasion d’un portrait touchant, d’une discussion si banale qu’elle en devient universelle, de capter la moindre micro expression en lui faisant prendre des proportions immenses. Le commun devient un poème. C’est autour d’un café dans un parc (très bon paraît-il), d’un plat dans un petit restaurant (l’occasion d’une tâche), de quelques verres d’alcool chinois (“quand on mange chinois, on boit chinois” déclare le personnage du cinéaste joué par Jae-won) que se construit cette petite mélodie de la vie. Autant de détails qui font se prolonger la vie dans les films de Hong Sang-Soo. 

Un film manifeste sans l’être, peut-être une des plus belles portes d’entrée dans l’œuvre du cinéaste. 

Juste sous vos yeux / De Hong Sang-Soo / Avec Hye-Young Lee, Yunhee Cho, Hae-hyo Kwon / Corée du sud / 1h25 / Sortie le 21 septembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :