L’angle mort

Actuellement en salle

4850047.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
©Doc and Film International

Troisième film du duo Pierre Trividic et Patrick-Mario Bernard, L’Angle Mort fait partie de ces propositions inattendues dont le cinéma français a toujours besoin. Avec peu de moyens et beaucoup d’originalité, il relit le mythe de l’homme invisible à travers le parcours de Dominick, un employé d’une boutique de guitares qui possède ce don depuis l’enfance. Un pouvoir d’invisibilité que beaucoup chériraient, mais dont il se sert peu, à part pour épier les autres. Avec l’âge, il le fait d’ailleurs de moins en moins. À quoi bon être invisible si notre présence passe déjà inaperçue aux yeux de tous ?

Dans un univers citadin taciturne sans être sinistre, le film laisse s’immiscer peu à peu le fantastique dans le réel. Des événements étranges surviennent – une vague de suicides dans le métro, précédées de réactions inexpliquées – tout en étant dépouillés de tout effet. L’anormal devient palpable dans la cadre d’un quotidien banal. La transformation du personnage s’opère à l’image de cette sobriété : pour être invisible, il doit se dénuder et respirer très fort. Souffler, vite, de plus en plus vite, pour que son reflet n’apparaisse plus dans le miroir. C’est une belle idée que celle d’avoir d’imaginé que l’accélération du rythme de vie soit le moyen de disparaître aux yeux des autres.

Le film raconte avec style et sensualité ce qui fait l’angle mort des relations humaines. S’il est à priori question d’un pouvoir, le don de Dominick est plutôt un handicap. Devenir invisible, c’est exercer un retour sur soi d’une abyssale profondeur existentielle, et prendre le risque de se détacher du réel. Le thème de l’invisibilité permet ainsi aux réalisateurs de jouer, parcimonieusement, avec l’idée de regard, d’une façon métaphorique ou très concrète. Il ramène le héros, vendeur d’origine africaine habitant en banlieue, à la place qu’il occupe dans la société, où il n’est qu’un homme parmi tant d’autres. Elle se révèle aussi dans la relation en demi-teinte qu’il entretient avec Viveka (Isabelle Carré), et gagne en pureté lors de sa rencontre avec une jeune aveugle (Golshifteh Farahani). On croyait que le titre était programmatique, mais l’ordre du visible se voit bouleversé par cette femme. La phrase « je te vois », souvent répétée, devient alors le symbole d’une promesse hautement romantique.

L’angle mort / De Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic / Avec Jean-Christophe Folly, Isabelle Carré, Golshifteh Farahani / France / 1h44 / Sortie le 16 octobre 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s