Illusions perdues

Au cinéma le 20 octobre 2021

Benjamin Voisin et Vincent Lacoste. ©Roger Arpajou / 2021 CURIOSA FILMS – GAUMONT – FRANCE 3 CINEMA – GABRIEL INC. – UMEDIA

Lors de la conférence de presse d’Illusions perdues à la Mostra de Venise, Xavier Giannoli admettait ne pas faire consciemment le lien entre les personnages de ses différents films, alors qu’ils sont tous traversés par des thématiques qui l’obsèdent, comme le sentiment d’imposture que l’on retrouve chez l’escroc d’À l’origine (2009), l’anti-héros de Superstar (2012), la chanteuse sans talent de Marguerite (2015)… Cet aveu d’inconscient manifeste la cohérence d’une œuvre qui rend compte avec des sujets très divers, bien qu’inégalement traités, d’une ample étude de caractères.

Cette fois, c’est à l’intérieur d’un roman de Balzac que Xavier Giannoli a trouvé la substance de son film. Et de la substance il y en a dans ce tome de La Comédie humaine propice à la fresque, parcours au long cours du novice Lucien de Rubempré (Benjamin Voisin, révélé par François Ozon dans Été 85) arrivant plein d’espoir et d’ambition à Paris. Succombant à l’appel de la capitale, le jeune poète va surtout apprendre le désenchantement, qu’il soit amoureux – une relation impossible avec Madame de Bargeton (Cécile de France) en raison de leurs origines opposées – ou artistique, ses aspirations littéraires et politiques buteront contre la réalité du commerce de la culture et de la permanence des classes sociales.

Le portrait du milieu de l’édition et de la presse parisiennes tel un cercle de professionnels incompétents est un régal de cynisme, aussi délectable que les répliques portées par Vincent Lacoste en rédacteur en chef de journal, agent de désillusion auprès de Lucien. Ces séquences de tournoiement verbal éclipsent l’ouverture qui laissait craindre un récit plombé par sa voix off ; c’est avec une grande vitalité que la mise en scène souligne la contemporanéité du propos : l’art perverti par le capitalisme, la pertinence critique corrompue par la logique publicitaire, l’oligarchie dans l’édition… Le personnage qu’incarne Jean-François Stévenin est une formidable trouvaille, décideur d’applaudissements et de huées au théâtre qui fait son marché de la vie et de la mort des pièces – une adresse ouverte au pouvoir des critiques, peut-être un règlement de compte personnel dissimulé par le réalisateur. Xavier Giannoli aime lancer des piques à notre époque de façon évidente (la référence à un président banquier, par exemple) mais bien qu’il nous rappelle que tout le fond existait déjà chez Balzac, il le révèle avec une énergie irrésistible.

Illusions perdues / De Xavier Giannoli / Avec Benjamin Voisin, Cécile de France, Vincent Lacoste, Salomé Dewaels, Xavier Dolan, Gérard Depardieu, Jeanne Balibar, André Marcon / France / 2h30 / Sortie le 20 octobre 2021.

3 réflexions sur « Illusions perdues »

  1. Je précise que le personnage joué par Stévenin n’est pas inventé (je ne sais pas d’où vient cette idée que j’ai lue sous plusieurs plumes). Il existe déjà dans le livre de Balzac sous le nom de Braulard et trahit également Lucien au moment de la claque de la pièce jouée par Coralie. Enormément de choses sont déjà dans Les Illusions perdues de Balzac qui est un des plus grands livres jamais écrits. J’ai comme toi aimé l’énergie du découpage du film.

    Aimé par 1 personne

  2. Je rejoins complètement ta critique et, m’accordant au commentaire de Strum, j’ajoute ma voix pour louer toutes les qualités énoncées ci-dessus. Pléiade d’acteurs tout à fait remarquables servis par une direction artistiques, une lumière parfaite, des costumes soignés, le tout servi par la mise en scène idoine. Le point fort restant ce scénario qui s’accommode du matériau littéraire par de menues trahisons somme toute justifiées et appréciables.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :