Rencontre avec : Matthew Whennell-Clark

Danseur, chanteur et acteur (read past french for english version)

DSC_8766
© Julien Benhamou

Après avoir joué dans 42nd Street et Singin’ in the rain au théâtre du Châtelet, l’acteur britannique endosse le rôle de Benny Southstreet dans la comédie musicale Guys and Dolls, actuellement au théâtre Marigny.

Quand as-tu été confronté aux comédies musicales pour la première fois ?

Quand j’étais petit ma soeur prenait des cours de danse. Un jour elle a fait un spectacle, j’y suis allé avec ma famille et je me rappelle les avoir vu danser sur la chanson Memory de Cats. Je devais avoir quatre ou cinq ans et je ne sais pas pourquoi ca m’est resté en tête! A partir de ce moment je ne voulais faire que ça! Tu vois le film Billy Elliott ? Enfant, j’étais comme ça. Je dansais partout, je dansais pour monter les escaliers, je dansais à l’école – jusqu’à ce que je me fasse harceler pour ça et alors j’ai arrêté… J’ai toujours aimé la danse, je ne sais pas si c’était une façon de m’évader mais cela m’attire depuis un très jeune age. 

Y’a t-il des danseurs qui t’ont particulièrement inspiré ?

Bien évidement Gene Kelly et Fred Astaire, beaucoup de ces vieux danseurs. Enfant, j’étais complètement obsédé par tous les films que je regardais. J’ai toujours été attiré par des danses classiques de comédies musicals comme le jazz. Bob Fosse était aussi incroyable, je ne savais pas vraiment qui il était quand j’étais petit, je ne connaissais que ses films amis déjà j’admirais beaucoup ce style de danse.

Quel a été ton premier spectacle ? 

Quand j’ai quitté la fac, j’avais 19 ans et j’ai fait 42nd street. C’était la tournée anglaise, elle durait quatre mois. Ce n’était pas vraiment une très bonne compagnie mais pour la première fois j’étais payé à faire ce que j’aimais donc je l’aurais même fait gratuitement!

Qu’est ce qui t’intéresse dans le fait de partir en tournée avec un spectacle en Angleterre ou à Paris ?

Au royaume-uni il y a beaucoup d’endroits très beaux que l’on a pas l’occasion de visiter quand on vit la bas parce que le temps n’est pas idéal – un peu comme ici en France je suppose : Quand on part en vacances on a tendance à partir là où il y a du soleil. Donc de pouvoir visiter l’Angleterre c’est toujours agréable. C’est aussi l’occasion de travailler de manière très porche avec une compagnie, on vit ensemble donc on devient réellement comme une famille. C’est bien plus amusant et sociable : après le spectacle on sort souvent prendre quelques verres. Alors qu’au West End les acteurs rentrent chez eux après, c’est un environnement de travail plus classique, on arrive le matin et on repart le soir. Quant à Paris, j’adore cette ville ! J’aime le fait que la ville soit si vieille et belle. C’est aussi très rafraichissant de pouvoir partir de Londres. C’est beaucoup plus calme ici, je me sens plus relaxé. Je trouve qu’à Londres c’est souvent un rythme de vie très effréné, tout le monde est constamment en mouvement, c’est assez stressant. 

L’histoire de Guys and Dolls est assez commune dans la tradition de la comédie musicale : une jeune femme très droite tombe amoureuse d’un homme malhonnête (Grease, La Belle de New York, Silk Stockings…) Pourquoi cette histoire d’amour fonctionne t-elle si bien selon toi ? 

Parce que je pense que tout le monde peut s’y reconnaitre. Nous savons tous que l’amour est la chose la plus puissante sur terre et je crois que le message de la pièce est que l’amour peut franchir tous les obstacles. Il y a deux relations complément opposées : Sky et Sarah tombent amoureux en deux jours, alors que Nathan et Adélaïde sont fiancés depuis quatre ans. Ces deux relations sont très différentes mais dans les deux cas l’amour triomphera. 

