Samhain

Au cinéma le 7 décembre 2022

© Star Invest Films

Angela Delaney (Carolyn Bracken) a disparu. Alors que sa famille désespère de ne jamais la retrouver, elle revient au milieu de la nuit, indemne, sans aucune explication. De nombreux signes inquiétants se multiplient et sa fille Char (Hazel Doupe) commence à douter de cette femme qui prétend être sa mère. Halloween approche et, pour Charlotte, découvrir le secret que cache sa famille est peut-être la clé pour tous les sauver.

Au premier abord, rien n’annonçait quelque chose d’autre qu’un simple film d’épouvante construit sur mesure pour Halloween. La vie de la protagoniste s’annonce comme un alignement évident d’archétypiques : un lotissement lugubre, une école remplie de harceleurs, des rumeurs de malédiction saupoudrées de sorcellerie et enfin une famille au bord de l’abîme. Tout cela condamne souvent Samhain à une prévisibilité regrettable, surtout lorsque certains dialogues et rebondissements respectent les clichés du film d’horreur à la lettre, à grand renfort de portes grinçantes et de silhouettes menaçantes qui apparaissent dans l’arrière-plan.

Heureusement, la réalisatrice Kate Dolan sait faire usage de ces ingrédients éculés pour une exécution admirable à bien des égards. Si certaines facilités sont de mise, la caméra les filme avec une maîtrise remarquable, sachant trouver le ton juste entre l’empathie et le malaise. À travers le regard de Char, la banlieue dublinoise se mue en monde éthéré, perdu dans le temps et l’espace, où les grands terrains vagues abandonnés semblent aussi étouffants que l’intérieur désuet de la demeure des Delaney. La cinématographie de la réalisatrice, classique et sobre, s’attache souvent aux plus infimes détails pour mieux incarner les personnages et leur univers en perdition. C’est par exemple la main de Char qui gratte le cuir de son siège alors que sa mère fait une crise au volant, ou encore la plaie purulente contaminant lentement la jambe de Rita (Ingrid Craigie), la grand-mère et matriarche des Delaney.

Deux ambitions artistiques sont à l’œuvre dans Samhain. D’abord, celle d’un récit d’épouvante où Halloween revient à ses racines irlandaises, faites de feux de joie et d’un outre-monde hantant les vivants ; ensuite, c’est le drame d’une adolescente devant affronter l’héritage malade de sa famille. L’idée n’est pas nouvelle, conjurant entre autres Shining ou Mister Babadook. Ce qu’il manque en originalité, le film le compense en maitrise et en force, surtout à travers la relation de Char et d’Angela, mélange bouillant de regret, d’amour et de terreur sourde. Refusant tout gore ou mélodrame, assumant ses hommages comme ses facilités, Kate Dolan raconte avec subtilité et gravité l’horreur d’une enfant qui ne reconnaît plus sa mère.

Samhain / de Kate Dolan / avec Hazel Doupe, Carolyn Bracken, Ingrid Craigie / Irlande / 1 h 33 / sortie le 7 décembre 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :