The Grinning Man

Trafalgar Studios

The-Grinning-Man-2016-BOV-Audrey-Brisson-Dea-Louis-Maskell-Grinpayne-Photo-by-Simon-Annand
Audrey Brisson (Dea) et Louis Maskell (Grinpayne) © Simon Annand

La nouvelle comédie musicale anglaise basée sur L’Homme Qui Rit de Victor Hugo, fait sensation dans le West End. Créée par Tom Morris et Carl Grose pour le Bristol Old Vic, la pièce raconte l’histoire de Grinpayne, un jeune homme qui va tenter de découvrir qui est l’auteur de la mutilation dont il a été victime dans son enfance, et qui a fait de lui une bête de foire défigurée. Après son succès à Bristol et des critiques très positives, la comédie musicale a obtenu un transfert aux Trafalgar Studios à Londres.

L’oeuvre possède une narration complexe et superbement retranscrite sur scène. L’aspect qui touche à l’acte de raconter une histoire est en effet au premier plan. Si dans les comédies musicales le schéma narratif est toujours un peu le même, The Grinning Man se démarque profondément. L’ambiance qu’il propose est aussi radicalement originale. Une atmosphère malsaine, immorale, dans laquelle le 4ème mur n’existe pas et le public est pris à parti dans l’histoire de ces personnages tourmentés. Le lieu s’y prête parfaitement et la salle est complètement arrangée pour ressembler à une foire ou un cirque, avec les acteurs se mêlant au public. La musique gothique et macabre composée par Tim Phillips et Marc Teitler n’en est pas pour le moins belle et hypnotisante. Ces chansons sont renforcées par des véritables trouvailles de mise en scène de Tom Morris qui permettent à l’oeuvre de posséder une dimension assez épique malgré la petite taille de la scène. Un des points forts de la pièce est également l’utilisation de marionnettes. Tom Morris avait déjà connu un grand succès pour sa mise en scène de War Horse au National Theatre. Le cheval était effectivement joué à l’aide d’une marionnette dans cette production saluée par la critique. Cette utilisation est, dans cette nouvelle pièce, brillamment effectuée, et permet de superposer différents degrés dans l’histoire. The Grinning Man est donc une comédie musicale comme vous n’en avez jamais vu, faisant preuve d’originalité aussi bien dans le fond que la forme.

Cependant on sent bien qu’il s’agit d’un projet relativement nouveau qui présente encore des défauts et doit se solidifier. Certains moments peuvent en effet paraitre un peu longs et l’attention du public se perd. Si l’oeuvre complète est donc un peu inégale à ce niveau là, elle est magistralement tenue par des acteurs : Mark Anderson, Julie Antherton ou encore Sanne Den Besten et des marionnettistes : James Alexander-Taylor et Loren O’Dair, qui la rendent captivante à tout instant. Quant au personnage central de Grinpayne, c’est Louis Maskell (interview à lire ici : Rencontre avec : Louis Maskell), dont la voix vous hantera encore longtemps après avoir quitté la salle, qui livre une performance puissante et presque indescriptible. Entre humour et horreur, la nouvelle comédie musicale n’est pas parfaite mais est certainement une expérience unique à ne pas rater.

 

The Grinning Man, écrit par Carl Grose / Mise en scène de Tom Morris / Musique de Tim Phillips et Marc Teitler / Avec Louis Maskell, Sanne Den Besten, Sean Kingsley, Mark Anderson et Julie Antherton / Du 20 octobre 2016 au 5 mai 2018

Auteur : Chloé Caye

cayechlo@gmail.com

Une réflexion sur « The Grinning Man »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s