La Nuit venue

Actuellement au cinéma

3942279.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Guang Huo et Camélia Jordana ©Jour2fête

Signe d’un changement contemporain, les films de taxis sont devenus des films de VTC. Les réalisateurs s’attacheraient, désormais, non plus à faire le portrait d’une ville à travers une multiplicité de rencontres, mais à constater la situation précaire des chauffeurs privés. C’est le cas de Frédéric Farrucci dont le premier film, La Nuit venue, raconte le destin d’un conducteur chinois sans papiers.

Jin (Guang Huo) travaille comme chauffeur privé, payé au noir par un patron mafieux. À l’image de tous ses collègues, il a des dettes et connaît des conditions de vie assez peu épanouissantes. Repas abrégés pour optimiser le nombre de courses, logement dans un dortoir, horaires extrêmes, famille à l’autre bout du monde… L’état des lieux que propose le film quant aux conséquences de l’ultra-libéralisation sur le quotidien de Jin sont montrées avec sècheresse, et justesse. Ce portrait très actuel croise l’histoire d’amour lorsque le jeune homme rencontre, un soir, Naomi (Camelia Jordana), danseuse dans un club et escort girl. Une passagère de plus pour lui, à priori, avant que ne se tisse une relation intime. Deux êtres de la nuit qui s’attirent, se trouvent et tentent de construire ce dont ils semblent privés : une projection vers l’avenir.

Il n’y a rien de trop dans ce film qui cultive une atmosphère urbaine envoûtante, et enveloppe ses protagonistes enfiévrés, s’apprivoisant au fil des trajets. Autour de la romance, La Nuit venue offre une vision de Paris stylisée par la musique électronique de Rone et le travail de la photographie, mais aussi ancrée dans une réalité sociale, captée sur le vif. On croise des vendeurs de roses, un garage sauvage, autant de points d’accroche qui représentent une réalité nocturne rarement montrée au cinéma. Ces zones périphériques, Jin y revient toujours alors qu’il les traverse en espérant s’en éloigner. On lui doit cette réplique phare qui résonne avec force, pouvant s’appliquer aussi bien à lui qu’à la minorité invisible à laquelle il appartient : « Les gens de la nuit vieillissent plus vite que les autres. »

La Nuit venue / De Frédéric Farrucci / Avec Guang Huo, Camélia Jordana, Xun Liang / France / 1h35 / Sortie le 15 juillet 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s