Ariaferma

Actuellement au cinéma

© Survivance

Voici plus d’un an que nous l’attendions. En 2021, le film était présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise… La fantastique œuvre de Leonardo di Costanzo arrive enfin sur les écrans français ! 

Dans une prison en démantèlement, le transfert de douze détenus est mis en suspens pour une durée indéterminée. Il est donné comme mission à l’un des gardiens, Gargiulo (incontestable Toni Servillo), accompagné d’une équipe réduite, de veiller au bon fonctionnement de cet établissement dépeuplé de son personnel, comme de ses prisonniers. L’un des condamnés, Lagioia (interprété par l’épatant Silvio Orlando), comprend rapidement les failles du système et en joue avec intelligence.

Les douze hommes en colère, face à ce manque de moyens, initient rapidement une grève de la faim. Négociant l’accès à la cuisine, Lagioia offre ses services. Il nourrit  les hommes, des deux côtés des barreaux. Solidarité ou bien manipulation ? Dès lors, les frontières se brouillent entre les supposés dominés et dominants. « C’est toi le prisonnier, pas moi » ressent le besoin de rappeler Gargiulo à Lagioia. Le réalisateur italien filme le flou de ces relations de pouvoir avec une grande habileté.

Pas de panoptique dans cette prison circulaire embrassant gardiens et détenus depuis un même niveau. Petit à petit, affleure dans cette masse bétonnée un semblant d’humanité, d’esprit de communauté. Ariaferma. L’air ne se renouvèle pas. Mais alors que le temps est mis sur pause, les barrières tombent. De quel côté de la grille les personnages sont-ils le plus libre ? 

Si les barres verticales ne sont désormais plus des obstacles, le spectateur ressent aussi la pression de l’espace. De brèves interruptions, comme des bols d’air frais, sont juste suffisantes pour nous permettre de reprendre notre respiration, de nous oxygéner de cette Ariaferma. Di Costanzo offre un long métrage électrisant, sublimé dans la magnétique scène de coupure de courant générale où tous sont conducteurs. Mais les pannes d’électricité ne sont pas éternelles. Lumière.

Ariaferma / de Leonardo di Costanzo / avec Toni Servillo, Silvio Orlando, Fabrizio Ferracane / Italie / 1 h 57 / sortie le 16 novembre 2022.

Auteur : Lise Clavi

Lise. Fondamentalement indécise, mais de cinéma, définitivement éprise. Mon année à travailler pour des festivals cinématographiques, mon temps libre à cultiver mon intérêt pour l’actualité artistique. Décoller vers une nouvelle destination pour filmer de nouveaux horizons.

Une réflexion sur « Ariaferma »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :