Atlantic Bar

Actuellement au cinéma

© Les Alchimistes

C’est à Arles, bercé par les effluves de la mer et de bière, que Fanny Molins franchit les portes de l’Atlantic, dans l’espoir de trouver un sujet pour son exposition de photographie. Cinq ans plus tard, le documentaire simplement nommé Atlantic Bar arrive sur nos écrans, et on peut affirmer que la réalisatrice a eu le nez fin. 

Le film s’introduit par fragments, à la fois d’images, de symboles, de conversations. La caméra, jamais trop proche ni trop mobile, capte avant tout l’atmosphère du lieu, ce doux quotidien où le temps ralentit et que le monde se limite au comptoir d’un rouge usé, orchestré par le panache de Nathalie, la patronne. Ni trop pompeuse ni trop timide, la mise en scène sublime cette intimité familière, lorsque les clients réguliers deviennent vos amis et chaque discussion se mue en confession.

Un par un, les piliers du bar se succèdent, s’introduisent et demeurent. Il y a Claude, meilleur ami déclamant des poèmes d’amour ; Gilbert, qui présente ses techniques de tricherie aux cartes et son passé sanglant de criminel ; Jean-Jacques, la force tranquille, toujours un mégot au coin des lèvres au grand dam de Nathalie, sa femme… Pour eux, la conversation est une profession, une performance, un art. Les saillies d’humour, à base de remarques cinglantes et de morales parfois douteuses, sont souvent hilarantes et méritent à elles seules la vision du film.

Cependant, Atlantic Bar ne se limite à pas à une simple recollection d’extraits de soirée, mais sert à mieux dessiner le chant du cygne de ce lieu enchanteur et enchanté qui sera bientôt saisi par les propriétaires. La vie statique du bar se mue progressivement en exploration mélancolique d’un paradis bientôt perdu. Entre deux scènes de rigolades, cette bande se livre avec une sincérité confondante, sans tire-larme, avec une acceptation mélancolique de leur passé douloureux et d’un futur incertain. Nathalie, d’abord munie d’un caractère à toute épreuve et d’un franc-parler tordant, dévoile peu à peu une existence rongée par le deuil et l’alcoolisme, tandis que la direction du bar alterne entre une bénédiction et un fardeau. Il apparaît que les nombreuses discussions ne sont que des distractions fugaces pour mieux supporter l’inexorable marche du temps. Et si le sort de l’Atlantic semble déjà condamné, on ne peut que lui espérer en salles une seconde vie bien méritée. Santé.

Atlantic Bar / de Fanny Molins / avec Nathalie Gascon, Jean-Jacques Mordini, Alain Sevenol, Gilbert Carrara, Claude Bernillon / France / 1 h 17 / sortie le 22 mars 2023

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :