Désobéissance

Au cinéma le 13 juin

A102_C002_0124R1
«Whenever I’m alone with you
You make me feel like I am free again»… @Mars Films

Ronit (Rachel Weisz), photographe à New York, retrouve pour quelques jours et après des années d’absence la communauté juive orthodoxe londonienne dans laquelle elle a grandi : son père, rabbin, vient de mourir. Sa vie new-yorkaise l’a considérablement éloignée des moeurs de la communauté, et sa présence que personne ne semblait attendre crée le trouble. Elle revoit pour cette occasion le fils spirituel de son père (Alessandro Nivola), désormais marié à Esti (Rachel McAdams), avec qui elle a vécu une histoire passionnée avant son départ définitif…

Rachel Weisz a eu une bonne intuition en proposant à Sebastian Lelio d’adapter le premier roman de Naomi Alderman, Désobéissance, publié en 2007. On retrouve dans cette histoire d’amour dramatique un thème que le cinéaste avait déployé avec succès dans Une femme fantastique, son précédent film qui avait reçu l’Oscar du meilleur film étranger : la perte d’un proche (un amant dans Une femme fantastique, un père dans Désobéissance, dont le décès soudain survient à chaque fois au début du récit), et la complexité du deuil qui s’ensuit pour le protagoniste, au sein d’un groupe qui l’exclut (la jeune femme transgenre était rejetée par la famille de son amant décédé, et ici Ronit est accueillie avec méfiance par les juifs orthodoxes avec lesquels elle ne partage plus que son passé). C’est toutefois sur la romance interrompue, présentée dans un contexte assez originale, que le scénario met l’accent, permettant à Rachel Weisz et Rachel McAdams, à la fois sobres et intenses, de montrer toute l’étendue de leur talent – qui n’était plus vraiment à prouver. Malgré une ou deux scène confuses et une photo un peu terne, le cinéaste convainc avec sa première réalisation tournée en langue anglaise, à la mise en scène personnelle (on serait davantage dubitatif à l’évocation de son prochain projet, un remake américain de son propre film chilien Gloria). Les dialogues sont très justes, percutants quand ils concernent la confrontation des moeurs et ambigus dans les sous-entendus qui amorcent le désir. Et de surcroît, un film qui utilise à deux reprises Lovesong des Cure ne peut engendrer que de belles émotions.

Désobéissance / De Sebastian Lelio / Avec Rachel Weisz, Rachel McAdams, Alessandro Nivola / Sortie le 13 juin 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s