Tu as fait partie de l’ « ensemble », tu as été une doublure, un « swing », un « dance captain »… Est-ce que tu peux nous expliquer la différence entre tous ces rôles ?

Dans toutes les productions il y a un « ensemble ». Il faut aussi des doublures (understudies) parce que les acteurs peuvent se blesser ou tomber malades, en plus d’avoir droit à des jours de congés – donc pour que le spectacle continue il faut que des doublures puissent remplacer les roles principaux. Les « swings » doivent apprendre le role de l’ « ensemble », ils sont comme la doublure de l’ « ensemble » : ils doivent connaitre le rôle de tout le monde. Pour être un « swing » il faut savoir chanter, danser et jouer très bien. Il faut aussi une très bonne mémoire parce qu’il faut parvenir à visualiser ce que chaque acteur fait pendant chaque numéro. Beaucoup de gens pensent que c’est moins valorisant qu’être dans l’ « ensemble » mais quand on se retrouve avec un contact d’un an, faire la meme chose tous les soirs peut devenir assez monotone. Donc avoir cette opportunité de jouer un personnage different chaque semaine devient très intéressant, pour ma part, j’y prends beaucoup de plaisir ! Ensuite il y a le « dance captain » qui s’occupe des chorégraphies, c’est aussi un travail assez massif. Il faut savoir où chacun doit être placé, tous les pas et les comptes. Si trop d’acteurs sont absents, ils doivent faire des coupes et réarranger la chorégraphie pour que le spectacle fonctionne malgré tout. C’est un peu pareil que le « resident director » qui surveille la scénographie. J’ai souvent été l’ « understudy » et j’ai toujours beaucoup aimé ça mais Benny est mon premier vrai role et c’est très plaisant d’avoir l’opportunité de montrer ce que je sais faire au lieu de devoir remplacer quelqu’un d’autre.

Te sens-tu plus à l’aise en dansant qu’en chantant ?

Quand j’ai commencé ma carrière je dansais énormément et j’étais probablement employé uniquement pour ca. Mais au fil des années j’ai pris confiance aussi en mes capacités de chanteur et d’acteur. J’ai l’impression que ca a été une vraie épopée, ca ne s’est pas produit en un jour. Il y a beaucoup d’acteurs qui obtiennent directement des grands rôles, moi, je prends mon temps. Je suis convaincu qu’il n’y a pas de petits rôles, seulement des petits acteurs. J’ai fait Guys and Dolls plusieurs fois. D’abord à Chichester, un festival, j’étais dans l’ « ensemble ». Puis cette production est partie en tournée, je suis devenu « dance captain » et la doublure de Sky. Puis j’ai fait la version concert au Royal Albert Hall avec Stephen Mear notre metteur en scène, cette-fois là j’étais aussi assistant metteur en scène. Après quoi, il m’a demandé si je voulais jouer Benny et comme je n’avais jamais eu mon propre role je n’ai pas pu refuser.

Y’a t-il un rôle que tu aimerais vraiment jouer ?

J’adorerais vraiment jouer Seymour (Little shop of Horrors). Jouer le doctor dans Young Frankenstein était aussi une experience incroyable pour moi. Avant de le faire je n’avais aucune idée de si j’en étais capable ou pas. Surtout que je doublais Hadley Fraser, tu le connais il est absolument incroyable, donc c’était difficile de passer après lui. Finalement, j’ai l’impression que j’y arrive doucement. Rome ne s’est pas faite en un jour et moi non plus !

Guys and Dolls se joue au théâtre Marigny jusqu’au 27 juillet 

gd-headers-tm-1380_685

When did you first become aware of musicals ?

When I was a child, my sister used to do dancing lessons. One day, I went to see her performance with my family and I remember seeing them dancing to the song Memory from Cats. I was probably about 4 or 5 have and I have no idea why but, for some reason, it stuck in my head! Ever since, that’s all I ever wanted to do. You know that film Billy Elliott? I was like that as a child. I was always dancing around : dancing up the stairs, dancing to school – until I started getting bullied so I stopped dancing to school… But dancing was always something that I really liked, I’m not sure if it was escapism, but I was drawn to it from a very early age.

