Dark Waters

Au cinéma le 26 février 2020

4660624.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Mark Ruffalo © Participant & Killer Films

À chaque fois qu’un film semble détonner dans la filmographie d’un réalisateur, nous avons à tendance à chercher une bonne raison à ce changement, influencés par la théorie des auteurs. C’est le cas de Dark Waters. Pourquoi proposer à Todd Haynes, habitué des mélodrames incandescents (Loin du paradis, Carol), la réalisation de ce pur film-dossier qui retrace l’histoire vraie de Robert Bilott, un avocat ayant dénoncé les pratiques de l’entreprise de produits chimiques DuPont ?

Continuer à lire … « Dark Waters »

Angels in America

Comédie-Française

200108-rdl-0141
Jeremy Lopez (Louis Ironson) et Clément Hervieux-Léger (Prior Walter) © Christophe Raynaud de Lage

« A gay fantasia on national themes » : le sous-titre d’Angels in America contient à lui seul toute la dualité et l’originalité de la pièce que Tony Kushner rédige en 1991. Œuvre à la fois fondamentalement fantastique et ancrée dans une réalité dévastatrice. Dans le New York des années 80, le SIDA ravage la communauté LGBT+. Dieu a quitté le paradis et, en son absence, les anges tentent de maintenir l’ordre en invoquant l’inertie. Prior Walter, un jeune homme atteint du virus, est désigné comme interlocuteur direct entre le paradis abandonné et les Hommes. Messager divin, il est chargé de mettre fin au progrès humain.

Continuer à lire … « Angels in America »

Invisible Man

Au cinéma le 26 février 2020

null
Elisabeth Moss (Cécilia Kass) © Universal

Dans Invisible man, le réalisateur Leigh Whannell reprend le héros du roman de H.G. Wells publié en 1897 pour le transposer dans un contexte actuel. Ce qui aurait pu faire office d’un énième remake s’avère être une relecture inhabituelle et intelligente du personnage mythique. 

Continuer à lire … « Invisible Man »

Jeremy Irons et les drames romantiques : Fatale et Lolita

Rétrospective Jeremy Irons / Analyse

Capture d’écran 2020-02-21 à 18.09.40
Jeremy Irons (Humbert Humbert) et Dominique Swain (Lolita) © Pathé films, Samuel Goldwyn Company

Dans Fatale Jeremy Irons incarne Stephen Fleming, un politicien britannique aisé dont la vie professionnelle et familiale frôle la perfection. Cette sérénité est brusquement troublée lorsque Stephen entame une aventure avec la fiancée de son fils. Quelques années plus tard, l’acteur britannique reprendra un rôle similaire en incarnant Humbert Humbert, le célèbre protagoniste du roman Lolita.

Continuer à lire … « Jeremy Irons et les drames romantiques : Fatale et Lolita »

Le Cas Richard Jewell

Au cinéma le 19 février 2020

Capture d’écran 2020-02-18 à 20.38.09
Jon Hamm (Tom Shaw), Ian Gomez (Dan Bennett) et Paul Walter Hauser (Richard Jewell) © Warner Bros

En 1996, lors des Jeux Olympiques se déroulant à Atlanta, un agent de sécurité du nom de Richard Jewell est l’un des premiers à signaler la présence d’un colis suspect. Après une explosion dévastatrice causant plusieurs morts, celui que les médias qualifiaient de héros national devient le suspect n°1 du FBI. 

Continuer à lire … « Le Cas Richard Jewell »

Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ?

Au cinéma le 19 février 2020

536738-tout-peut-changer-et-si-les-femmes-comptaient-a-hollywood-la-bande-annonce-2
Meryl Streep, Chloë Grace Moretz, Taraji P. Henson, Natalie Portman et Cate Blanchett © Alba Films

Et si les femmes comptaient à Hollywood ? La question que pose le titre de ce documentaire ne saurait mieux mettre le doigt sur la question brûlante qui remue actuellement le monde du cinéma. Le souci n’est pas nouveau, mais sa formulation sonne plus que jamais comme une revendication nécessaire. À l’origine de ce film se trouvent la conviction de son réalisateur et l’engagement de la comédienne Geena Davis, qui a fondé un institut de recherches porté sur la représentation des femmes dans les médias (le Geena Davis Institute on Gender in Media).

Continuer à lire … « Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ? »

Queen & Slim

Au cinéma le 12 février 2020

QUEEN & SLIM
Daniel Kaluuya (Slim) et Jodie Turner-Smith (Queen) © Universal

Dans un diner américain plutôt banal, deux jeunes gens se donnent rendez-vous via Tinder. Après un date peu concluant, le duo afro-américain se fait arrêter sur la route du retour pour une infraction mineure. La situation s’échauffe rapidement et, tentant de se défendre, le jeune homme tue le policier qui les a violemment interpellé. Un choix s’impose alors au couple : déclarer l’accident et s’engouffrer dans une procédure judiciaire biaisée en raison de leur couleur de peau ou prendre la fuite ensemble. 

Continuer à lire … « Queen & Slim »

The Gentlemen

Au cinéma le 5 février 2020

1447670.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Michelle Dockery, Matthew McConaughey ©Christopher Raphael

Depuis Arnaques, Crime et Botanique (1998), son premier film, on connaît le cocktail Guy Ritchie : histoire de gangsters chics, scènes de bagarre très soignées, héros virils et charismatiques, humour british, casting cinq étoiles… The Gentlemen confirme à nouveau la recette du cinéaste, souvent cuisinée avec réussite bien qu’elle ne résiste pas toujours à l’usure, et signale un retour aux sources après ses deux précédents films, Le Roi Arthur (2017) et Aladdin (2019).

Continuer à lire … « The Gentlemen »

Les Traducteurs

Au cinéma le 29 janvier 2020

LT_Photogramme_.jpg
© Mars films / Trésor films

Un riche éditeur enferme neuf traducteurs dans un bunker de luxe afin qu’ils traduisent le dernier roman d’un célèbre auteur. Malgré ces conditions d’enfermement et de surveillance drastiques, les dix premières pages du roman apparaissent sur internet. 

Continuer à lire … « Les Traducteurs »

Jojo Rabbit

Au cinéma le 29 janvier 2020

016-jr-11629-11629-g-r709-0
Taika Waititi (Adolf Hitler) et Roman Griffin Davis (Jojo) © Twentieth Century Fox France

Jojo est un jeune garçon allemand enrôlé dans les jeunesses Hitleriennes au tournant de la Seconde Guerre mondiale. Vivant seul avec sa mère, son idole n’est autre que le Führer. Un sujet risqué, inspiré de celui du roman Caging skies de Christine Leunen, mais qui fait sens dans l’œuvre de Taika Waititi. Avec Hunt for the wilderpeople ou Boy, le réalisateur néo-zélandais explorait déjà cette admiration bornée d’un fils pour une figure paternelle très peu méritante. En choisissant le point de vue de l’enfant, il donne à son film l’aspect d’un « coming of age movie » dans lequel le jeune héros devra s’émanciper de cet ascendant malsain.

Continuer à lire … « Jojo Rabbit »