Les Chatouilles

Actuellement au cinéma

LES-CHATOUILLES_BESCOND_METAYER_3
Karin Viard, Andréa Bescond, Clovis Cornillac ©Les Films Du Kiosque

À l’origine du film, un seule en scène : Andréa Bescond, en 2014, joue et danse au théâtre Les Chatouilles ou La danse de la colère, un spectacle notamment auréolé d’un Molière, mis en scène par son partenaire Eric Métayer, qui raconte le traumatisme qu’elle a vécu durant son enfance. Car l’histoire d’Odette, violée régulièrement dès ses 8 ans par un ami de sa famille, c’est la sienne. Pour l’actrice-réalisatrice, l’adaptation des Chatouilles au cinéma continue de prendre la forme d’une thérapie, comme le processus de sa progressive reconstruction grâce à l’art, salvateur.

À mesure que le récit avance, Odette grandit avec le lourd secret du drame de son enfance et le besoin, proportionnellement fort, de libérer sa parole. L’histoire est racontée par des allers-retours entre le présent (Odette parvient à se confier à une psy) et le passé (la confrontation, dans ses souvenirs, avec son violeur, puis les grandes étapes de sa vie dont son entrée au conservatoire national de danse). Avec ce sujet autobiographique et difficile, le film ne pouvait pas adopter le parti-pris d’un réalisme cru. La dure réalité n’est pas frontale mais sans cesse transcendée par des traductions imaginaires, dont témoignent les envolées de la caméra et des transitions surprenantes. On passe d’un lieu à un autre en un cri, par un surgissement de la douleur et la réminiscence du passé. Andréa Bescond, danseuse professionnelle, s’exprime de manière viscérale avec son corps, un langage à même combler ce que les mots ne parviennent pas toujours à désigner. La comédienne donne toute son énergie au film, nécessaire et salutaire, qui laisse sans voix. Également très investis, les autres acteurs sont saisissants. Clovis Cornillac, le père de la jeune femme, retrouve un rôle à sa juste mesure comme cela n’avait pas été le cas depuis longtemps, et Pierre Deladonchamps, qui incarne le pédophile insoupçonnable, est glaçant. Aussi glaçante mais dans un autre registre, Karin Viard, qui semblait véritablement s’enfermer dans un type de personnage avec Voyez comme on danse de Michel Blanc (sortie le 10 octobre), est exceptionnelle dans la peau de la mère d’Odette, qui peine à croire les révélations de sa fille, craignant avant tout le regard de ses voisins.

Les Chatouilles / D’Andréa Bescond et Éric Métayer / Avec Andréa Bescond, Cyrille Mairesse, Karin Viard, Clovis Cornillac, Pierre Deladonchamps, Grégory Montel, Carole Franck / 2018

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s