Were there any dancers that particularly inspired you ? 

I mean Gene Kelly and Fred Astaire of course. I used to watch a lot of films as a kid and I was obsessed with them. I always wanted to do classical dancing like jazz. In that regard, Bob Fosse was also incredible. Even though I didn’t know who he was as a kid and only knew his films I could already appreciate that kind of style.

What was your first professional show ?

When I left college, I was 19 and I did 42nd Street. It was a UK tour, a 4 months job. It wasn’t such a great company to work for but for the first time I was getting paid to do what I loved, so I would have done it for free! 

What are the best things about taking a show on tour in the UK and in Paris ?

In the UK there’s a lot of nice places which, when you live there, you never really get to visit because the weather is not great – it’s quite similar to France I suppose : When you go on holiday you always go where the sun is. So to get to see the UK is always great. You also get to work much closer with a company, you truly live with them so you really become a family. It’s more fun and sociable; For instance, you often go out after the show for drinks. When you’re working in the West End, most people go home after the show, it’s more of a you clock in you clock out kind of environment. As for Paris, I love it! I love how beautiful and old it is. It’s also really nice to actually get away from London. I think over there it’s more of a fast pace of life, everyone’s on the go, it can be quite stressful at times. But it’s so much more peaceful here, I feel more relaxed.

The story of Guys and Dolls can be described as quite common in musical theatre : a very self righteous woman falling in love with a dishonest man (Grease, The Belle of New York, Silk Stockings…) Why do you think that specific love story works so well ? 

Because I think everyone can relate to it. We all know that love is the most powerful thing in the world and I think the message of the show is that love will always conquer. There are two relationships and they are polar opposite : Sky and Sarah fall in love only two days and then Nathan and Adelaide have been engaged for four years. They’re extremely different but in both cases love will always triumph.

You’ve been a part of the ensemble, an understudy, a swing, a dance captain… Can you explain what the difference is between all of these ? 

In every production you have an ensemble. Then you also have to have understudies because actors can get injured or ill as well as having holiday by law – so in order for the show to go on we need understudies to go on for the main role. The swings have to learn the role of the ensemble, they’re like an understudy for the ensemble : they have to learn everyone’s part. To be able to be a swing, you have to act, dance and sing really well, it’s a tough job. You also need a good brain for it because you have to visualize what everyone else is doing on stage for each number. A lot of people think it’s a setback from being in the ensemble but when you have a one year contract to do the same thing every night can become quite monotonous, so to have the opportunity to do a different track every week makes it very interesting. The dance captain looks after the choreography of the show, it’s quite a massive job as well. They have to know where everyone is, what the steps and what the counts are. If we’re down on people they have to do a show cut and rearrange it so the show works. I’ve been the understudy most of the time and I’ve always loved it but this is my first real role and it’s nice to have the opportunity to showcase what I can do rather than step into somebody else’s shoes. 

Are you more comfortable dancing than singing ? 

When I started my career I did a lot of dancing and I was probably employed for it. But as the years have gone on, I’ve grown confidence with my singing and my acting. It does feel like it’s been a journey and it hasn’t happened overnight. There are some people that go straight to playing parts, I’m a slow burner. I feel like there is no such thing as small parts only small actors. I’ve done Guys and Dolls quite a few times now : I did it in Chichester, I was ensemble in that. Then that production went on tour, I was dance captain and I covered Sky. I also did the concert version at the Royal Albert Hall with our director Stephen Mear, I was assistant director. Then he asked me if I wanted to play Benny and I couldn’t say no because I hadn’t played my own part yet.

Is there a part you’d really like to play ?

I’d love to play Seymour (Little shop of Horrors) actually. But playing the doctor in Young Frankenstein was also a massive thing for me. I was covering Hadley Fraser who’s incredible and I didn’t think I could do it but in the end it went really well. So I feel like I’m slowly getting there, you know. Rome wasn’t built in a day, and nor was!

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Une réflexion sur « Rencontre avec : Matthew Whennell-Clark »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s