Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ?

Au cinéma le 19 février 2020

536738-tout-peut-changer-et-si-les-femmes-comptaient-a-hollywood-la-bande-annonce-2
Meryl Streep, Chloë Grace Moretz, Taraji P. Henson, Natalie Portman et Cate Blanchett © Alba Films

Et si les femmes comptaient à Hollywood ? La question que pose le titre de ce documentaire ne saurait mieux mettre le doigt sur la question brûlante qui remue actuellement le monde du cinéma. Le souci n’est pas nouveau, mais sa formulation sonne plus que jamais comme une revendication nécessaire. À l’origine de ce film se trouvent la conviction de son réalisateur et l’engagement de la comédienne Geena Davis, qui a fondé un institut de recherches porté sur la représentation des femmes dans les médias (le Geena Davis Institute on Gender in Media).

Continuer à lire … « Tout peut changer, et si les femmes comptaient à Hollywood ? »

Kafka

Rétrospective Jeremy Irons

©D.R.

En 1991, Steven Soderbergh se lance dans la réalisation d’un second long-métrage. Le premier, Sexe, mensonges et vidéo, vient de faire de lui le second plus jeune réalisateur jamais récompensé par la Palme d’or au festival de Cannes de 1989. Son Kafka sera malheureusement le premier d’une série de plusieurs échecs au box-office, et inaugure donc une période difficile pour un auteur pourtant prometteur.

Kafka est un film méconnu d’un réalisateur aujourd’hui célèbre, dont la réputation est celle d’un artiste éclectique aimant alterner entre des projets tout public à gros budget (Ocean’s Eleven) et d’autres plus personnels. Kafka fait indéniablement partie de la seconde catégorie. Un scénario surprenant adapté d’un des plus grands auteurs du XXème siècle, tourné en noir et blanc (avec quelques touches de couleur), mêlant intrigue policière, propos philosophique, enjeu politique et style quasi-horrifique…

Le résultat est une œuvre passionnante, dont l’idée est déjà en soi particulièrement originale et pertinente : mettre en scène l’écrivain dans son propre univers, et préférer à la biographie réelle une aventure fantasmée. Kafka a donc pour héros l’auteur lui-même, confronté à une aventure mêlant des éléments de ses œuvres réelles, Le procès et Le château notamment. Choix d’autant plus judicieux que les œuvres de l’écrivain ne sont pas autre chose que l’expression de ses propres angoisses – le héros du Procès ne s’appelle pas « K » pour rien.

Kafka, donc, petit comptable d’une entreprise à l’activité obscure, écrit sur son temps libre d’étranges histoires que peu de monde semble apprécier. Quand on lui demande de quoi parle son prochain livre, il répond distraitement : d’un homme qui se transforme en insecte – rires de l’assemblée. Un jour, l’un de ses collègue disparaît ; il décide d’essayer de le retrouver, et se trouve mêlé à une intrigue mystérieuse opposant un groupe révolutionnaire à un pouvoir tyrannique.

Dans cet univers sombre, un Jeremy Irons tout en élégance et phrasé détaché incarne avec un calme las et stoïque le seul homme véritablement normal de cette société. Sa marginalité est justement ce qui le distingue de cet univers bureaucratique et cauchemardesque, où presque personne ne semble vraiment le comprendre, et où ceux qui l’entourent se différencient essentiellement les uns des autres par le degré de bizarrerie et d’inquiétude qu’ils suscitent. Un monde fixe, froid et obscur, dans lequel le visage de l’acteur, un des seuls à être presque toujours entièrement éclairé, est sculpté par un noir et blanc plus sombre que lumineux dans lequel les visages émergent à peine de l’ombre. Jeremy Irons est, littéralement, la seule lueur qui guide le spectateur, le seul personnage auquel on parvient à s’identifier. Une certaine pureté demeure en celui qui à sa manière résiste au système qui cherche à le soumettre, et qui revendique : « Je n’écris que pour moi », « Je ne pense qu’à moi » – et qui pourtant nous demeure profondément sympathique. Sans la sincérité et la détermination que l’interprète insuffle à son personnage, la perception du film aurait été bien différente. Soderbergh a d’ailleurs déclaré en interview qu’il n’aurait pas fait le film si Irons n’avait pas accepté le projet.

