Scenes from a Marriage

Disponible sur OCS

Oscar Isaac et Jessica Chastain. ©HBO

En 1973, Ingmar Bergman réalisait Scènes de la vie conjugale pour la télévision suédoise. L’histoire en six épisodes d’un couple qui se croyait heureux parce qu’il ne se disputait pas, et se brise lorsque Johan (Erland Josephson) annonce à Marianne (Liv Ullmann) qu’il la quitte. Aujourd’hui, une mini-série réalisée par Hagai Levi (créateur de la série BeTipul, adaptée en France sous le titre En thérapie) et découverte à la Mostra de Venise en propose une brillante adaptation.

Difficile de ne pas jouer au jeu des sept erreurs lorsque commence Scenes from a Marriage version 2021. La scène inaugurale fait sauter aux yeux ce qui sera l’un des grands intérêts de la mini-série (et c’est tout ce que l’on peut attendre d’un remake) : nous avons affaire à une actualisation totale, à de nouveaux arguments ancrés dans une réflexion présente qui travaillera tout au long des épisodes un écho passionnant avec son modèle, tout en s’en distinguant par ses qualités propres. Ainsi l’ouverture chez Bergman présentait ironiquement la vision la plus stéréotypée du couple, celle qu’en donne la presse féminine grand public, alors qu’elle est ici remplacée par une thèse sur le mariage menée par une étudiante intéressée par les questions de genre. Dès cet instant, on sent aussi que Mira et Jonathan ne sont pas sur la même longueur d’onde. On décèle l’absence et la préoccupation de Mira, la volonté polie de Jonathan d’en terminer avec cette discussion. Une nouvelle présence vient perturber le portrait du couple : leur fille s’immisce dans la conversation. Elle est l’une des trouvailles de la mini-série, sa prise en compte va renforcer l’intensité de la crise. 

Moderne, Scenes from a Marriage l’est dans toute la mesure de son propos et de sa maturité. Ce n’est plus l’homme qui part et la femme qui va trouver un chemin pour s’épanouir ; c’est elle qui annonce qu’elle s’en va et lui qui reste avec leur fille. Mais si toutes les situations de la série d’origine sont reconnaissables et renversées, l’essentiel est ailleurs et on oublie bientôt de s’amuser à les comparer tant le drame de chaque scène nous happe.

La rupture est si violente, les tentatives de comprendre et de chercher une entente si difficiles qu’on se demande s’il n’est pas vain de cerner le sentiment amoureux, en regardant ces personnages perdus par leurs émotions et leur culpabilité. Leur détachement a lieu à différentes vitesses alors qu’ils seront toujours et irrémédiablement ensemble, accrochés l’un à l’autre. Jessica Chastain et Oscar Isaac provoquent une alchimie inouïe – ils se connaissent depuis leurs études de théâtre, et avaient déjà joué un couple dans l’excellent thriller A Most Violent Year (J.C. Chandor, 2014). Ils incarnent la rupture dans ce qu’elle a de plus physique et d’intellectuel, mis à nus comme rarement ils l’ont été.

Le titre de l’avant-dernier épisode décrit leurs personnages comme des « analphabètes » de l’affectif. Malgré la difficulté de dire l’intimité, Scenes from a Marriage a éclairé miraculeusement quelques parcelles d’obscurité. C’est ce que l’on ressent cinq heures plus tard, blottis comme nous le sommes avec Mira et Jonathan et nos éternelles incertitudes.

Scenes from a Marriage / De Hagai Levi / Avec Jessica Chastain, Oscar Isaac / Etats-Unis / 5x60mn / 2021 / Disponible sur OCS.

Une réflexion sur « Scenes from a Marriage »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :