L’Équipier

Au cinéma le 29 juin 2022

© Epicentre

Les scandales de dopage dans le milieu du cyclisme ont déjà donné lieu à quelques films : La Petite Reine s’inspirait du parcours de la cycliste Geneviève Jeanson quand The Program relatait la tristement célèbre affaire Armstrong. L’Équipier se distingue de ses prédécesseurs grâce au point de vue original qu’adopte Kieron J. Walsh pour sonder les paradoxes de cette pratique qui décuple les capacités du corps, tout en l’affaiblissant.

Dom Chabol est un équipier (un domestic en anglais) : son rôle n’est donc pas de viser sa propre victoire, mais de rendre possible celle du leader de son équipe. Il n’est qu’un « loser de carrière » – pour reprendre l’expression de Lynn, la médecin dont il s’éprend – qui arrive en bout de course et qui risque de ne pas signer de nouveau contrat. Pris dans les rouages du système, il commence toutefois à s’interroger sur sa fonction et sur la préparation physique qui l’accompagne, à l’occasion des premières étapes du Tour de France 1998 en Irlande, édition marquée par plusieurs affaires de dopage.

Kieron J. Walsh prouve avec ce film qu’il sait filmer le sport, traduire l’énergie des corps et la vélocité des mouvements. En témoigne l’ouverture sur la silhouette ciselé de l’acteur belge Louis Talpe qui, dans la pénombre d’une chambre d’hôtel, monte sur son vélo pour faire grimper son rythme cardiaque affaibli. Avec la même acuité, L’Équipier examine la cruauté du monde sportif, où l’on doit être prêt à tout perdre (famille, amour, santé) pour espérer gagner la course.

Si l’on peut trouver un défaut au film, c’est son ambition : à vouloir courir plusieurs lièvres à la fois, on n’en attrape aucun. Kieron J. Walsh s’égare parfois en cours de route entre les diverses pistes narratives qu’il esquisse : la nécessité pour Dom Chabol de quitter l’Irlande pour l’enterrement de son père, son amitié indéfectible avec Sonny (Iain Glen, excellent), sa rencontre avec une jeune médecin (Tara Lee), et le spectre de la fin de carrière sont entremêlés par un montage très rythmé qui traduit l’énergie de la discipline qu’il prend en charge. Un film de bonne facture en somme, à la mesure de son sujet.

L’Équipier / De Kieron J. Walsh / Avec Louis Talpe, Iain Glen, Tara Lee, Matteo Simoni / Irlande / 1h35 / Sortie le 22 juin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :