Once upon a time in Hollywood

14 août 2019

2488029 - ONCE UPON A TIME IN HOLLYWOOD
Leonardo DiCaprio (Rick Dalton) et Brad Pitt (Cliff Booth) © Sony Pictures

Le neuvième et très anticipé film de Quentin Tarantino nous propose un voyage au coeur du Hollywood de la fin des années 60. À travers le personnage de Rick Dalton, un acteur démodé et de Cliff Booth, sa doublure cascade, il évoque cette fin de l’âge d’or des studios et l’arrivée de ce que l’on qualifie de « nouvel Hollywood ». Il jette un regard nostalgique sur une période où la télévision devient un rival majeur de l’industrie filmique – industrie dans laquelle une nouvelle attention est pourtant prêtée à la notion d’auteurisme, permettant la révélation de jeunes réalisateurs étrangers à Hollywood, comme le nouveau voisin de Rick, un certain Roman Polanski. 

Tarantino tisse donc le récit du couple d’amis Booth/Dalton en parallèle d’une reconstitution (plus ou moins fidèle) de la vie de Sharon Tate et son époux Roman Polanski. C’est avec amusement qu’il met en scène l’ascension des feuilletons télévisés et de certaines tendances cinématographiques, sans hésiter à faire référence à plusieurs de ses propres films. À travers le thème récurrent du théâtre Shakespearien il met en relation deux types de tragédies, l’une plus intime et sans conséquences externes liée au déclin d’un acteur alcoolique et l’autre, le meurtre de Sharon Tate, son fils et ses amis, histoire sordide mondialement connue. Si annoncées, soit par leur lien avec des faits réels, soit dans la construction d’un personnage, ces fins auxquelles le spectateur s’attend ne se présentent pas tout à fait comme il avait pu les anticiper. C’est ici l’un des éléments les plus réussis du film : la facilité de Tarantino à détourner les attentes des spectateurs. Il s’amuse à créer différents types d’ambiances – violente pour Cliff, inquiétante pour la famille Manson, romantique pour Sharon Tate et pathétique pour Dalton – avant de changer radicalement de direction. Le film avance doucement, distillant rage et humour de manière tout à fait brillante, vers une fin assez incroyable, typique du réalisateur.

Leonardo DiCaprio livre une performance à la fois extravagante et remarquable de justesse. Ses éclats de sentiments rentrent en opposition avec la composition inébranlable du personnage interprété parfaitement par Brad Pitt. Le réalisateur, comme à son habitude, parsème son film de références tout en jouant avec les registres et utilisant des éléments de narration de manière assez originale – ce qui donne lieu à des séquences délicieusement hilarantes. Le seul reproche que l’on pourrait formuler concerne la musique. Si l’un des grands atouts de Tarantino réside effectivement dans sa capacité à donner à la musique qu’il utilise une importance particulière, ce n’est ici pas le cas. Au lieu de créer quelques séquences musicales mémorables, il nous noie dans un fond sonore permanent. Les morceaux s’enchainent trop rapidement sans qu’aucun ne puisse marquer particulièrement l’esprit du spectateur. Mise à part cette légère déception musicale, Once upon a time in Hollywood reste une belle réussite : une comédie burlesque avec un duo d’acteurs en grande forme sur un fond d’hommage doux-amer à une époque charnière d’Hollywood.

Once upon a time in Hollywood / de Quentin Tarantino / Avec Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie et Al Pacino / Etats-Unis / 2h41 / Actuellement au cinéma

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Une réflexion sur « Once upon a time in Hollywood »

  1. Très bel article qui en valeur les qualités d’un film qui nen manque pas.
    Sur la réserve musicale, je trouve au contraire qu’il fait, comme pour l’image, un usage attendu et deceptif de cette BO, bien conscient de ne la penser qu’en terme de « bruit de fond » de son cosmique Hollywood alternatif.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s