Si l’on sent de nombreuses influences, comme le Procès d’Orson Welles, ou les films noirs de façon générale, le film se place avant tout sous le signe de l’expressionnisme allemand, mouvement né dans les années 1920 caractérisé par son symbolisme et sa vision déformée et fantasmée du réel. On retrouve dans Kafka des contrastes forts ; des décors gothiques tout en voûtes, ruelles, et bâtisses surplombantes ; ou encore des cadres obliques, des plongées ou contre-plongées déformantes. Les trois plus grands réalisateurs du mouvement sont même plus ou moins directement cités : sur un mur, des affiches évoquent la police des intertitres du Cabinet du Docteur Caligari de Robert Wiene. Un peu plus loin, l’image d’un homme les bras en croix rappelle le Metropolis de Fritz Lang. Un des personnages s’appelle même Murnau. Autant de références qui ont en commun le thème de l’aliénation de l’homme, que ce soit par l’hypnose (le tueur de Kafka n’est pas sans évoquer celui de Caligari) ou le travail. Dans le même temps, Soderbergh n’hésite pas à jouer avec des codes plus récents, des interprétations plus modernes des mêmes idées : Kafka lorgne parfois du côté du body horror à la Cronenberg, jouant à déformer les corps, à révéler leur monstruosité.

Pourtant, Kafka n’est pas qu’un exercice de style intellectuel et ultra référentiel par un auteur de niche. Son scénario suit une structure on ne peut plus classique, son ambiance mystérieuse relève du pur thriller, les péripéties guident le héros vers un climax épique, en une course poursuite ascendante dans la plus haute tour du château surplombant la ville…

C’est là la force d’un film parvenant à synthétiser de façon si harmonieuse et si juste des influences, des thèmes et des styles si divers. Injustement méconnu, méprisé par la critique lors de sa sortie, et quasiment introuvable aujourd’hui, Kafka mérite d’être redécouvert.

Kafka / De Steven Soderbergh / Avec Jeremy Irons, Theresa Russel, Joel Grey, Ian Holm, Alec Guinness / États-Unis, France / 1h38 / 1991.

Queen & Slim

Au cinéma le 12 février 2020

QUEEN & SLIM
Daniel Kaluuya (Slim) et Jodie Turner-Smith (Queen) © Universal

Dans un diner américain plutôt banal, deux jeunes gens se donnent rendez-vous via Tinder. Après un date peu concluant, le duo afro-américain se fait arrêter sur la route du retour pour une infraction mineure. La situation s’échauffe rapidement et, tentant de se défendre, le jeune homme tue le policier qui les a violemment interpellé. Un choix s’impose alors au couple : déclarer l’accident et s’engouffrer dans une procédure judiciaire biaisée en raison de leur couleur de peau ou prendre la fuite ensemble. 

Continuer à lire … « Queen & Slim »

The Gentlemen

Au cinéma le 5 février 2020

1447670.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Michelle Dockery, Matthew McConaughey ©Christopher Raphael

Depuis Arnaques, Crime et Botanique (1998), son premier film, on connaît le cocktail Guy Ritchie : histoire de gangsters chics, scènes de bagarre très soignées, héros virils et charismatiques, humour british, casting cinq étoiles… The Gentlemen confirme à nouveau la recette du cinéaste, souvent cuisinée avec réussite bien qu’elle ne résiste pas toujours à l’usure, et signale un retour aux sources après ses deux précédents films, Le Roi Arthur (2017) et Aladdin (2019).

Continuer à lire … « The Gentlemen »

Travail au noir

Rétrospective Jeremy Irons

0494150.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Nowak et trois autres ouvriers polonais sont envoyés en Angleterre pour rénover au noir la maison de leur patron. Seul à parler anglais parmi eux, Nowak est en charge du petit groupe, mais cette responsabilité lui pèse. Lorsqu’il apprend que l’armée a pris le pouvoir en Pologne, il décide de ne pas prévenir ses camarades.

Continuer à lire … « Travail au noir »

Le Marchand de Venise

Rétrospective Jeremy Irons

Le_Marchand_de_Venise
© UK Film Council / Sony

C’est au Bristol Old Vic que Jeremy Irons suit une formation de théâtre classique avant de faire ses débuts professionnels sur scène en 1969 puis au cinéma en 1980. Durant ces vingt premières années il collabore notamment trois fois avec la célèbre Royal Shakespeare Company. C’est donc sans grande surprise qu’on le voit tenir le rôle d’Antonio, aux cotés de – plus inhabituel – Al Pacino, dans l’adaptation du Marchand de Venise de William Shakespeare par Michael Radford en 2004.

Continuer à lire … « Le Marchand de Venise »

Uncut Gems

Sur Netflix le 31 janvier 2020

0989011.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Adam Sandler dans Uncut Gems des frères Safdie ©Netflix

Howard Ratner (Adam Sandler), bijoutier à Manhattan, détient une pierre précieuse très rare provenant d’une mine éthiopienne, qu’il souhaite vendre aux enchères pour un million de dollars. Cette somme lui permettrait de rembourser ses dettes et de mener une vie plus paisible, mettant fin aux embrouilles de son quotidien chaotique… Trois ans après nous avoir plongé dans les bas-fonds de New York au cours d’une inoubliable course sous adrénaline avec Good Time (2017), les frères Safdie signent un nouveau grand thriller malade, collant au plus près de leur héros pour questionner le culte de l’apparence.

Continuer à lire … « Uncut Gems »

Les Traducteurs

Au cinéma le 29 janvier 2020

LT_Photogramme_.jpg
© Mars films / Trésor films

Un riche éditeur enferme neuf traducteurs dans un bunker de luxe afin qu’ils traduisent le dernier roman d’un célèbre auteur. Malgré ces conditions d’enfermement et de surveillance drastiques, les dix premières pages du roman apparaissent sur internet. 

Continuer à lire … « Les Traducteurs »

Jojo Rabbit

Au cinéma le 29 janvier 2020

016-jr-11629-11629-g-r709-0
Taika Waititi (Adolf Hitler) et Roman Griffin Davis (Jojo) © Twentieth Century Fox France

Jojo est un jeune garçon allemand enrôlé dans les jeunesses Hitleriennes au tournant de la Seconde Guerre mondiale. Vivant seul avec sa mère, son idole n’est autre que le Führer. Un sujet risqué, inspiré de celui du roman Caging skies de Christine Leunen, mais qui fait sens dans l’œuvre de Taika Waititi. Avec Hunt for the wilderpeople ou Boy, le réalisateur néo-zélandais explorait déjà cette admiration bornée d’un fils pour une figure paternelle très peu méritante. En choisissant le point de vue de l’enfant, il donne à son film l’aspect d’un « coming of age movie » dans lequel le jeune héros devra s’émanciper de cet ascendant malsain.

Continuer à lire … « Jojo Rabbit »

Scandale

Au cinéma le 22 janvier 2020

2592498.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg
Charlize Theron, Nicole Kidman et Margot Robbie ©Metropolitan FilmExport

En 2016, tel un signe annonciateur de l’affaire Weinstein et du mouvement #MeToo, le comportement du patron de la chaîne conservatrice et républicaine Fox News, Roger Ailes, était dévoilé au grand jour. Accusé de harcèlement sexuel par Gretchen Carlson, présentatrice de la chaîne, il se voyait alors obligé de démissionner. Elle n’était pas sa seule victime : plusieurs voix de femmes au sein de la rédaction se sont jointes à la sienne, dénonçant les agissements scandaleux de leur patron. En retraçant cette glaçante histoire vraie, Scandale est-il le film post-MeToo que l’on attendait venant d’Hollywood ?

Continuer à lire … « Scandale »