As Bestas

Au cinéma le 20 juillet 2022

© Lucia Faraig

Portrait d’un couple de jeunes retraités français installés depuis peu dans un petit village de Galice. Olga (Marina Foïs) et Antoine (Denis Ménochet) rénovent leur propriété, cultivent la terre, refusent les OGM ou tout produit chimique de synthèse et vendent le fruit bio de leur labeur au marché : le rêve de tout bobo qui se respecte, en somme. La force de ce film émane du fait que la rudesse et les travers de ce tableau idéaliste d’un anticonformisme devenu à la mode sont dans un second temps mis en exergue.

Continuer à lire … « As Bestas »

En décalage

Au cinéma le 3 août 2022

© Álvaro Mascarell

3, 2, 1… Bip, bip, bip… En décalage s’ouvre sur un décompte. Apparu pour la première fois en 1929 dans La Femme sur la Lune de Fritz Lang, le compte à rebours sera utilisé, accompagné d’un cercle de rotation et d’un son, afin de servir les projectionnistes pour la synchronisation du son et de l’image dans les salles de cinéma, à l’ère de la pellicule. Le procédé technique est aujourd’hui devenu dans l’inconscient collectif un symbole vintage du médium. Dès lors, nous sommes témoins de la concordance audio et visuelle de l’œuvre de Juanjo Giménez Peña, le temps de notre expérience du film. Le bip régulier est semblable à celui d’un rythme cardiaque que retransmettrait un électrocardiogramme… Les battements de cœur du cinéma ? Cette séquence temporelle précédant le début de l’action – bien qu’à la différence du maître allemand, il n’y ait pas ici de vérifications à effectuer avant le lancement d’une fusée – crée une tension à l’œuvre, nous propulsant ainsi déjà vers les sujets de l’intrigue : le cinéma, le temps et le rapport que l’homme entretient avec eux.

Continuer à lire … « En décalage »

El buen patrón

Au cinéma le 22 juin 2022

© Alamode Film

Le dernier long-métrage de Fernando León de Aranoa s’ancre dans l’univers professionnel pour mettre en scène la vie d’une entreprise. Les rapports hiérarchiques sont au cœur de cette comédie grinçante et subtilement écrite dans laquelle Julio Blanco (Javier Bardem) dirige une société qui fabrique… des balances. Le réalisateur des Lundis au soleil et de Escobar retrouve Bardem pour une tragicomédie qui a cette année, mais il en a l’habitude, décroché toutes les distinctions à la cérémonie des Goya (meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario original, meilleur acteur, meilleure musique originale et meilleur montage). 

Continuer à lire … « El buen patrón »