Fire of Love

Actuellement au cinéma

© Courtesy of Sundance Institute.

Sara Dosa explore dans Fire of Love les recoins de l’histoire d’amour effusive du couple de vulcanologues le plus célèbre du monde. Une romance pour la Terre et ses mouvements, ou contempler la puissance de la nature pour échapper à la folie des hommes.

C’est en puisant dans la source intarissable d’images produites par Maurice et Katia Krafft que Dosa construit son film. C’est une passion, une vie dévouée à l’étude qui se déroule sous nos yeux mais également une incarnation physique d’un travail scientifique trop souvent cantonné aux laboratoires dans l’imaginaire collectif. Puisque si le couple étudie les volcans, ils les éprouvent davantage. C’est précisément cette sensation d’une beauté incommensurable, celle du feu, du jaillissement des entrailles, celle qui a relié ces deux êtres que la cinéaste tente de nous faire percevoir. Maurice et Katia Krafft aimaient les volcans autant qu’ils s’aimaient. Les images parlent d’elles même, une vie d’aventures, de documentations minutieuses, ponctuée ça et là des petites folies de Maurice (un périple en bateau gonflable sur un lac d’acide, un projet de descente d’une rivière de lave en canoë, pour ne citer que celles-ci) et des prises de conscience humanistes de Katia. Puisque si l’entité “couple” existe, si elle vit si fortement, c’est sans oublier ces deux personnalités singulières que Dosa retransmet avec finesse. 

Le film réussit avec brio à conjuguer la splendeur de chaque éruption parcourue avec l’histoire d’une vie à deux, dédiée à l’étude mais aussi à sa vulgarisation, à son enseignement auprès du public le plus large possible. Ce n’est pourtant pas là son plus grand tour de force. Au fil de l’histoire, Sara Dosa explore l’envers de l’image, l’envers d’un couple uni jusque dans la mort. Elle démontre cette capacité prodigieuse à faire vivre le minéral aux yeux du monde, elle rend à ceux qui se défendaient d’être cinéastes tout leur mérite de filmeurs. Dans les interstices des films, dans la multiplication des prises, dans la captation d’images au-delà de la simple documentation, se dessine un langage. Celui d’un cinéma, avec ses mises en scènes, ses deux acteurs, ses figurants… Le tout dans un émerveillement constant qui ne peut que se transmettre au spectateur. 

Fire of Love / De Sara Dosa / Documentaire / Etats-Unis, Canada / 1h33 / Sortie le 14 septembre 2022.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :