Les Années Super 8

Disponible sur arte

© Les Fillms Pelleas

Depuis le 7 septembre, Arte met à disposition sur son site Les Années Super 8, superbe collaboration entre l’écrivaine nobélisée il y a peu et son fils David Ernaux-Brio.

Annie Ernaux détient cette force d’écriture très particulière, qui consiste à faire de tout moment de sa vie, de chaque action, de la moindre attitude, une archive documentaire, le témoignage précis d’un lieu, d’une époque, parfois même d’une société entière. Cette sociologie lyrique diffère d’une auto-sociologie, celle de Bourdieu par exemple (Esquisse pour une auto-analyse, 2004), par sa propension à l’exploration d’un ressenti. L’émotion y est souveraine, c’est elle qui conduit à la compréhension globale ; elle est l’étincelle qui provoque le mouvement du singulier à l’universel. C’est précisément cette dynamique qui a fait de sa vie ce que l’autrice définit elle-même comme “un roman violent”. Les années super 8 persévère dans cette méthode à la différence près qu’il ne s’agit plus ici de jauger le présent mais un passé muet, une collection d’instants fixés sur la bobine.

C’est avec son fils, David Ernaux-Brio, que la prix Nobel de littérature choisit de se replonger dans les images d’un passé aussi radieux qu’amer. Durant cette courte heure, nous, spectateurs, sommes invités à entrer par l’image dans le quotidien intime d’une famille moyenne, presque banale. Le commentaire de la voix quasi-monotone et vieillissante d’Ernaux s’emploie à faire tomber les masques, à comprendre les gestes, les mouvements, les regards, les objets, les intentions présentes dans chacune de ces images. Non sans émotion, nous voici plongé dans les douleurs et les joies d’une femme, d’une écrivaine aussi, éprouvées une nouvelle fois par cette même femme près de 50 années plus tard. Mais cette résurrection sensible ne saurait se suffire à elle-même. C’est tout un cadre qui se doit d’être reconstitué à partir de chacune de ces sensations. D’une cause de rupture, à la visite militante d’un Chili pré-Pinochet en passant par des vacances au ski, tout trouve chez Ernaux une conjoncture logique qui se décortique. La force de l’écrivaine réside aussi dans cette justesse intellectuelle qui jamais ne concède pourtant au sensible, le tout au plus proche du réel, de ces images amateurs, de la vie de cette famille, sa famille.

Or quel plus beau support que ces bobines muettes, empreintes de nostalgie, d’une époque, d’une classe moyenne émergente, d’une volonté bien particulière de capturer le présent, de le revoir, de le revivre et de le questionner.

Les Années Super 8 / De Annie Ernaux et David Ernaux-Briot / Avec Annie Ernaux / France / 1h01 / 7 septembre 2022 sur Arte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :