Ça : Chapitre 2

Actuellement au cinéma

0976173.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
@2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. / Brooke Palmer

Lorsque nous les avons quittés, ils prêtaient serment de leur amitié après avoir vaincu le clown qui les terrorisait… 27 ans plus tard, le « club des ratés » – tel qu’il se nomme lui-même – s’est dispersé, chacun faisant sa vie loin des autres. Et surtout loin du passé, de l’enfance et de ses peurs profondes. Bill (James McAvoy) est devenu scénariste, Eddie (James Ransone) expert en statistiques, Beverly (Jessica Chastain) travaille pour sa propre marque de chaussures, Richie (Bill Hader) est humoriste… Mike (Isaiah Mustafa) est le seul membre du groupe à être resté vivre à Derry, la ville dont ils sont tous originaires. C’est lui qui appellera ses anciens amis, un à un, pour qu’ils se réunissent à nouveau : le clown Grippe-Sou est revenu. Ça recommence.

Contrairement au premier volet de Ça (sorti en 2017, déjà réalisé par Andy Muschietti), cette suite mise sur l’humour, le spectaculaire, et se révèle assez peu surprenante. La dynamique reste la même : le parcours des personnages les amène à s’unir contre leur ennemi commun, par lequel se sont réveillées des peurs individuelles enfouies… Toutefois, l’intrigue prend le temps (2h50 !) de mettre en relation deux lignes temporelles – l’enfance et l’âge adulte -, tel que Stephen King, qui soutient le film, l’avait prévu dans son livre. En résulte des flash-backs évocateurs : qu’est-ce que l’on choisit d’oublier ? Comment la mémoire des lieux exhume-t-elle les souvenirs ? Durant la première heure et demi, les personnage sont approfondis à mesure qu’ils pénètrent dans leur passé, de retour sur les lieux de drames qu’ils auraient préféré oublier. Mais Ça : Chapitre 2 doit composer avec ses partis pris, et une bonne idée se voit affaiblie par un choix moins pertinent. Ainsi, chaque personnage bénéficie de ses scènes d’anthologie, tandis que les moments collectifs en pâtissent, finalement peu nombreux, alors qu’ils faisaient le charme de l’aspect teen movie du premier opus et de son propos sur l’amitié.

Si le film sait rebondir là où l’attention du spectateur aurait pu décliner, l’accumulation d’effets chocs convainc moins. C’est un blockbuster d’horreur paradoxal : la scène dans laquelle Bill Skarsgård se dévoile sans maquillage, avant de s’ouvrir la peau avec les doigts et de revêtir son apparence de clown, est bien plus efficace que la plupart de celles dans lesquelles les effets spéciaux prennent le dessus. Et lorsqu’il aborde des sujets sociaux – notamment l’homophobie et la violence domestique -, le film s’épanouit dans son style. C’est la leçon cinématographique que l’on peut tirer de ce spectacle imparfait : l’effet de peur est plus fertile lorsque l’horreur se saisit du réel…

Ça : Chapitre 2 / D’Andy Muschietti / Avec Bill Skarsgård, Jessica Chastain, James McAvoy, Bill Hader / Etats-Unis / 2h50 / Sortie le 11 septembre 2019

Une réflexion sur « Ça : Chapitre 2 »

  1. Le premier m’avait plu, mais j’avais trouvé le recours aux effets numériques sur la fin (lorsque le clown danse) de trop, ça et le fait que l’histoire se déroule dans les années 80. Vu le casting, j’attendais la seconde partie avec impatience, et j’irai le voir en gardant en tête les points négatifs que tu soulèves, histoire de comparer.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s