Le Pharaon, le sauvage et la princesse

Actuellement au cinéma

© Nord Ouest Films StudioO/Les Productions du Ch’timi/Musée du Louvre/Artémis Productions

Un fond bleu, des échafaudages en ombre chinoise, un brouhaha urbain, des silhouettes et une conteuse ; les idées fusent, les destins se créent et le titre apparaît : Le Pharaon, le sauvage et la princesse signé Michel Ocelot. Attention, histoires en construction…

Trois contes, trois époques, trois aventures, un mot : enchantement. Tel est le fil d’Ariane du réalisateur de Kirikou dans son 9ème film d’animation après l’audacieux Dilili et le féerique Azur et Asmar. Chaque épopée se déploie au cœur de nouvelles contrées, dessinée par des traits familiers dont les partis pris esthétiques riment avec leurs imaginaires respectifs. 

Le voyage commence au Soudan où un jeune prince se lance à la conquête de l’Egypte afin d’obtenir la main d’une princesse inaccessible. Bien que desservi par une simplicité narrative, la magie reste entière lorsque les gravures antiques voient leurs protagonistes prendre vie, d’abord de profil puis de face, tant animés par ce goût pour la rébellion que par le refus de la fatalité. Aux fresques égyptiennes succèdent les enluminures de papiers découpés. Ici, les chants de l’Auvergne médiévale vibrent avec les couleurs primaires. Ensemble, ils éclairent les péripéties d’un beau sauvage Robin des bois, ancien héritier du trône, chassé par son père pour avoir libéré un prisonnier.

La conteuse reprend à peine son souffle que l’image explore déjà les mystères de l’Orient, à la rencontre d’un prince déchu déguisé en vendeur de beignets qui s’éprend de la princesse avide de liberté. Véritable acmé visuel et musical, ce dernier conte est une explosion olfactive où le kaléidoscope des merveilles orientales parfume le récit de cannelle, de roses et d’épices. 

« Quand on a aimé une histoire, il faut la laisser résonner en nous » confie la conteuse : une invitation à se laisser bercer par la beauté et la poésie du film alors que Le Pharaon, le sauvage et la princesse réitère l’expérience des contes d’Ocelot, en revenant à un format certes plus court mais tout aussi saisissant.

Le Pharaon, le sauvage et la princesse / De Michel Ocelot / Avec les voix de Oscar Lesage, Claire de La Rüe du Can, Aïssa Maïga / France / 1h23 / Sortie le 19 octobre. 

Auteur : Anna Suhasini Belmudes

Simplement une provinciale venue s'enivrer de la vie parisienne, une amoureuse des vagues et du cinéma, bercée par le soleil et le train qui entre en gare de La Ciotat.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :