Les Olympiades

Actuellement au cinéma

Lucie Zhang, Noémie Merlant et Makita Samba. ©Neue Visionen Filmverleih

Avec ses cités gratte-ciel et ses esplanades presque vides, le quartier des Olympiades avait tout pour être le décor d’un film coup de force à tendance sociale sur un quartier observé comme une enclave. Éloignant cette apparence pas vraiment attirante, Jacques Audiard en fait un territoire de cinéma personnel pour orchestrer un vibrant quatuor amoureux.

À l’intérieur de ce quartier du 13e arrondissement de Paris, on devine que beaucoup d’histoires se croisent, tous les jours, toutes les nuits. L’impression que celles auxquelles nous assistons ne sont que quelques unes parmi d’autres renforce leur intensité. Il y a d’abord Emilie (Lucie Zhang) et Camille (Makita Samba), le second louant une chambre dans l’appartement de la première. Déjà une première belle image naît sur la rencontre amoureuse : la colocation symbolise l’idée d’être de passage dans une vie, dans un lieu, d’être là en attendant mais puisque nous sommes là, soyons le complètement. Un autre récit, lié au premier par un pont scénaristique qui nous fera accepter tous les hasards, concerne Nora (Noémie Merlant), trentenaire qui arrive à Paris pour reprendre ses études. À cause de sa ressemblance avec une cam girl (Jehnny Beth), elle subit le harcèlement de ses camarades. Ce qui se joue à travers ce lamentable amalgame n’est pas que la promesse d’une rencontre qui brisera l’écran virtuel, mais aussi la tristesse de ne pas savoir regarder, à laquelle remédie la caméra de Jacques Audiard.

La vision que propose le cinéaste sur le quartier-titre est celle d’un esthète. Il utilise des motifs caractéristiques d’un cadre très ancré socialement pour concevoir des plans épurés, stylisés avec un beau noir et blanc, contrairement à la dureté avec laquelle était maladroitement dépeinte la cité de Dheepan (2015). Le romantisme soudain de Jacques Audiard pourrait fleurer bon l’air du temps (il s’entoure des deux scénaristes-réalisatrices Léa Mysius et Céline Sciamma), mais ce n’est pas vraiment le cas : une harmonie naît entre l’élan des personnages et la modernité dans laquelle ils s’inscrivent, une pulsion vitale signalée par les fulgurantes sonorités électroniques de la bande-originale composée par Rone.

Les Olympiades / De Jacques Audiard / Avec Lucie Zhang, Makita Samba, Noémie Merlant, Jehnny Beth / France / 1h46 / Sortie le 3 novembre 2021.

Une réflexion sur « Les Olympiades »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :